British Museum

Le British Museum (en français « Musée britannique », appellation couramment utilisée jusqu'au XXe siècle, mais devenue rare), est un musée de l'histoire et de la culture humaine, situé dans le quartier de Bloomsbury à Londres, au Royaume-Uni. Ses collections, constituées de plus de sept millions d’objets, sont parmi les plus importantes du monde et proviennent de tous les continents. Elles illustrent l’histoire humaine de ses débuts à aujourd'hui.

Le musée a été fondé en 1753 et ouvert au public en 1759. Son statut actuel de non-departmental public body lui permet d’être financé par le département de la Culture, des Médias et du Sport. Le British Museum compte six millions de visiteurs par an et s'affiche comme le site touristique le plus fréquenté de Grande-Bretagne. Comme dans la plupart des musées et galeries d’art d...Lire la suite

Le British Museum (en français « Musée britannique », appellation couramment utilisée jusqu'au XXe siècle, mais devenue rare), est un musée de l'histoire et de la culture humaine, situé dans le quartier de Bloomsbury à Londres, au Royaume-Uni. Ses collections, constituées de plus de sept millions d’objets, sont parmi les plus importantes du monde et proviennent de tous les continents. Elles illustrent l’histoire humaine de ses débuts à aujourd'hui.

Le musée a été fondé en 1753 et ouvert au public en 1759. Son statut actuel de non-departmental public body lui permet d’être financé par le département de la Culture, des Médias et du Sport. Le British Museum compte six millions de visiteurs par an et s'affiche comme le site touristique le plus fréquenté de Grande-Bretagne. Comme dans la plupart des musées et galeries d’art du Royaume-Uni, l’entrée est gratuite, à l’exception de certaines expositions temporaires ; les dons sont encouragés.

Le British Museum fut créé en 1753, à partir notamment des collections du médecin et scientifique Sir Hans Sloane. Le musée a été ouvert au public le 15 janvier 1759 à la Montagu House à Bloomsbury, au même emplacement qu'aujourd'hui ; il comptait alors quelque 80 000 objets. Les collections s’enrichirent notamment avec les contributions du capitaine Cook, et de William Hamilton (archéologue et diplomate britannique). La défaite de Napoléon en Égypte (campagne d'Égypte) permit d’acquérir des pièces d'art égyptiennes, dont la pierre de Rosette. Puis au début du XIXe siècle, Lord Elgin, ambassadeur à Constantinople, amena au musée des sculptures du monde grec.

En 1865, un nouveau bâtiment fut construit, rue Great Russell dans le quartier de Tottenham Court, pour remplacer l'ancien (Montagu House), devenu trop petit et qui fut détruit. Le bâtiment comporte une vaste salle de lecture dans laquelle Karl Marx et nombre d'écrivains, philosophes et savants illustres ont travaillé, par exemple Charles Dickens. L'écrivain Angus Wilson fit une partie de sa carrière dans cette salle, où il exerça les fonctions de Deputy Superintendent (il démissionna en 1955 pour se consacrer à l'écriture). Le musée proprement dit a alors le même aspect qu'aujourd'hui.

Les collections d’histoire naturelle furent déplacées dans un nouveau musée (musée d'histoire naturelle de Londres, Natural History Museum) à South Kensington en 1880. Jusqu'en 1997, le British Museum avait la particularité d'héberger dans le même bâtiment un musée et une bibliothèque nationale (la British Library est depuis cette date située près de la gare de Saint-Pancras). Enfin en décembre 2000, on ajouta au musée la « Grande Cour[1] ».

Parmi les nombreuses expositions provisoires hébergée par le British Museum tout au long de son histoire, la plus importante fut « The First Emperor: China's Terracotta Army », qui s'est tenue du 13 septembre 2007 à avril 2008 et a rassemblé 120 objets et 12 soldats de terre cuite provenant du mausolée de Qin Shi Huang, le premier empereur de Chine[2]. Cette exposition a fait de 2008 l'année où le British Museum a reçu le plus de visiteurs de toute son histoire et a permis au musée d’être l’attraction culturelle la plus visitée du Royaume-Uni en 2007 et 2008[3],[4]. La dernière fois qu'une exposition avait amené autant de visiteurs dans le musée, c'était celle de 1972 consacrée au pharaon Toutânkhamon[3]. Selon le quotidien The Washington Post, les 400 000 billets mis en vente à l'avance se sont vendus si vite que le musée a dû prolonger ses heures d'ouverture jusqu'à minuit pour faire face à l'affluence[5]. Et selon The Times, malgré cet allongement des horaires d'ouverture, beaucoup de gens ont dû être refoulés à l'entrée du musée[6]. Le plus grand nombre de visites a eu lieu le jour des festivités organisées pour marquer le Nouvel An chinois, où la foule était tellement importante que les portes du musée ont dû être fermées pour des raisons de sécurité[6]. L'armée de terre cuite a été décrite comme le seul ensemble d'objets historiques, en dehors de ceux provenant de l'épave du RMS Titanic, pouvant attirer une telle foule juste grâce à son nom[5].

Le British Museum, guide souvenir, édition en français de 2007. (en) « British Museum - The First Emperor: China's Terracotta Army », British Museum. ↑ a et b (en) Charlotte Higgins, « Terracotta army makes British Museum favourite attraction », The Guardian, London,‎ 2 juillet 2008 (lire en ligne, consulté le 25 mai 2010). (en) « British Museum sees its most successful year ever » [archive du 11 octobre 2008], Best Western, 3 juillet 2008. ↑ a et b (en) « British Museum ponders 24-hour opening for terracotta warriors », CBC News, 22 novembre 2007. ↑ a et b (en) Damian Whitworth, « Is the British Museum the greatest museum on earth? », The Times, London,‎ 9 juillet 2008 (lire en ligne, consulté le 25 mai 2010).
Photographies by:
Hans Hillewaert - CC BY-SA 4.0
Statistics: Position (field_position)
1406
Statistics: Rank (field_order)
987

Ajouter un commentaire

Cette question sert à vérifier si vous êtes un visiteur humain ou non afin d'éviter les soumissions de pourriel (spam) automatisées.

Sécurité
314596287Cliquez/appuyez sur cette séquence : 8441

Google street view