Grand Teton National Park

( Parc national de Grand Teton )

Le parc national de Grand Teton, ou Grand Teton National Park en anglais, est un parc national américain situé au nord-ouest de l'État du Wyoming, aux États-Unis.

Couvrant une superficie de 1 254 km2, ce parc est célèbre pour ses paysages montagneux dominés par le Grand Teton, qui culmine à 4 197 mètres d'altitude. Ses roches, âgées de plus de deux milliards d'années, sont parmi les plus anciennes de la planète, mais le relief actuel, de formation récente, ne date que d'une dizaine de millions d'années. Les Canadiens français sont à l'origine du toponyme, établi alors qu'ils exploraient les environs pour le compte de la Compagnie du Nord-Ouest.

L'occupation humaine de la région remonte à plus de 10 000 ans, lorsque des Paléoaméricains l'arpentaient pour chasser et pratiquer la cueillette. Au fil des siècles, ces nomades améliorèrent leurs techniques et technologies jusqu'à...Lire la suite

Le parc national de Grand Teton, ou Grand Teton National Park en anglais, est un parc national américain situé au nord-ouest de l'État du Wyoming, aux États-Unis.

Couvrant une superficie de 1 254 km2, ce parc est célèbre pour ses paysages montagneux dominés par le Grand Teton, qui culmine à 4 197 mètres d'altitude. Ses roches, âgées de plus de deux milliards d'années, sont parmi les plus anciennes de la planète, mais le relief actuel, de formation récente, ne date que d'une dizaine de millions d'années. Les Canadiens français sont à l'origine du toponyme, établi alors qu'ils exploraient les environs pour le compte de la Compagnie du Nord-Ouest.

L'occupation humaine de la région remonte à plus de 10 000 ans, lorsque des Paléoaméricains l'arpentaient pour chasser et pratiquer la cueillette. Au fil des siècles, ces nomades améliorèrent leurs techniques et technologies jusqu'à l'arrivée des premiers explorateurs d'origine européenne. Les Indiens Shoshones furent ensuite remplacés par les colons, qui commencèrent à s'y installer vers la fin du XIXe siècle.

Le parc est créé le malgré de fortes réticences de la population locale. Il est étendu en 1950, en partie grâce à des terres offertes par le richissime homme d'affaires John Davison Rockefeller Junior. Depuis, le National Park Service est chargé de la protection de ses richesses naturelles et culturelles, qui attirent chaque année plus de deux millions de visiteurs. Avec le tout proche parc national de Yellowstone et d'autres zones protégées avoisinantes, il fait partie du Greater Yellowstone Ecosystem, immense territoire où les bisons, les grizzlis et de nombreuses autres espèces sauvages peuvent jouir de l'un des derniers grands écosystèmes intacts d'Amérique du Nord.

Amérindiens  Tipis et tribu de Shoshones.

La première période humaine, dénommée « période archaïque », débute il y a environ 11 000 ans pour s'achever vers 500 apr. J.-C.[1]. Les premiers habitants de la région pratiquent la chasse, la pêche et la cueillette. En fonction des saisons, ils se déplacent plus ou moins en altitude pour suivre l'apparition de plantes en se nourrissant de leurs fruits ou de leurs bulbes. Les archéologues ont découvert des outils et d'anciens foyers permettant de démontrer leur nomadisme en fonction des saisons. Durant l'hiver, ces Paléoaméricains quittaient le parc pour rejoindre des contrées plus clémentes à l'ouest. Les ossements découverts indiquent également que ces chasseurs suivaient la migration des grands herbivores comme le bison. Du pollen fossilisé de l'époque indique que le climat de la zone était plus froid qu'au XXIe siècle, que les glaciers étaient bien plus bas dans la vallée et que la flore était en grande partie de type alpine[2].

Les Paléoaméricains utilisaient des propulseurs pour chasser. Ces propulseurs ressemblaient à ceux utilisés à d'autres endroits par la culture Clovis. L'obsidienne, une pierre d'origine volcanique, est très présente dans la région. Ressemblant à du verre, elle était alors très recherchée dans le but d'en faire des outils tranchants[2]. Au fil des millénaires, les outils se sont améliorés, les pointes des propulseurs affinées et la population a augmenté. Les tipis transportables sont également apparus durant cette période[3].

La période qui commence vers 500 apr. J.-C. pour s'achever vers 1500 se nomme « Dernière période préhistorique ». Cette période se caractérise par des innovations techniques importantes par rapport à la précédente. L'arc à flèches remplace le propulseur, ce qui modifie totalement les techniques de chasse. Les objets en stéatite font également leur apparition durant cette période. Ils ont pour but de stocker et de cuire la nourriture. La population devient moins nomade que précédemment, mais contrairement à certains peuples du Sud-Ouest des États-Unis comme les Anasazis, ceux-ci ne pratiquent pas l'agriculture et ne deviennent pas totalement sédentaires[1]. Ce n'est qu'au XVIe siècle que les Amérindiens utilisent des chevaux apportés par les premiers Européens[4]. Ces derniers, qui sont à la recherche de métaux précieux et de fourrures, arrivent avec des armes à feu et modifient considérablement les systèmes économiques et culturels de la région[1].

Lorsque les premiers Européens arrivent dans la région du parc, ils rencontrent quelques Amérindiens habillés de peaux d'animaux et armés d'arcs ornementés. Ils se nourrissent de baies, de poissons et de gibier. Ils se déplacent en famille en quête de nourriture et se font aider par des chiens domestiqués. Ils sont issus de la tribu des Shoshones et se font plus particulièrement dénommer Tukudika. Les Européens leur donnent également le nom de Mangeurs de moutons. Au début du XIXe siècle, la grande région entourant le parc accueille environ vingt mille Shoshones qui se répartissent en groupes de 100 à 200[5]. En été, les groupes se séparent en familles de 10 à 30 individus puis se réunissent à nouveau pour la chasse saisonnière de bisons qui débute en automne, en vue de constituer des réserves pour passer l'hiver. Les Shoshones sont par la suite placés dans des réserves par les Américains[3].

Européens  La pierre de John Colter.

Les historiens pensent que le premier homme blanc à avoir visité la région est le trappeur et mountain man John Colter. Il aurait emprunté la vallée dès 1807-1808, mais il n'existe pas de preuve irréfutable. Une pierre de lave avec la mention « Colter – 1808 » est découverte par un habitant en 1931 dans la région du parc mais les scientifiques qui l'ont étudiée ne sont pas certains que la mention remonte réellement à cette époque[6].

Les historiens sont par contre certains que l'expédition Astor est passée dans la région du parc en 1811 et 1812. Cette expédition avait pour but de trouver un chemin pour atteindre l'embouchure du fleuve Columbia au départ de la ville de Saint-Louis, mais aussi de développer le commerce des fourrures dans le Nord-Ouest. C'est également à cette époque que des voyageurs canadiens français travaillant pour le compte de la Compagnie du Nord-Ouest nomment les montagnes « Trois Tétons » en raison de leur forme[6]. Le commerce des fourrures culmine dans les années 1830 avant de disparaître dans les années 1840. Les animaux deviennent rares à cause de la chasse intensive et les acheteurs en Europe diminuent car la mode de la fourrure est passée et remplacée par celle de la soie[6].

Par la suite, les États-Unis étendent leurs territoires de plus en plus à l'ouest en comprenant les richesses potentielles de toutes ces contrées peu connues. De nombreuses expéditions commandées par le gouvernement commencent à cartographier et étudier ces régions jusqu'à la fin du XIXe siècle[7]. Après la ruée vers l'or en Californie vers 1850, de nombreux prospecteurs en quête de richesse cherchent de nouveaux gisements aurifères dans toutes les Rocheuses. Dans les années 1860, la région du parc est pour la première fois prospectée, mais les paillettes dorées découvertes ne permettent pas d'envisager de devenir riche. D'autres prospecteurs passent ensuite dans la vallée sans beaucoup plus de chance, ce qui permet à la région de préserver sa tranquillité[8].

À la suite d'une loi américaine de 1862, l'Homestead Act of 1862, chaque personne âgée de plus de 21 ans obtient le droit d'obtenir un terrain de 160 acres, soit environ 65 hectares, en échange du devoir d'y habiter et de le cultiver pendant cinq ans au moins. Le terrain est légué après cette période contre la somme de 15 dollars. Les premiers colons s'installent dans la région dans les années 1880. En 1888, la vallée de Jackson Hole est peuplée de 20 hommes, deux femmes et un enfant. Le site attire peu, car le climat local est bien plus difficile que dans d'autres contrées. Les habitants sont essentiellement des éleveurs de bétail qui collectent du fourrage en été pour nourrir leurs bêtes durant l'hiver. La taille des troupeaux est ainsi limitée, car les quantités de foin à entreposer sont énormes pour pouvoir survivre aux longs hivers[9]. Dès le début du XXe siècle, certains habitants trouvent dans le tourisme un nouveau débouché économique. La région sauvage devient en effet réputée pour la chasse et la pêche et les habitants se font guides pour les touristes[8],[10].

Création du parc  Moose Entrance Kiosk, à l'entrée du parc.

Alors qu'en 1872 le Yellowstone devient sans difficulté le premier parc national au monde, la population locale s'oppose durant plusieurs décennies à la création du parc national de Grand Teton[11].

Dès 1897, le responsable du Yellowstone voisin propose d'étendre son parc vers le sud en englobant la partie nord de la vallée de Jackson Hole, ceci en vue de protéger la migration des troupeaux de wapitis[11]. En 1898, le responsable de l'USGS propose également d'y adjoindre le massif de Teton Range. Leurs souhaits ne sont pas acceptés par le Congrès américain. Le National Park Service est fondé en 1916 dans le but de promouvoir les idées provenant des parcs nationaux du pays[11]. En 1917, ce service rédige un rapport qui met comme priorité essentielle l'extension du parc. Des sénateurs locaux s'opposent toutefois au projet car une partie de la zone est utilisée par des éleveurs de moutons. Les employés locaux des services des forêts ont également peur de perdre de leur influence car contrairement à celles d'une forêt nationale, il est interdit d'exploiter les ressources forestières au sein d'un parc national[11].

 Cérémonie d'ouverture du parc en 1929.

Les défenseurs du parc parviennent à convaincre une partie de la population locale des bénéfices d'un tel projet, et le 26 février 1929, le président américain Calvin Coolidge signe la loi créant le parc (388,5 km2) qui englobe le massif de Teton Range et six lacs[11]. Le désir d'étendre le parc dans la vallée de Jackson Hole continue à faire son chemin. Pour y parvenir, les partisans décident de racheter des terres privées. Le richissime homme d'affaires John Davison Rockefeller Junior commence à s'impliquer dans ce projet en rachetant 141,6 km2 de terres pour une somme d'environ 1,4 million de dollars[11]. La population locale est alors hostile à ce rachat et au fait que ces terres soient ensuite ajoutées au parc existant. Les problèmes économiques locaux dans les années 1920 obligent plusieurs fermiers à vendre leurs terres. En 1934, un sénateur local tente d'ajouter les terres achetées au périmètre protégé mais sa demande est à nouveau rejetée. Néanmoins, le 15 mars 1943, le président Franklin Delano Roosevelt use de son autorité présidentielle pour créer le monument national de Jackson Hole (894,4 km2) à la suite des menaces de Rockfeller de revendre les terres si le gouvernement n'acceptait pas son don pour en faire un parc national[11]. La population locale proteste vigoureusement en arguant que le monument détruira l'économie de la région. Un parlementaire local du Congrès fait une demande de suppression du monument acceptée par le gouvernement mais refusée par un veto présidentiel[11]. Ce n'est qu'après la Seconde Guerre mondiale que les opposants aux parcs se font moins nombreux. En effet, les premiers touristes commencent à visiter la région en y apportant de nouveaux revenus[11]. Aussi, le 14 septembre 1950, alors que l'opposition s'est estompée, les terres du monument national sont ajoutées à celles du parc national à la suite de l'accord du président Harry S. Truman. Le parc dispose enfin de l'écosystème complet connu au XXIe siècle[11].

Depuis 1972, il est relié au parc national de Yellowstone par le John D. Rockefeller, Jr. Memorial Parkway. Ce parc, nommé en l'honneur du généreux donateur, offre ainsi un lien naturel préservé et continu entre les deux parcs nationaux[12].

↑ a b et c (en) Stephanie Crockett, « Les Hommes préhistoriques de Jackson Hole (suite) », National Park Service, 2009 (consulté le 8 juillet 2009). ↑ a et b (en) Stephanie Crockett, « Les Hommes préhistoriques de Jackson Hole », National Park Service, 2009 (consulté le 8 juillet 2009). ↑ a et b (en) Stephanie Crockett, « Les Hommes préhistoriques de Jackson Hole », National Park Service, 2009 (consulté le 8 juillet 2009). Olive Patricia Dickason, Les Premières Nations, Les éditions du Septentrion, 1996 (ISBN 9782894480526), « L'introduction du cheval ». Michael A. Beatty, County Name Origins of the United States, McFarland, 2001 (ISBN 9780786410255), p. 76. ↑ a b et c (en) « Les trappeurs et le commerce des fourrures », National Park Service, 2009 (consulté le 8 juillet 2009). (en) « Explorateurs et scientifiques », National Park Service, 2009 (consulté le 8 juillet 2009). ↑ a et b (en) « Prospecteurs et mineurs », National Park Service, 2009 (consulté le 8 juillet 2009). (en) « Les pionniers », National Park Service, 2009 (consulté le 8 juillet 2009). (en) « Histoire, résumé », National Park Service, 2009 (consulté le 8 juillet 2009). ↑ a b c d e f g h i et j (en) « Histoire du parc », National Park Service, 2009 (consulté le 7 juillet 2009). (en) « John D. Rockefeller, Jr. Memorial Parkway », National Park Service, 2009 (consulté le 8 juillet 2009).
Photographies by:
Statistics: Position
433
Statistics: Rank
192969

Ajouter un commentaire

CAPTCHA
Sécurité
913427586Cliquez/appuyez sur cette séquence : 6191
Cette question sert à vérifier si vous êtes un visiteur humain ou non afin d'éviter les soumissions de pourriel (spam) automatisées.

Google street view

Où pouvez-vous dormir près de Parc national de Grand Teton ?

Booking.com
571.125 visites au total, 9.238 Points d'interêts, 405 Destinations, 243 visites aujourd'hui.