Château d'Alnwick

Alnwick Castle

( Château d'Alnwick )

Le château d'Alnwick (en anglais, Alnwick Castle. Ni le « L » ni le « W » ne se prononçant, on doit dire : « Anick Castle ») est un château et une demeure seigneuriale situé à Alnwick, dans le comté de Northumberland. Ce château, où réside actuellement Ralph Percy, douzième duc de Northumberland, a été construit après la conquête de l'Angleterre par les Normands, et a fait ensuite l'objet de nombreuses restaurations et modifications. C'est un « monument classé » (« listed building »).

Le château d'Alnwick a été utilisé pour le tournage de nombreux films et séries télévisées, tels que la saga des Harry Potter (Poudlard, notamment dans Harry Potter à l'école des sorciers) ainsi que certaines scènes de la saison 6, épisodes 8 et 9 de la série télévisée Downton Abbey.

Le château d'Alnwick domine une route traversant la rivière Aln[1]. Les éléments les plus anciens du château datent des années 1096. Yves de Vescy, Baron d'Alnwick, noble normand originaire de Vassy dans le Calvados, le fit bâtir pour défendre la frontière nord de l'Angleterre contre les invasions écossaises et les Border Reivers. C'est en 1136, lorsqu'il fut investi par le roi David 1er d'Écosse, que le château a été cité pour la première fois. On l'a décrit, à cette occasion, comme « très solide ». Il fut assiégé une première fois en 1172 puis à nouveau en 1174 par Guillaume 1er d'Écosse, qui fut capturé alors qu'il était à l'extérieur des murs, lors de la bataille d'Alnwick[2]. En 1212, Eustace de Vesci (en), seigneur d'Alnwick, fut accusé d'avoir monté avec Robert Fitzwalter (en) un complot contre le roi Jean d'Angleterre. En réponse, ce dernier ordonna la démolition du château d'Alnwick et de Baynard's Castle (en), un fief de Fitzwalter dans la cité de Londres[3]. Cependant, à Alnwick, ses ordres n'ont pas été exécutés[4].

Lorsque la famille de Vescy disparut, ses propriétés et le château d'Alnwick furent confiés par le roi Henri III à un de ses parents, Antony Bek (en), qui les vendit aux Percy. Cette Maison noble d'origine normande tira profit des guerres opposant l'Angleterre à l'Écosse et, grâce aux exploits militaires de Henry de Percy (1273-1314), améliora son statut dans le nord de l'Angleterre, statut concrétisé par l'achat, en 1309, de la baronnie d'Alnwick, qui, depuis cette époque, appartient aux Percy, comtes et plus tard ducs de Northumberland[5].

Le château en pierre acquis par Henry de Percy était un bâtiment de taille modeste, mais il n'attendit pas pour le reconstruire. Bien qu'il ne vécût pas assez longtemps pour voir la fin des travaux, la construction, telle qu'elle était prévue, transforma le château d'Alnwick en une forteresse d'importance majeure le long de la frontière anglo-écossaise. Son fils, également prénommé Henry (1299-1352), continua la construction.

Deux tours (Abbot's Tower et Constable's Tower) et une entrée (Middle Gateway) datant de cette époque sont encore debout aujourd'hui. Les travaux réalisés au château d'Alnwick s'équilibrèrent entre les besoins militaires et les besoins résidentiels de la famille. Ils correspondaient au modèle utilisé en matière de rénovation de châteaux au XIVe siècle dans le nord de l'Angleterre ; plusieurs palais-forteresses, considérés comme « vastes, opulents et spectaculaires » datent de cette époque dans la région, tels que les châteaux de Bamburg et de Raby. En 1345, la famille Percy acquit le château de Warkworth, situé lui aussi dans le Northumberland. Bien que celui d'Alnwick fût considéré comme plus prestigieux, celui de Warkworth devint son lieu de résidence préféré.

Les Percy étaient de puissants seigneurs du nord de l'Angleterre. Henry Percy (1341-1408), 1er comte de Northumberland, se rebella contre le roi Richard II et contribua à le détrôner. Plus tard, il se rebella à nouveau, cette fois contre le roi Henri IV qui, après l'avoir vaincu lors de la bataille de Shrewsbury , le chassa vers le nord jusqu'à Alnwick. Le château se rendit sous la menace d'un bombardement en 1403[6].

Pendant la guerre des Deux-Roses, les châteaux étaient rarement impliqués dans les batailles, et les conflits se résolvaient généralement dans des combats sur le terrain. Mais le château d'Alnwick faisant partie des trois châteaux détenus par les forces des Lancastre entre 1461 et 1464, ce fut à cet endroit précisément que fut utilisé le « seul moyen de défense d'un château privé », selon l'historien militaire D. J. Cathcart King. Il résista au roi Édouard IV jusqu'à sa reddition à la mi-septembre 1461, à la suite de la bataille de Towton. Il fut à nouveau investi pendant l'hiver par William Tailboys qui le céda à William Hastings, Sir John Howard et Sir Ralph Grey d'Heton, fin juillet 1462. Grey en fut nommé capitaine mais se rendit à la suite d'un siège particulièrement dur au début de l'automne. Édouard IV réagit vigoureusement et lorsque Richard Neville arriva en novembre, la reine Marguerite d'Anjou et son conseiller français Pierre de Brézé furent contraints de rallier l'Écosse par mer pour demander de l'aide. Ils organisèrent une force de soutien essentiellement écossaise qui, sous le commandement de George Douglas et de Pierre de Brézé, se mit en route le 22 novembre. L'armée de Richard Neville, conduite par le très expérimenté William Neville et par Anthony Woodville, récemment gracié, empêchèrent la nouvelle d'en parvenir aux garnisons qui mourraient de faim. En conséquence, les deux autres châteaux, Bamburgh et Dunstanburgh, acceptèrent bientôt les conditions et se rendirent. Mais Robert Hungerford et Robert Whittingham tinrent le château d'Alnwick jusqu'à l'arrivée de Brézé et de George Douglas le 5 janvier 1463, obligeant Richard Neville à lever le siège. Les Lancastre ratèrent cependant l'occasion d'amener Richard Neville au combat, étant au contraire bien contents de se replier, ne laissant derrière eux qu'une force symbolique qui se rendit le lendemain. En mars 1463, le château d'Alnwick tomba dans les mains des Lancastre pour la troisième fois depuis la bataille de Towton. Le commandant, Sir John Astley, trahi par Grey d'Heton, fut fait prisonnier et Hungerford reprit le commandement. Mais en 1464, à la suite des triomphes de John Neville lors des batailles de Hedgeley Moor et de Hexham, Richard Neville arriva devant Alnwick le 23 juin et reçut sa reddition le lendemain.

Le 6e comte de Northumberland, Henry Algernon Percy entreprit des rénovations au XVIe siècle. Mais, à la suite de l'exécution en 1572 pour haute trahison de son neveu et héritier Thomas Percy, le château resta inhabité[7]. Dans la seconde moitié du XVIIIe siècle, Robert Adam réalisa de nombreuses modifications. Il privilégia un style intérieur essentiellement néo-gothique, identique à celui de la « villa » d'Horace Walpole, Strawberry Hill House, qui ne reflétait aucunement le style néoclassique habituel de l'architecte.

 
Chromolithographie représentant le château en 1870

Cependant, au XIXe siècle, Algernon, le 4e duc de Northumberland, fit remplacer une grande partie des modifications d'Adam. Pour ce faire, il alloua la somme de 250 000 livres à Anthony Salvin, qui, entre 1854 et 1865, supprima les ajouts gothiques et d'autres éléments architecturaux. Antony Salvin s'est essentiellement chargé de la cuisine, de la Tour Prudhoe (Prudhoe Tower), du logement résidentiel et de l'agencement des quartiers intérieurs. Selon le site officiel, on peut encore voir de nombreuses traces des travaux effectués par Adam, mais peu ou aucune dans les pièces principales ouvertes au public qui ont été redécorées par Luigi Canina dans un somptueux style italianisant durant l'époque victorienne.

Pettifer 1995, p. 170 Fry 2005, p. 97 Allen Brown 1959, p. 254–255 Fry 2005, p. 96 Fry 2005, p. 96–97 Pettifer 1995, p. 171 Emery 1996, p. 36
Photographies by:
Statistics: Position (field_position)
966
Statistics: Rank (field_order)
1470

Ajouter un commentaire

Cette question sert à vérifier si vous êtes un visiteur humain ou non afin d'éviter les soumissions de pourriel (spam) automatisées.

Sécurité
965318724Cliquez/appuyez sur cette séquence : 2124

Google street view