Indonesia

Indonésie
Gunkarta Gunawan Kartapranata - CC BY-SA 3.0 Rahmat Irfan Denas - CC BY-SA 4.0 Bellabangsa23 - CC BY-SA 4.0 MichaelJLowe - CC BY-SA 2.5 William Cho - CC BY-SA 2.0 Cakhairia - CC BY-SA 3.0 Kerildoank - CC BY-SA 4.0 Charles J. Sharp - CC BY-SA 4.0 Bellabangsa23 - CC BY-SA 4.0 Lyonerov - CC BY-SA 4.0 Muhyiddin - CC BY-SA 4.0 monica renata from jakarta - CC BY 2.0 LukeTriton - CC BY-SA 4.0 Riza Nugraha ? from Utrecht, The Netherlands - CC BY 2.0 Bellabangsa23 - CC BY-SA 4.0 muhd rushdi samsudin from johor + terengganu, malaysia - CC BY-SA 2.0 Kerildoank - CC BY-SA 4.0 Yon illahi - CC BY-SA 4.0 William Cho - CC BY-SA 2.0 Gunawan Kartapranata - CC BY-SA 3.0 User: (WT-shared) Shoestring at wts wikivoyage - Public domain Thespacewanderer - CC BY-SA 4.0 Official Website of Pariaman Indonesia's Regency - Public domain chensiyuan - CC BY-SA 4.0 Ryan Gustiawan Putra - CC BY-SA 4.0 Bellabangsa23 - CC BY-SA 4.0 RaiyaniM - CC BY-SA 4.0 monica renata from jakarta - CC BY 2.0 Thespacewanderer - CC BY-SA 4.0 TropicaLiving - CC BY-SA 3.0 Kerildoank - CC BY-SA 4.0 User: (WT-shared) Shoestring at wts wikivoyage - Public domain PL09Puryono - CC0 PHGCOM - CC BY-SA 3.0 Gunawan Kartapranata - CC BY-SA 3.0 Gunawan Kartapranata - CC BY-SA 3.0 Petter Lindgren - CC BY-SA 3.0 yeowatzup - CC BY 2.0 Lutfi adn - CC BY-SA 4.0 Riza Nugraha ? from Utrecht, The Netherlands - CC BY 2.0 MajaK. - CC BY 3.0 Muhyiddin - CC BY-SA 4.0 Alfindra Primaldhi - CC BY 2.0 User: (WT-shared) Shoestring at wts wikivoyage - Public domain Bellabangsa23 - CC BY-SA 4.0 Aaron Rentfrew - CC BY-SA 4.0 Dimas H (WMID) - CC BY-SA 4.0 monica renata from jakarta - CC BY 2.0 RaiyaniM - CC BY-SA 4.0 William Cho - CC BY-SA 2.0 Gunawan Kartapranata - CC BY-SA 3.0 frank wouters from antwerpen, belgium - CC BY 2.0 Bellabangsa23 - CC BY-SA 4.0 Gunawan Kartapranata - CC BY-SA 3.0 Lerdsuwa - CC BY-SA 3.0 No images

Contexte de Indonésie

L’Indonésie, en forme longue la république d'Indonésie (en indonésien Indonesia et Republik Indonesia) est un pays transcontinental principalement situé en Asie du Sud-Est. Avec, comptabilisées à ce jour, 17 000 îles, dont 922 habitées, il s'agit du plus grand archipel au monde., Avec une population estimée à 270 millions de personnes, composée de plus de 1 300 groupes ethniques et parlant plus de 700 langues, c'est le quatrième pays le plus peuplé au monde et le premier pays à majorité musulmane pour le nombre de croyants. L'Indonésie est une république dont la capitale est Jakarta, et qui doit être transférée dans une nouvelle ville nommée Nusantara, sur l'île de Bornéo, à partir de 2024.

Dans les premiers siècles av. J.-C., l'archipel indonésien est une importante région d'échanges avec l'Inde et la Chine au cœur d...Lire la suite

L’Indonésie, en forme longue la république d'Indonésie (en indonésien Indonesia et Republik Indonesia) est un pays transcontinental principalement situé en Asie du Sud-Est. Avec, comptabilisées à ce jour, 17 000 îles, dont 922 habitées, il s'agit du plus grand archipel au monde., Avec une population estimée à 270 millions de personnes, composée de plus de 1 300 groupes ethniques et parlant plus de 700 langues, c'est le quatrième pays le plus peuplé au monde et le premier pays à majorité musulmane pour le nombre de croyants. L'Indonésie est une république dont la capitale est Jakarta, et qui doit être transférée dans une nouvelle ville nommée Nusantara, sur l'île de Bornéo, à partir de 2024.

Dans les premiers siècles av. J.-C., l'archipel indonésien est une importante région d'échanges avec l'Inde et la Chine au cœur d'un réseau centré sur le Fou-nan. Les chefs de ces cités portuaires indonésiennes adoptent des modèles culturels, religieux et politiques indiens. À partir du VIIe siècle, le centre des échanges se déplace vers le royaume de Sriwijaya dans le sud de Sumatra. Le VIIIe siècle voit se développer dans le centre de Java une culture du riz prospère qui permet à différents royaumes de bâtir de grands monuments religieux. C'est le début de la période classique indonésienne.

Avec le déclin de la route de la soie, le détroit de Malacca devient un carrefour maritime majeur pour le commerce entre l'Indonésie et la Chine d'une part et l'Inde et le Moyen-Orient d'autre part. L'archipel indonésien est intégré à un réseau commercial international bientôt dominé par des marchands musulmans. Les princes des ports se convertissent progressivement à l'islam.

Au XVIe siècle, l'âge des Grandes découvertes, les puissances européennes cherchent à accéder directement aux Moluques, région productrice d'épices. En 1511, les Portugais de Goa conquièrent Malacca et s'y établissent. Les Néerlandais les chassent en 1605. Au XVIIe siècle, ils éliminent leur rival dans l'Est de l'archipel, dans ce qui deviendra le royaume de Gowa, et s'établissent à Java. L'île est minée par les guerres de succession du royaume de Mataram qui cède peu à peu une partie de ses territoires aux Néerlandais. Au XIXe siècle, les colonisateurs peuvent commencer l'exploitation économique de l'île et imposer leur loi au reste de l'archipel. Un mouvement national naît au début du XXe siècle. En 1945, Soekarno et Mohammad Hatta proclament l'indépendance de l'Indonésie. Les années 1950 sont marquées par de nombreux mouvements séparatistes. À la suite des événements de 1965-66, le général Soeharto prend le pouvoir. Il démissionne en 1998, ce qui permet au pays d'entamer le début d'un processus de démocratisation.

À travers ses nombreuses îles, l'Indonésie comprend de nombreux groupes distincts culturellement, linguistiquement et religieusement. Les Javanais forment la population la plus représentée sur le plan du nombre et de l'influence politique. En tant qu'État unitaire et en tant que nation, l'Indonésie a développé une identité commune en définissant une langue nationale appelée « indonésien » (qui est une des formes du malais), et en respectant sa diversité et le pluralisme religieux au sein de sa majorité musulmane.

Malgré sa forte population et ses régions densément peuplées, l'Indonésie comporte de vastes zones sauvages, ce qui donne au pays une grande biodiversité même si ce patrimoine régresse à cause d'activités humaines en forte augmentation.

Plus à propos Indonésie

Informations de base
  • Devise Roupie indonésienne
  • Nom natif Indonesia
  • Indicatif d'appel +62
  • Domaine Internet .id
  • Mains voltage 230V/50Hz
  • Democracy index 6.3
Population, Area & Driving side
  • Population 270203917
  • Zone 1904570
  • Côté conduite left
Historique
  • Préhistoire

    Des restes fossilisés d’Homo erectus, connus sous le nom d'homme de Java, suggèrent que l'archipel indonésien était peuplé il y a 2 millions d'années[1],[2],[3]. Sur l'île de Florès fut retrouvée une espèce supposée d'hominidés aujourd'hui disparus : l'Homme de Florès (Homo floresiensis).

    À l'époque de la glaciation de Würm, le niveau des mers est plus bas qu'aujourd'hui et la partie occidentale de l'archipel indonésien, qui fait partie du plateau continental appelé "Sunda", est à cette époque reliée au continent asiatique. L'Indonésie est alors le lieu de passage des migrations qui, de 70000 à 40000 ans avant le présent, vont de l'Asie vers l'Australie. Plus tard, d'autres migrations ont lieu d'Australie vers ce qui est aujourd'hui la Nouvelle-Guinée, car les deux forment un plateau continental appelé "Sahul".

    ...Lire la suite
    Préhistoire

    Des restes fossilisés d’Homo erectus, connus sous le nom d'homme de Java, suggèrent que l'archipel indonésien était peuplé il y a 2 millions d'années[1],[2],[3]. Sur l'île de Florès fut retrouvée une espèce supposée d'hominidés aujourd'hui disparus : l'Homme de Florès (Homo floresiensis).

    À l'époque de la glaciation de Würm, le niveau des mers est plus bas qu'aujourd'hui et la partie occidentale de l'archipel indonésien, qui fait partie du plateau continental appelé "Sunda", est à cette époque reliée au continent asiatique. L'Indonésie est alors le lieu de passage des migrations qui, de 70000 à 40000 ans avant le présent, vont de l'Asie vers l'Australie. Plus tard, d'autres migrations ont lieu d'Australie vers ce qui est aujourd'hui la Nouvelle-Guinée, car les deux forment un plateau continental appelé "Sahul".

    Les migrations de population de langues austronésiennes, qui forment la majorité de la population moderne, commencent vers 2000 av. J.-C. depuis Taïwan vers les Philippines. Vers 1500 av. J.-C., d'autres migrations austronésiennes commencent vers l'Indonésie et le Pacifique[4].

    Premiers royaumes
     
    La navigation et le commerce façonnèrent l'histoire de l'Indonésie (bas-relief à Borobudur réalisé aux alentours de l'an 800).

    La position stratégique de l'Indonésie comme carrefour maritime favorise les liens entre les îles et le commerce avec l'Inde et la Chine[5]. Au Ier siècle de notre ère, l'ouest de l'Indonésie fait partie d'un réseau d'états portuaires qui commercent entre eux et avec l'Inde et la Chine. C'est ainsi que le clou de girofle, apporté en Inde par des commerçants de l'archipel indonésien et de là, acheminé au Moyen-Orient, est connu dès l'Antiquité. Le centre de réseau est alors le royaume du Fou-nan, situé dans le sud de l'actuel Viêt Nam. Le déclin du Fou-nan déplace le centre de ce réseau vers le sud de Sumatra. Au VIIe siècle, la cité de Sriwijaya connaît un essor important grâce à son contrôle du commerce maritime dans le détroit de Malacca[6],[7]. Le commerce a depuis cette époque fondamentalement façonné l'histoire indonésienne[8],[9].

    Dans le centre de Java, des conditions idéales pour l'agriculture et la maîtrise de la technique des rizières dès le VIIIe siècle permettent le développement d'une riziculture prospère[10]. Entre les VIIIe et Xe siècles, les souverains du centre de Java, dont les plus connus sont les dynasties Sailendra, bouddhiste, et Sanjaya, hindouiste, parviennent à la fois à respecter l'autonomie des villages et à construire de grands monuments religieux comme le temple bouddhiste de Borobudur et le complexe religieux hindouiste de Prambanan. On est dans ce que l'on appelle la « période classique indonésienne ».

    À la fin du Xe siècle, le centre du pouvoir s'est déplacé du centre à l'est de Java. Là aussi, une agriculture prospère fait de l'île le grenier à riz de l'archipel, assurant la puissance des royaumes successifs de Kediri, Singasari et finalement Majapahit, fondé à la fin du XIIIe siècle. Sous le règne de Hayam Wuruk (règne 1350-89), ce dernier est la puissance dominante de l'archipel. Cette période est souvent mentionnée comme étant « l'âge d'or » de Java[11].

    Royaumes musulmans

    Les marchands musulmans de Perse, d'Inde et de Chine abordent dans les ports de l'archipel indonésien. Sans doute au XIIIe siècle, des princes du nord de Sumatra se convertissent à l'islam, désireux de s'intégrer dans ce réseau commercial[12]. Majapahit commerçait avec des royaumes musulmans indiens, comme celui de Gaur. Des tombes musulmanes datées du XIVe siècle, situées dans un cimetière sur le site de Trowulan et portant un symbole du royaume hindou-bouddhique de Majapahit surnommé "Soleil de Mahapahit", suggèrent que des personnages importants du royaume, sans doute membres de la famille royale, se convertissent à l'islam. L'essor du commerce à l'intérieur même de l'archipel se traduit par la diffusion de l'islam[13]. Les XVe et XVIe siècles voient ainsi l'essor des États côtiers musulmans, dont le plus prospère est Malacca sur la péninsule Malaise, qui devient le plus grand port d'Asie du Sud-Est. À Java, les principautés de la côte nord, le Pasisir, certaines fondées par des Chinois musulmans, s'affranchissent peu à peu de leurs suzerains hindou-bouddhiques de Majapahit. Le plus puissant d'entre eux est Demak.

    À la fin du XVIe siècle, une nouvelle puissance du centre de Java, le royaume de Mataram, entreprend la conquête de ces cités portuaires musulmanes. Il oblige les cités côtières à détruire leur flotte et interdit le commerce maritime. Ce royaume se proclame l'héritier de Majapahit[13]. Sous Mataram s'épanouit une culture de cour dont les références continuent d'être les modèles représentés par les grandes épopées indiennes du Mahabharata et du Ramayana. Dans la partie orientale de Java, la principauté de Blambangan échappe au contrôle de Mataram et est vassale de Bali. Ces princes, hindouistes, seront contraints en 1770 de se convertir à l'islam par les Hollandais, soucieux de soustraire l'est de Java à l'influence balinaise[14]. Au XVIIe siècle, dans le nord de Sumatra, sous le règne d'Iskandar Muda, le sultanat d'Aceh entreprend la conquête des régions côtières de l'île, aussi bien de l'est sur le détroit de Malacca, que de l'ouest sur l'océan Indien. Dans l'est de l'archipel, sous le sultan Hasanuddin, le royaume de Gowa, dont les souverains se sont convertis à l'islam en 1605, soumet l'une après l'autre chaque principauté du sud de Sulawesi.

    Déclin des royaumes indonésiens et essor de la puissance néerlandaise
     
    Batavia, Indes orientales néerlandaises, 1661.

    Les Portugais, qui ont pris Goa en Inde en 1510, conquièrent Malacca en 1511. Ils sont dirigés par Francisco Serrão et cherchent à monopoliser les sources de noix de muscade, de clou de girofle et de cubèbe dans les Moluques[15]. Ils signent dans le port de Kalapa un traité de paix avec le royaume sundanais de Pajajaran[16],[17]. S'appuyant sur leur base de Malacca, ils passent des alliances avec les princes moluquois et établissent des postes de commerce, des forts et des missions dans les Moluques, principalement sur Ambon, Ternate et les îles Solor. En 1575, ils sont expulsés du sultanat de Ternate.

     
    Monogramme de la Compagnie néerlandaise des Indes orientales

    En 1596, l'explorateur néerlandais Cornelis de Houtman parvient avec une flottille à Sumatra et Banten. Alors que les chroniques orangistes font d'emblée de cette expédition le début de l'aventure hollandaise en Indonésie, les sources malaise et javanaise ne font pratiquement pas mention de cette rencontre qui offre peu d'intérêt de leur côté, ce qui souligne la vision européocentriste de ces expéditions[18]. En 1602, le parlement néerlandais donne à la Compagnie néerlandaise des Indes orientales (VOC) le monopole des activités commerciales et coloniales en Indonésie, prenant ainsi à revers le pouvoir hispanique de Philippe II d'Espagne sur son côté asiatique. À partir de 1605, ils expulsent les Portugais d'Ambon, des Moluques du Nord et des îles Banda[19]. Les Portugais restent établis au Timor oriental mais laissent aux Moluques une certaine influence culturelle (langue, arts). En 1619, la VOC conquiert la ville de Jakarta, à l'ouest de Java, où ils fondent la ville de Batavia (aujourd'hui Jakarta). La Compagnie prend le contrôle de la politique javanaise et combat le sultanat de Mataram et le sultanat de Banten. Elle parvient, contrairement aux Portugais, à contrôler le commerce d'épices dans l'archipel. Elle utilisa la division des petits royaumes javanais pour s'établir de manière permanente dans ce qui devint l'une des plus riches possessions coloniales du monde[20].

    Dans la deuxième moitié du XVIIe siècle, après la mort du Sultan Agung, Mataram est miné par les guerres de succession et doit céder petit à petit des territoires aux Hollandais. Ceux-ci défont Gowa en 1664 et contrôlent désormais l'est de l'archipel. À la fin du XVIIIe siècle, la VOC contrôle également toute la côte nord de Java.

     
    Fabrique de thé à Batavia dans les années 1860.

    En 1800, la VOC est dissoute pour banqueroute. De 1808 à 1811, Herman Willem Daendels devient gouverneur-général des Indes orientales néerlandaises, nommé par Louis Bonaparte, roi des Pays-Bas, et réforme l'administration coloniale. En 1811, les Britanniques occupent les Indes néerlandaises, presque pacifiquement, car les militaires néerlandais sur place, refusent la domination française du royaume des Pays-Bas, et l'Europe des Bonaparte. Le britannique Thomas Stamford Raffles devient lieutenant-gouverneur de Java de 1811 à 1814. En 1824, par le traité de Londres entre les Britanniques et les Néerlandais, le contrôle des territoires revendiqué au sud de Singapour revient aux Néerlandais. Le monde malais se retrouve divisé en deux.

    Entre 1825 et 1830, la guerre de Java met aux prises le gouvernement colonial avec une partie de l'aristocratie javanaise, dirigée par le prince Diponegoro. Celle-ci prend fin grâce à l'arrestation de Diponegoro. Les Hollandais peuvent alors mettre en place le cultuurstelsel, un système d'agriculture forcée orienté vers les cultures commerciales. Ce système enrichit considérablement les Pays-Bas. Les paysans indonésiens sont alors obligés, 60 jours par an, de travailler pour le gouvernement. Le système sera aboli en 1870. En 1901, les Néerlandais lancent ce qu'ils nomment la politique éthique. Elle inclut des réformes politiques mineures et l'éducation des populations indigènes.

    La paix à Java permet également aux Hollandais de soumettre progressivement les différents États princiers du reste de l'archipel, à Sumatra, dont notamment le sultanat d'Aceh, mais aussi à Bornéo et dans les Petites îles de la Sonde. En 1908, la fin de la conquête de Bali et de la guerre d'Aceh parachève la formation des Indes néerlandaises.

    Contrairement aux autres puissances coloniales, les Néerlandais ont peu laissé d'héritage linguistique dans leur colonie, au point qu'actuellement pas un Indonésien sur dix mille ne pratique le néerlandais. Cependant certains mots néerlandais sont passés dans la langue indonésienne (comme « wortel » : carotte, du néerlandais wortel, ou « koran » : journal, du néerlandais krant).

    Mouvement national

    On considère que la création, cette même année, du Budi Utomo par de jeunes nobles javanais marque le début du mouvement national indonésien. Un « Serment de la Jeunesse » est prononcé en 1928, émettant le vœu de créer une patrie indonésienne. Le débarquement en 1942 des Japonais dans les Indes orientales néerlandaises en pleine Seconde Guerre mondiale est accueilli par la majorité du mouvement nationaliste avec l'espoir d'obtenir l'indépendance.

    Seconde Guerre mondiale

    Le 8 décembre 1941, le Japon, État faisant partie de l’Axe, envahit l’Indonésie alors que les Pays-Bas sont envahis par l’Allemagne. La politique d’occupation du Japon oblige d’après un rapport tardif de l’ONU à 4 millions d’indigènes d’être employés dans des travaux forcés comme le « chemin de fer de la mort ». Quant aux colons néerlandais, métis ou autre ressortissants occidentaux, ils furent déportés dans des camps où le taux de mortalité était de 25 %. À la fin de la guerre, 10 % des 350 000 occidentaux (principalement Néerlandais) moururent[réf. nécessaire].

    Indépendance
     
    Soekarno, le premier président de l'Indonésie.

    Durant la plus grande partie de la période coloniale, le contrôle néerlandais était réduit. C'est seulement au début du XXe siècle que la domination néerlandaise s'étendit dans les frontières actuelles de l'Indonésie. L'invasion du territoire puis son occupation par les Japonais lors de la Seconde Guerre mondiale, dont les pertes humaines sont estimées à quatre millions de morts, mit fin à cette domination et encouragea le mouvement pour l'indépendance de l'Indonésie autrefois étouffé[21],[22]. Deux jours après la capitulation du Japon, le 17 août 1945, Soekarno et Mohammad Hatta proclament l'indépendance du pays et deviennent respectivement le premier président et le premier vice-président du pays. Les Pays-Bas tentent alors de rétablir leur pouvoir provoquant une lutte diplomatique, un conflit armé et une révolution sociale appelée Revolusi. Cette période s'achève le 27 décembre 1949 avec la création de la république des États-Unis d'Indonésie, les Pays-Bas reconnaissent l'indépendance partielle du pays. Le 17 août 1950, le gouvernement proclame le retour à l'état unitaire. La Nouvelle-Guinée occidentale ne sera incorporée à la nouvelle république d'Indonésie qu'en 1962 à la signature de l'accord de New York[23],[24].

    Période Soekarno

    Les années 1950 sont marquées par de nombreuses rébellions séparatistes : Darul Islam pour la création d'un état islamique en Indonésie, la constitution de la république des Moluques du Sud, les mouvements de la Permesta à Sulawesi du Nord et du PRRI à Sumatra occidental. En 1955 se tiennent les premières élections parlementaires. En 1957, Soekarno dissout l'assemblée constituante issue des élections de 1955 et établit la « démocratie dirigée ». En 1955 se tient également la conférence de Bandung. L'Indonésie est un des plus fervents défenseurs du principe de non-alignement et d'indépendance du tiers monde. Soekarno est obligé de composer avec deux formations importantes dans les pays : les forces militaires et le parti communiste indonésien (PKI)[25]. Au cours des années 1960 Soekarno infléchit sa politique vers le communisme en instituant le principe du Nasakom.

     
    Soeharto prend le pouvoir en 1966 et le garde plus de 30 ans.
    Période Soeharto

    Dans les années 1960, les tensions montent dans la population, et plus encore dans l'armée entre conservateurs et procommunistes. Le 1er octobre au matin, un officier de la garde présidentielle, le lieutenant-colonel Oentoeng, annonce qu'un complot fomenté par l'armée contre Soekarno a été déjoué. La nuit précédente, six des principaux généraux de l'armée de terre indonésienne ont été tués sur la base aérienne de Halim. Le général Soeharto, qui commande le corps du Kostrad (en), organise la répression contre ce que l'Armée de terre va s'empresser d'appeler GErakan September TigAPUluh, c'est-à-dire le « Mouvement du 30 septembre 1965 » (sur lequel est créé l'acronyme évocateur de Gestapu). Soeharto ordonne la dissolution du PKI, que l'armée accuse d'avoir organisé la tentative de coup d'État[26],[27],[28]. La thèse du complot communiste a plus tard été démontée par des universitaires américains se basant entre autres sur des rapports de la CIA[29]. Ils suggèrent au contraire que Soeharto était dans la confidence du coup d'Etat qu'il a lui-même réprimé.

    Rapidement le parti communiste est interdit et les militants et sympathisants communistes massacrés de façon systématique. Le nombre de victimes des massacres qui s'ensuivent est estimé entre 500 000 et 3 millions de personnes[30],[31]. Plus d’un million de personnes sont détenues sans procès pendant des années, pour beaucoup torturées. Leurs familles et leurs descendants sont privés de droits politiques comme d’accès à l’université et à l’administration[32].

    Les historiens interrogent la responsabilité du gouvernement américain, qui a fourni à l'armée indonésienne des listes de militants communistes. Les services secrets britanniques, qui menaient depuis des années une campagne de propagande et de désinformation en Indonésie pour déstabiliser le gouvernement de Soekarno, ont également encouragé l'armée indonésienne à procéder à l’extermination des militants communistes[33].

    En mars 1966, Soeharto force Soekarno, dont la force politique est affaiblie, à lui transférer le pouvoir. Celui-ci est nommé officiellement président en mars 1968 avec le soutien du gouvernement américain[34],[35],[36]. « Les massacres de 1965 ont marqué la naissance du régime de l’"Ordre nouveau”, explique la chercheuse Saskia Wieringa. En détruisant le PKI, le général Suharto a considérablement affaibli le pouvoir du président Sukarno, proche des idées communistes et cofondateur du Mouvement des pays non-alignés, avant de prendre le contrôle de l’Etat[37]. »

    Pendant les trente années suivantes, Soeharto exerce un pouvoir dictatorial. Les restes du PKI qui cherchent à se reconstituer en sont les premières victimes : en 1968-1969, dans la province de Purwodadi (Kabupaten de Grobogan, au centre de Java), deux cents villages « infectés » de communistes sont purgés par l'armée, sans doute au prix de 6 000 victimes environ. En décembre 1975, l'Indonésie envahit et annexe l'ancienne colonie portugaise du Timor oriental, soumettant la population locale à une terrible répression. Les massacres causent la mort d'environ 200 000 Timorais, soit le quart de la population du pays.

    Construction démocratique
     
    Susilo Bambang Yudhoyono.

    En 1997 et 1998, l'Indonésie est le pays le plus touché par la crise économique asiatique[38]. Comme les autres pays asiatiques, l'Indonésie fait face à un afflux massif de capitaux étrangers[39] qui se retirent ensuite, déstabilisant la monnaie puis l'économie des pays[40].

    La dévaluation de la roupie indonésienne, est alors suivie de celle du ringgit malais puis du peso philippin et des monnaies de Corée du Sud, Taïwan, Singapour et Hong Kong, avec la fin au système de change fixe ou quasi-fixe qui régnait depuis des décennies dans ces pays.

    Le mécontentement populaire s'amplifie et mène aux émeutes de Jakarta de mai 1998[41],[42]. Soeharto démissionne et son vice-président, Bacharuddin Jusuf Habibie, devient président.

    En août 1999 se tient à Timor oriental un référendum proposant à la population du territoire une autonomie régionale dans le cadre d'un maintien dans la république d'Indonésie. Près de 80 % des votes refusent la proposition. Après 25 ans d'occupation militaire par l'Indonésie qui fut marquée par la condamnation par la communauté internationale de la répression brutale qui y sévissait[43],[44], les Timorais de l'Est expriment leur souhait d'un détachement de l'Indonésie. Cette même année se tiennent les premières élections démocratiques d'Indonésie depuis 1955. Celles-ci voient la victoire d'Abdurrahman Wahid, destitué en 2001. Sa vice-présidente, Megawati Sukarnoputri, la fille de Soekarno, prend alors la présidence.

    Depuis 2000, l'Indonésie fait face à une vague d'attentats terroristes islamistes dont l'attentat de la Bourse de Jakarta en 2000 et celui de Bali en 2002. En 2004, grâce à un amendement de la constitution, se tient la première élection présidentielle au suffrage direct. Susilo Bambang Yudhoyono est élu président.

    Le pays peine à se défaire de la corruption institutionnalisée qui prévalait sous le dictateur Soeharto et connaît encore de nombreuses affaires de corruption impliquant aussi bien les milieux d’affaires que les autorités[45].

    (en) G. Pope, Recent advances in far eastern paleoanthropology, Annual Review of Anthropology vol. 17, 1988, pages 43-77. (en) G. Pope, « Evidence on the Age of the Asian Hominidae », Proceedings of the National Academy of Sciences of the United States of America, vol. 80, no 16,‎ 15 août 1983, p. 4988-4992. (en) [PDF] J.P. de Vos et P.Y. Sondaar, Dating hominid sites in Indonesia, Science vol. 266 no 16, 9 décembre 1994. Taylor (2003), pages 5-7. (en) Jean Gelman Taylor, Indonesia, Yale University Press, Londres (ISBN 0-300-10518-5), pages 15-18. Taylor (2003), pages 22-26. Ricklefs (1991), page 3. Taylor (2003), pages 3, 9, 10-11, 13, 14-15, 18-20, 22-23. Vickers (2005), pages 18-20, 60, 133-134. (en) Jean Gelman Taylor, Indonesia, Yale University Press, Londres (ISBN 0-300-10518-5), pages 8-9. (en) Peter Lewis, « The Next Great Empire », Futures vol. 14 no 1, 1982, pages 47-41. Ricklefs (1991), pages 3-14. ↑ a et b Ricklefs (1991), pages 12-14. Ricklefs (1991), page 99. Ricklefs (1991), pages 22-24. (id) Sumber-sumber asli sejarah Jakarta, Jilid I: Dokumen-dokumen sejarah Jakarta sampai dengan akhir abad ke-16, Cipta Loka Caraka, 1999. (en) Herwig Zahorka, The Sunda Kingdoms of West Java, From Tarumanagara to Pakuan Pajajaran with Royal Center of Bogor, Over 1000 Years of Propsperity and Glory, Yayasan Cipta Loka Caraka, 2007. Romain Bertrand, L'Histoire à parts égales. Récits d'une rencontre Orient-Occident (XVIe-XVIIe siècles), Paris, Le Seuil, 2011 (en) George Miller, To The Spice Islands and Beyond: Travels in Eastern Indonesia, Oxford University Press, New York, 1996 (ISBN 967-65-3099-9), page 15. Ricklefs (1991), pages 22-26. (en) Gert Oostindie et Bert Paasman, Dutch Attitudes towards Colonial Empires, Indigenous Cultures, and Slaves, 1998, Eighteenth-Century Studies vol.31 no 3, pages 349-355. (en) M.C. Ricklefs, History of Modern Indonesia Since c.1300, MacMillan (deuxième édition), 1993 (ISBN 0-333-57689-6). (en) Charles Bidien, Independence the Issue, 5 décembre 1945, Far Eastern Survey vol.14 no 24, pages 345-348. (en) Indonesian War of Independence, GlobalSecurity.org. Ricklefs (1991), pages 237-280. Friend (2003), pages 107-109. Ricklefs (1991), pages 280-283, 284, 287-290. (en) Shadowplay, documentaire télévisé de Chris Hilton, 2001, Vagabond Films and Hilton Cordell Productions. (en) Benedict R. Anderson et Ruth McVey, « What Happened in Indonesia? », The New York Review,‎ 1er juin 1978 (ISSN 0028-7504, lire en ligne, consulté le 12 juin 2014) (en) John Roosa et Joseph Nevins, 40 Years Later: The Mass Killings in Indonesia, 5 novembre 2005, Counterpunch. (en) Robert Cribb, Unresolved Problems in the Indonesian Killings of 1965-1966, 2002, Asian Survey vol. 42 no 4, pages 550-563. http://www.leofigueres.fr/wp-content/uploads/2015/12/Indon%C3%A9sie-1965-m%C3%A9moire-de-limpunit%C3%A9.pdf (en) Paul Lashmar, Nicholas Gilby and James Oliver, « Revealed: how UK spies incited mass murder of Indonesia’s communists », sur the Guardian, 17 octobre 2021 (en) « RG 59 Records of Department of State; cable no. 868, ref: Embtel 852 », sur state.gov, 5 octobre 1965 (en) Adrian Vickers, A History of Modern Indonesia, Cambridge University Press, 2005, page 163. (en) David Slater, Geopolitics and the Post-Colonial: Rethinking North-South Relations, Blackwell, page 70. Erreur de référence : Balise <ref> incorrecte : aucun texte n’a été fourni pour les références nommées www.leofigueres.fr (en) Philippe F. Delhaise, Asia in Crisis: The Implosion of the Banking and Finance Systems, Willey, 1998 (ISBN 0-471-83450-5), page 123. "Flux financiers et marchés émergents en Asie", par Pieter Van Dijk, dans Revue d'économie financière (1999) [1] "Globalisation in Question", par Paul Hirst et Grahame Thompson, seconde édition, Cambridge, Polity Press (1999), p. 134-162. (en) Jonathan Pincus et Rizal Ramli, Indonesia: from showcase to basket case, 1998, Cambridge Journal of Economics vol. 22 no 6, pages 723-734. (en) « President Suharto resigns », sur bbc.co.uk, 21 mai 1998. (en) W. Burr et M.L. Evans, Ford and Kissinger Gave Green Light to Indonesia's Invasion of East Timor, 1975: New Documents Detail Conversations with Suharto, National Security Archive Electronic Briefing Book no 62, 6 décembre 2001, The George Washington University, Washington (en) International Religious Freedom Report |work=Bureau of Democracy, Human Rights, and Labor, 17 octobre 2002, U.S. Department of State. « Pot-de-vin | Napoléon Bonaparte condamné à quatre ans de prison en Indonésie », sur La Presse, 10 mars 2021
    Lire moins

Guide de conversation

Bonjour
Halo
Monde
Dunia
Bonjour le monde
Halo Dunia
Merci
Terima kasih
Au revoir
Selamat tinggal
Oui
Ya
Non
Tidak
Comment vas-tu?
Apa kabar?
Bien, merci
Baik terimakasih
Combien ça coûte?
Berapa harganya?
Zéro
Nol
Une
Satu

Où pouvez-vous dormir près de Indonésie ?

Booking.com
498.310 visites au total, 9.224 Points d'interêts, 405 Destinations, 119 visites aujourd'hui.