Contexte de Malaga

Malaga (en espagnol : Málaga) est une ville espagnole, capitale de la province de Malaga faisant partie de la Communauté autonome d'Andalousie. Malaga est située à l'extrémité ouest de la mer Méditerranée et dans le sud de la péninsule Ibérique, à environ 100 kilomètres à l'est du détroit de Gibraltar et 200 km de Séville, capitale andalouse.

Située au centre d'une baie entourée de chaînes de montagnes, la ville dispose d'un territoire municipal de 394,9 km2. On y trouve deux rivières, le Guadalhorce et la Guadalmedina.

Avec 580 000 habitants selon le recensement de 2020, Malaga est la sixième plus grande ville d'Espagne, la deuxième de l'Andalousie et la 46e en Europe. En comptant sa zone urbaine et sa périphérie, la ville accueille quasiment un million d'habitants.

Malaga f...Lire la suite

Malaga (en espagnol : Málaga) est une ville espagnole, capitale de la province de Malaga faisant partie de la Communauté autonome d'Andalousie. Malaga est située à l'extrémité ouest de la mer Méditerranée et dans le sud de la péninsule Ibérique, à environ 100 kilomètres à l'est du détroit de Gibraltar et 200 km de Séville, capitale andalouse.

Située au centre d'une baie entourée de chaînes de montagnes, la ville dispose d'un territoire municipal de 394,9 km2. On y trouve deux rivières, le Guadalhorce et la Guadalmedina.

Avec 580 000 habitants selon le recensement de 2020, Malaga est la sixième plus grande ville d'Espagne, la deuxième de l'Andalousie et la 46e en Europe. En comptant sa zone urbaine et sa périphérie, la ville accueille quasiment un million d'habitants.

Malaga fut fondée par les Phéniciens au VIIIe siècle av. J.-C., ce qui en fait l'une des plus anciennes villes d'Europe. Au XIXe siècle, la ville a connu une activité notable sur les plans industriel et révolutionnaire qui en a fait la première ville industrielle d'Espagne, et lui a valu les titres « Toujours intrépide » et « La première dans le danger de la liberté ». La ville a subi la première étape des épisodes les plus sanglants de la guerre civile espagnole et l'explosion du tourisme dans les années 1970.

Aujourd'hui, Malaga est un important centre économique et culturel, et un nœud de communication important sur la côte méditerranéenne.

Plus à propos Malaga

Population, Area & Driving side
  • Population 586384
  • Zone 394
Historique
  • Fondation

    Malaga fut fondée par les Phéniciens au VIIIe siècle av. J.-C. sous le nom de Malakka au pied de la colline du Gibralfaro.

    En 573 av. J.-C., la ville passe sous le contrôle des Carthaginois et le reste jusqu'en -219 où elle devient romaine à la suite des guerres puniques. La ville se développe, notamment grâce à son port. Sous Auguste, premier empereur romain, elle se dote d'un théâtre. La ville est connue pour ses exportations de garum vers Rome.

    Avec la décadence de Rome, Malaca est prise par les Vandales du roi Gondéric (vers 411 apr. J.-C.), puis par les Wisigoths du roi Wallia (vers 416)[1].

    Au VIe siècle, la ville est reconquise par l'empereur byzantin Justinien, vainqueur du roi wisigoth Agila Ier (551), puis reprise par les Wisigoths du roi Sisebut en 615.

    La conquête de Malaga par les Musulmans
     
    L'Alcazaba.

    Prise une première fois en 716 par les Musulmans, la ville est définitivement conquise en 743 et annexée à l'Émirat de Cordoue en 755. (en arabe : مالقة Mālaqah)

    ...Lire la suite
    Fondation

    Malaga fut fondée par les Phéniciens au VIIIe siècle av. J.-C. sous le nom de Malakka au pied de la colline du Gibralfaro.

    En 573 av. J.-C., la ville passe sous le contrôle des Carthaginois et le reste jusqu'en -219 où elle devient romaine à la suite des guerres puniques. La ville se développe, notamment grâce à son port. Sous Auguste, premier empereur romain, elle se dote d'un théâtre. La ville est connue pour ses exportations de garum vers Rome.

    Avec la décadence de Rome, Malaca est prise par les Vandales du roi Gondéric (vers 411 apr. J.-C.), puis par les Wisigoths du roi Wallia (vers 416)[1].

    Au VIe siècle, la ville est reconquise par l'empereur byzantin Justinien, vainqueur du roi wisigoth Agila Ier (551), puis reprise par les Wisigoths du roi Sisebut en 615.

    La conquête de Malaga par les Musulmans
     
    L'Alcazaba.

    Prise une première fois en 716 par les Musulmans, la ville est définitivement conquise en 743 et annexée à l'Émirat de Cordoue en 755. (en arabe : مالقة Mālaqah)

    En 858, Malaga est pillée par le chef viking Hasting[2].

    La période islamique favorise le développement de la ville et de ses campagnes, grâce à l'amélioration de l'irrigation ébauchée par les Romains. Les forteresses de l'Alcazaba (à partir du XIe siècle) et du Gibralfaro (XIVe siècle) sont construites.

     
    Plat fabriqué à Malaga, destiné au marché chrétien, sur lequel est représentée une caravelle portugaise.

    La ville traverse les troubles politiques en renforçant sa puissance grâce à son port, son chantier naval, les Atarazanas. Les Génois installent un comptoir dans la ville qui devient, avec le renouveau des liaisons entre la mer Méditerranée et le nord de l'Europe, une étape importante des lignes de commerce. La ville est réputée pour sa production de céramique d'un style spécifique, largement exporté vers les royaumes chrétiens. Il fut plus tard imité à Valence[3].

    La Reconquista et l'incorporation à l'Espagne

    La ville est reconquise par les Chrétiens le 19 août 1487, après de durs combats. Le Royaume de Grenade perd son principal débouché maritime et tombera cinq ans plus tard.

    La province est peuplée par des Castillans et des Bas Andalous. Les rois participent au développement de la cité, qui stagne cependant jusqu'au XVIIIe siècle et souffre d'inondations, de guerres et d'épidémies.

    Malaga de 1800 à aujourd'hui

    La ville est occupée par les troupes napoléoniennes de janvier 1810 à août 1812 ; son gouverneur était le général Jean-Baptiste Breton, dit Berton. Par la suite, Malaga devient la ville pionnière de la Révolution industrielle en Espagne (ensuite dépassée par Barcelone), spécialisée notamment dans la sidérurgie. Le chemin de fer de Cordoue atteint la ville en 1865.

    Comme dans l'ensemble de l'Espagne, les troubles sont nombreux au XIXe siècle, ce qui n'empêche pas la ville de jouir d'une certaine prospérité grâce à ses activités industrielles et à l'exportation des produits agricoles (huile, vin et raisins secs principalement).

    Le premier député communiste d'Espagne est élu à Malaga en 1933. En 1937, Franco et les troupes nationalistes prennent la ville.

    La crise des années 1940 cède la place à l'émigration dans les années 1950, puis au développement économique grâce au tourisme à partir de 1960. L'université est créée en 1972.

    Historia de Malaga, http://www.malagahistoria.com Michel Dillange, Les comtes de Poitou, ducs d'Aquitaine : 778-1204, Mougon, Geste éd., coll. « Histoire », 1995, 303 p., ill., couv. ill. en coul. ; 24 cm (ISBN 2-910919-09-9, ISSN 1269-9454, BNF 35804152), p. 57-58. François Amigues, « Les importations en Languedoc-Roussillon de céramiques médiévales valenciennes et barcelonaises décorées au bleu de cobalt », dans Histoire et archéologie des terres catalanes au Moyen Âge, Presses universitaires de Perpignan, 1995 (ISBN 978-2-908912-29-6, DOI 10.4000/books.pupvd.3772., lire en ligne), p. 367–407
    Lire moins

Où pouvez-vous dormir près de Malaga ?

Booking.com
542.304 visites au total, 9.237 Points d'interêts, 405 Destinations, 33 visites aujourd'hui.