La via Giulia est une rue d'importance historique et architecturale de Rome, en Italie, qui longe la rive gauche (est) du Tibre depuis la Piazza San Vincenzo Pallotti près du Pont Sisto, jusqu'à la Piazza dell'Oro. Elle mesure environ un kilomètre de long et relie le rione Regola et le rione Ponte.

La conception de la route est commandée en 1508 à Donato Bramante par le pape Jules II , membre de la puissante famille della Rovere. C'est l'un des premiers projets d'urbanisme importants de la Rome papale à la Renaissance.

La rue, nommé d'après son précurseur, s'appelait aussi via Magistralis (lit. « route principale ») en raison de son importance, et via Recta (« route droite ») en raison de son tracé.

Le projet a trois objectifs : la création d'une grande chaussée insérée dans une nouvelle configuration de rues se superposant au dédale de ru...Lire la suite

La via Giulia est une rue d'importance historique et architecturale de Rome, en Italie, qui longe la rive gauche (est) du Tibre depuis la Piazza San Vincenzo Pallotti près du Pont Sisto, jusqu'à la Piazza dell'Oro. Elle mesure environ un kilomètre de long et relie le rione Regola et le rione Ponte.

La conception de la route est commandée en 1508 à Donato Bramante par le pape Jules II , membre de la puissante famille della Rovere. C'est l'un des premiers projets d'urbanisme importants de la Rome papale à la Renaissance.

La rue, nommé d'après son précurseur, s'appelait aussi via Magistralis (lit. « route principale ») en raison de son importance, et via Recta (« route droite ») en raison de son tracé.

Le projet a trois objectifs : la création d'une grande chaussée insérée dans une nouvelle configuration de rues se superposant au dédale de ruelles de la Rome médiévale ; la construction d'une grande avenue entourée de somptueux édifices pour témoigner de la grandeur renouvelée de l'Église catholique ; et enfin, la fondation d'un nouveau centre administratif et bancaire près du Vatican, siège de la papauté, loin du centre-ville traditionnel sur la colline du Capitole, dominé par les familles baronniales romaines opposées aux pontifes.

Malgré l'interruption du projet due à la pax romana de 1511 et la mort du pape deux ans plus tard, la nouvelle rue devient immédiatement l'un des principaux centres de la Renaissance à Rome. De nombreux palais et églises sont construits par les architectes les plus importants de l'époque, tels que Raphaël et Antonio da Sangallo le Jeune, qui choisissent souvent de s'installer dans la rue. Plusieurs familles nobles les rejoignent, tandis que les nations européennes et les cités-états italiennes construisent leurs églises dans la rue ou à proximité immédiate.

À l'époque baroque, l'activité de construction, dirigée par les architectes les plus importants de l'époque tels que Francesco Borromini, Carlo Maderno et Giacomo della Porta, se poursuit sans relâche, tandis que la rue, lieu de prédilection des nobles romains, devient le lieu de tournois, de fêtes et défilés de carnaval. Pendant cette période, les papes et les mécènes privés continuent à s'occuper de la rue en y installant des institutions caritatives et en fournissant de l'eau potable au quartier.

A partir du milieu du XVIIIe siècle, le déplacement du centre-ville vers la plaine du Campo Marzio provoque l'arrêt de l'activité de construction et l'abandon de la rue par la noblesse. Une population artisanale avec ses ateliers les remplacent et la via Giulia prend l'aspect solitaire et solennel qui l'a caractérisée pendant deux siècles. Pendant la période fasciste, certains projets de construction brisent l'unité de la rue dans sa section centrale ; les dommages n'ont pas encore été réparés. Malgré cela, la via Giulia reste l'une des rues les plus riches de Rome en art et en histoire, et après un déclin de deux siècles, à partir des années 1950, sa renommée est ranimée pour devenir l'un des endroits les plus prestigieux de la ville.

À Rome, depuis le début du Moyen Âge, alors que le cœur politique[1] et représentatif de la ville semble être resté sur la colline du Capitole, le quartier de l'ancien Campus Martius se développe dans l'un des districts les plus densément peuplés (abitato)[2]. Le labyrinthe de ruelles étroites est sillonné par trois artères étroites : la via Papalis (lit. « rue papale »), habitée par des employés de la curie[note 1] ; la via Peregrinorum (lit. « rue des pèlerins »), route artisanale et commerciale[3] [note 2] ; et la via Recta (lit. « rue droite », un nom commun à de nombreuses rues de la Rome médiévale). Celle-ci est surtout utilisée par les pèlerins venant du nord par la via Francigena et abrite de petites entreprises[4] [5] [6] [note 3]. Les trois routes convergent vers le nord vers le pont Saint-Ange[4] qui constitue le goulot d'étranglement du trafic. Comme Dante Alighieri le décrit dans la Divine Comédie[note 4], en 1300, le pape Boniface VIII ordonne la mise en place d'un système de circulation bidirectionnelle pour éviter les embouteillages ou la panique, en réponse aux foules considérables sur le pont Saint-Ange[7].

Lorsque le pape Martin V revient à Rome en 1420 à la fin du Grand Schisme d'Occident, l'afflux de pèlerins augmente à nouveau de manière significative, surtout lors des années jubilaires. Le 29 décembre 1450, dernier jour de l'Année sainte, une ruée sur le pont fait plus de 300 morts[7] [8]. À la suite de la catastrophe, le pape Nicolas V, le premier pape de la Renaissance qui s'occupe systématiquement de l'urbanisme romain, ordonne que le pont Saint-Ange soit débarrassé des étals et des magasins ; les premières mesures d'urbanisme de la zone sont initiées, définissant dans son programme les trois rues susmentionnées comme les principales artères de la ville[9]. En commençant sous Nicolas V, la politique des papes est de laisser le contrôle de la zone de la colline du Capitole à la noblesse romaine, en concentrant le développement urbain sur la courbe du Tibre et le Vatican, particulièrement important du fait du pèlerinage à Saint Pierre et des jubilés[2].

En 1475, le pape Sixte IV ordonne que le Ponte Sisto, nommé d'après lui, soit construit sur le Tibre[note 5] afin de soulager la route de pèlerinage qui passe par le Pont Saint-Ange et de relier les rioni de Regola et du Trastevere[10] [11]. En même temps, il ordonne la restauration de la via Pelegrinorum et de la zone autour du Campo de 'Fiori [note 6]. Selon le chroniqueur Stefano Infessura, des raisons stratégiques autres que la réduction du trafic motivent également ces projets[12]. Jusque-là, il avait été très difficile pour le pape d'effectuer des interventions urbaines à l'intérieur des murs auréliens, principalement en raison du pouvoir des familles nobles d'origines populaires[13], mais Sixte peut utiliser les revenus du jubilé pour assurer les travaux dans la ville. À la fin de l'Année sainte, il modifie les responsabilités des Conservatori (les magistrats en chef de la commune de Rome), qui jusque-là avaient le pouvoir de freiner les initiatives papales dans la ville, et renforce la possibilité d'exproprier des terres et des bâtiments pour utilité publique[14]. Le but du pape est de réduire les revenus de propriété de la noblesse locale et de réaménager les trois rues principales de la ville[15].

Les successeurs de Sixte IV, Innocent VIII, Alexandre VI et Pie III, poursuivent la politique d'urbanisme Sixtine, complétant souvent les travaux commencés par le pape della Rovere[16]. En 1497, Alexandre VI ordonne l'élargissement de la via Peregrinorum[note 7] [17] et l'ouverture de la Porta Settimiana à travers le Mur d'Aurélien[18]. Ce chantier est une condition préalable à la construction future de la via della Lungara sur la rive droite du Tibre, du Ponte Sisto à l'antique basilique vaticane[19] [18].

Le projet du pape Jules II  Plaque commémorative de Jules II, 1512.

Outre la reconstruction de la basilique Saint-Pierre, Jules II met en œuvre plusieurs projets dans le cadre de la rénovation urbaine de Rome (Renovatio Romae) dans les rioni Ponte, Parione, Sant'Eustachio et Colonna, une tâche qui avait été lancée quarante ans auparavant par son oncle, le pape Sixte IV[20]. L'un des projets les plus importants est la création de deux nouvelles rues droites sur les rives gauche et droite du Tibre : la via Giulia sur la rive gauche, une nouvelle grande avenue à travers le quartier le plus densément peuplé de Rome, depuis le Ponte Sisto jusqu'au quartier marchand florentin dans le coude du Tibre[21], et la via della Lungara sur la rive droite, une rue droite de la Porta Settimiana dans le Trastevere à l'hôpital Santo Spirito dans le Borgo[22]. Les deux rues, conçues par l'architecte préféré du pape Donato Bramante[23], flanquent le Tibre et y sont étroitement liées[24]. La via della Lungara a le double objectif de soulager la route de pèlerinage à Saint-Pierre[22] et de transporter des marchandises en provenance de la via Aurelia et de la via Portuensis vers le centre de la ville. De plus, la rue, surplombant le fleuve, va devenir le lieu des loisirs cultivés et raffinés de la haute bourgeoisie romaine, qui y construisent certaines des résidences suburbaines les plus luxueuses de la ville[25]. Les deux rues, entourées de palais, dont celle du banquier du pape, Agostino Chigi, auraient formé « une sorte de ville dans la ville, une cité-jardin le long du Tibre »[26].

L'objectif principal derrière ces plans est de superposer au maillage désordonné de la Rome médiévale, un réseau routier régulier ayant le Tibre comme axe principal ; avec la nouvelle via Alessandrina qu'Alexandre VI a ouverte dans le Borgo et la via dei Pettinari qui relie le Trastevere sur une rive et le Capitole sur l'autre, la Lungara et la via Giulia créent un réseau quadrilatéral de rues modernes dans le réseau chaotique des rues étroites de la ville[24]. Dans le projet original, la via Giulia est censée atteindre l'hôpital Santo Spirito par le pont de Néron qui a été reconstruit[27] [28].

Ce projet a un objectif secondaire et festif : promouvoir le pontife comme unificateur de l'Italie et rénovateur de Rome ; en 1506, après la fin de la peste, Jules II renverse les puissantes familles Baglioni et Bentivoglio, conquérant leurs bastions de Pérouse et Bologne [24] [29] comme en témoigne une inscription le long de la via dei Banchi Nuovi [note 8].

En plus de servir de moyen de communication et de représentation pour l'Église, la rue est censée accueillir le nouveau centre administratif laïque de la ville. Un dessin de Donato Bramante découvert par Luitpold Frommel aux Offices, montre un nouveau complexe administratif énorme, le Palazzo dei Tribunali[24]. Tous les notaires et tribunaux opérant à Rome devaient être centralisés dans ce bâtiment dont le tribunal des Conservatori, situé pendant des siècles sur la colline du Capitole et traditionnellement contrôlé par la noblesse romaine. Cette décision mettait donc fin au chaos causé par diverses juridictions soumises à l'autorité ecclésiastique et laïque en mettant la justice sous le contrôle du pape[30].

Le croquis de Bramante montre également une place représentative (le Foro Iulio), ouverte sur la nouvelle rue[24], faisant face au Palazzo dei Tribunali [23] et à l'ancienne Cancelleria (aujourd'hui palais Sforza-Cesarini). La place était non loin de la chambre apostolique (le trésor du pape) installée au palais Riario et du nouveau Palazzo della Zecca (litt « menthe papale ») érigé par Bramante au bord de la via dei Banchi Nuovi (également appelé di Canale Ponte)[31]. Dans cette rue, se trouvent les maisons et les bureaux des marchands et des banquiers, comme les Altoviti, Ghinucci, Acciaiuoli, Chigi et Fugger [20]. Des liens économiques étroits avec des banquiers toscans, comme Agostino Chigi, sont recherchés et promus[32].

Conséquence du projet, la zone autour du Vatican et du Trastevere aurait été mise en valeur au détriment de la colline du Capitole, symbole de la puissance de la noblesse romaine[33] [24]. Le plan est donc destiné à séparer la papauté des puissantes familles nobles de la ville (les baroni), en particulier des familles Orsini et Colonna[33] qui jusque-là avaient été les alliés les plus fiables du pontife, les remplaçant par une nouvelle force constituée des légats apostoliques[29].

Vers 1508[30] [23] [27], la phase d'exécution du projet débute  : le pape ordonne à Bramante de commencer à exproprier et à démolir des propriétés dans le Champ de Mars densément peuplé pour créer la nouvelle rue[23].

En août 1511, la vie de Jules II est sérieusement menacée par la maladie. En raison de cela, les familles Orsini et Colonna ainsi que les autres barons parviennent à un accord (connu sous le nom de Pax Romana), afin de demander au conclave à venir la restauration de l'autorité communale et l'abolition de divers impôts. Le prompt rétablissement du pape anéantit la perspective du conclave ; Jules, sous la pression de l'étranger, s'entend avec les nobles, propageant le pacte anti-papal comme un accord en sa faveur et révoquant plusieurs décisions prises contre la commune[34]. Parmi celles-ci, il accorde à la Cour du Capitole la juridiction sur tous les cas entre citoyens romains, à l'exception de ceux en instance devant la Sacra Rota[35]. Cette décision cause l'interruption des travaux de la nouvelle route et du Palazzo dei Tribunali[33], dont le projet est définitivement abandonné à la mort du pape, tandis que la place prévue est oubliée[35]. À part quelques blocs rustiques entre la via del Gonfalone et le vicolo del Cefalo, il ne reste aujourd'hui plus rien du palais[36].

La via Giulia au XVIe siècle  Fontanone di Ponte Sisto et l' Ospizio dei Mendicanti dans une gravure de Giuseppe Vasi (1759).

Après la mort de Jules II en 1513, la situation démographique à Rome change: à cause des guerres d'Italie, un grand nombre de Lombards émigrent dans la ville, s'installant dans la zone nord du Champ de Mars, où leur église nationale est installée. Cela provoque un changement dans le centre de gravité du développement de la ville, qui exclut la via Giulia[37]. Malgré cela, le successeur de Julius, le pape Léon X , de la maison de Médicis, poursuit les travaux[38], favorisant l'extrémité nord de la rue, c'est-à-dire le tronçon entre le Palazzo dei Tribunali inachevé et le quartier bancaire, où vivent ses compatriotes florentins et où travaille la communauté marchande florentine. Avec la bulle du 29 janvier 1519, le pape accorde à la Compagnia della Pietà florentine la construction de l'église San Giovanni, située également à l'extrémité nord de la rue et destinée à être la paroisse de tous les Florentins vivant à Rome[39] [38]. L'église devait devenir le symbole de la domination économique et financière florentine à Rome, étant au centre de la zone occupée par les banques, les fondachi, et les résidences de la bourgeoisie et de la noblesse toscanes vivant dans la capitale du pape[39] [40] [38]. Des artistes importants, tels que Raphael et Antonio da Sangallo le Jeune, y acquièrent des parcelles de terrain ou construisent des palais[41] [42].

Malgré ces activités, le projet d'urbanisme, qui est à la base de la route, reste inachevé. La décision d'abandonner la reconstruction du pont de Néron, le manque de connexion avec le pont des Anges et le Borgo, et l'abandon du plan de centralisation des tribunaux, font de la rue un fragment inutilisé d'un projet abandonné[43]. Les parties centrale et méridionale de la rue souffrent le plus de cette situation. La zone au sud de l'église San Biagio, la partie centrale de la via Giulia autour du Monte dei Planca Incoronati coupé en deux par la nouvelle rue, acte d'autorité du pape contre l'une des familles les plus puissantes de la noblesse de la ville, les Planca[44], est devenue un bidonville rempli d'auberges, de bordels et d'endroits tristement célèbres comme la Piazza Padella, un lieu connu pour les duels et les coups de couteau jusqu'à la fin du XIXe siècle, démoli dans les années 1930[45]. Cette zone, située entre la via del Gonfalone, la via delle Carceri, la via di Monserrato et le Tibre, est un lieu majeur de mauvaise réputation depuis le Moyen Âge ; un manuscrit de 1556 rapporte que le quartier autour de l'église San Niccolò degli Incoronati, finalement démolie, abritait « ... 150 maisons de gens très simples, de putes et de personnes douteuses ... »[46]. La dégradation de cette partie de la rue doit être attribuée à une décision des Planca eux-mêmes, qui, contrairement à l'objectif des papes de créer une rue prestigieuse, ont préféré louer leurs propriétés à des prostituées et des malfaiteurs, sujets qui paient des loyers plus élevés que les artisans[47].

Au sud du monte dei Planca s'étend le Castrum Senense ; ce quartier (son nom castrum, « fort » vient des nombreuses tours qui truffent le lieu à l'époque), qui part de l'église Santa Aurea, aujourd'hui Spirito Santo dei Napoletani, pour se diriger vers le sud, obtient ce nom au Moyen Âge car il est principalement habitée par des gens originaires de Sienne[48]. À cette extrémité de la via Giulia, la famille Farnèse élabore un plan de développement architectural bien défini, commencé avec l'érection de leur résidence entre 1517 et 1520. Les Farnèse décident de tourner le dos à la rue, orientant la façade principale de leur gigantesque palais vers le campo de 'Fiori et le centre de la ville, et n'utilisant la rue que comme voie de service[49]. Sous le pape Paul III, le cardinal Girolamo Capodiferro décide de construire son palais près du palais Farnèse, mais lui aussi choisit de diriger les jardins vers la via Giulia. La décision d'éviter la surplomb des résidences nobles le long de la rue est probablement due à l'état dégradé de la zone, qui abrite plusieurs bordels[50].

À partir du milieu du XVIe siècle on tente de réhabiliter cette zone en construisant des installations correctes. L'église et les hôpitaux de la confrérie de la Trinité des pèlerins (en italien : Confraternita della Santissima Trinità dei Pellegrini) sont construits dans un endroit nommé Postribolo di Ponte Sisto (« Bordel du Ponte Sisto »)[50]. En 1586, l'architecte Domenico Fontana conçoit sur les ordres du pape Sixte V l'Ospizio dei Mendicanti (lit. « Hospice des mendiants ») signifiant ainsi l'extrémité sud de la via Giulia[51]. L'hospice est installé pour résoudre le problème de la mendicité dans la ville et reçoit une dotation annuelle de 150 000 écus, assez pour employer 2 000 personnes[52].

Au début du XVIe siècle, il est devenu à la mode pour les différentes nations et cités-états de faire construire leurs propres églises à Rome, les dites chiese nazionali[53]. Les rioni de Regola et du Ponte, le long des rues de procession et de pèlerinage, en sont les emplacements préférés, et la via Giulia, en raison de sa proximité avec Saint-Pierre et la zone commerciale, devient un lieu de prédilection pour ériger les sanctuaires avec des hôpitaux annexés et des auberges pour les pèlerins[50]. Les Florentins, les Siennois et les Napolitains font construire leurs églises le long de la rue (respectivement San Giovanni, Santa Caterina et Santo Spirito)[54], tandis que les Bolognais (San Giovanni e Petronio), Espagnols (Santa Maria in Monserrato), les anglais (San Tommaso di Canterbury) et les Suédois (Santa Brigida) les font bâtir dans les zones voisines du rione Regola[53].

Malgré toutes ces activités de construction, le caractère de la rue n'a pas changé : confréries, noblesse, voleurs, bourgeoisie et prostituées vivent côte à côte dans la rue qui reste un axe de service. Le poète Annibal Caro, dans sa comédie Gli Straccioni, la décrit comme un endroit mal famé[55].

À la fin du siècle, le tracé de la via Giulia est défini pour de bon ; il se termine par le quartier florentin au nord et l'Ospizio dei Mendicanti au sud. La rue est devenue moins une grande rue commerçante et plus une promenade animée et un lieu de célébrations, de processions (comme celle des ammantates, filles pauvres qui étaient dotées par les orfèvres de Sant'Eligio degli Orefici) et des courses[56] [57].

Via Giulia dans le prospectus d'Almae urbis Romae d' Antonio Tempesta (1645). 
Via Giulia dans le prospectus d'Almae urbis Romae d' Antonio Tempesta (1645).
La via Giulia au XVIIe siècle  Eau-forte représentant une médaille frappée sous Louis XIV pour commémorer la dissolution de la garde corse après l'incident de la via Giulia ; la « pyramide de l'infamie » figure en arrière-plan.

À l'époque baroque, trois œuvres majeures changent l'aspect de la rue : au nord, l'achèvement (à l'exception de la façade) de San Giovanni dei Fiorentini, œuvre de Carlo Maderno[54] ; au centre, la construction des Carceri Nuove (lit. « Nouvelles Prisons ») sur un projet d'Antonio Del Grande[58] ; au sud, la reconstruction du palais Falconieri, par Francesco Borromini[59] [60]. San Giovanni, grâce à son dôme élancé, donne à la rue un point de fuite ; les prisons, érigées près du palais jamais construit de Bramante, relancent l'idée de Jules II de faire entrer la Justitia Papalis dans la rue ; le palais Falconieri, enfin, valorise la rue dans un quartier distingué jusqu'alors uniquement par le palais Farnèse qui tourne le dos à la via Giulia[61]. À côté de ces travaux, il faut encore mentionner les églises Sant'Anna dei Bresciani et Santa Maria del Suffragio[62], et diverses rénovations et fusions, telles que celles du palais Varese par Maderno et du palais Ricci. Dans la même période, deux collèges se sont établis dans la rue : le Collegio Ghislieri, un autre ouvrage de Carlo Maderno, et le Collegio Bandinelli, près de San Giovanni dei Fiorentini, par Del Grande[63].

Afin d'alimenter le quartier en eau potable en quantité suffisante, le pape Paul V étend l'aqueduc de l'Aqua Trajana au-delà du Tibre, atteignant le rione Regola et le ghetto[64]. En 1613, la Fontanone di Ponte Sisto (« la Grande Fontaine du Ponte Sisto ») est construite sur la façade sur la Via Giulia de l'hospice des mendiants[65].

Malgré ces interventions, la justification de la rue dans la structure de la ville n'a pas changé[60]. L'expansion de la ville vers la plaine du Champ de Mars, commencée par Léon X avec la construction de la via di Ripetta et les initiatives urbanistiques de Grégoire XIII et Sixte V ont déjà irrémédiablement relégué la via Giulia à une position périphérique par rapport au nouveau centre-ville[60] [66].

À la fin du XVIIe siècle, la rue prend un triple visage, qu'elle entretiendra encore 150 ans : une zone de spéculation immobilière au nord, un centre de détention au milieu et un emplacement élégant au sud[67], théâtre de fêtes et de jeux. Parmi ces derniers, un tournoi organisé en 1603 par Tiberio Ceuli au palais Sacchetti[68] et un tournoi de sarrasins organisé en 1617 par le cardinal Édouard Ier Farnèse à l'Oratorio della Compagnia della Morte, pour lequel il invite huit cardinaux[69]. Pendant les mois d'été, la rue est parfois inondée pour le plaisir des gens ordinaires et de la noblesse. Une des célébrations les plus prestigieuses est organisée par les Farnèse en 1638 pour célébrer la naissance du dauphin de France, le futur roi Louis XIV[57]. La via Giulia accueille des courses de bubalus bubalis, des défilés de chars de carnaval , et pour le carnaval 1663, l'organisation d'une course de chevaux avec bossus nus[21]. Pendant le carnaval, la via Giulia accueille plusieurs fêtes organisées par les Florentins[57].

Le 20 août 1662, la rue est le théâtre d'un épisode aux conséquences importantes : une bagarre près du ponte Sisto entre des soldats de la Garde corse et des soldats français appartenant à la suite de l'ambassadeur de Louis XIV Charles III de Créquy aboutit au départ de l'ambassadeur de Rome et à l'invasion française d'Avignon. Afin d'éviter des conséquences pires encore, le pape est forcé de s'humilier, démantelant la Garde corse et érigeant une « pyramide d'infamie » dans la caserne des Corses à proximité de la rue[70].

Développements du XVIIIe et XIXe siècles  La Via Giulia (la route rectiligne à droite du Tibre) dans la carte de Rome de Giambattista Nolli, publiée pour la première fois en 1748.

D'un point de vue architectural, au XVIIIe siècle, seules des interventions mineures se produisent dans la rue : le développement de la ville se focalise désormais dans le Tridente et sur le Quirinale, tous deux éloignés de la courbe du Tibre, et la via Giulia reste interrompue[67]. La façade de San Giovanni dei Fiorentini par Alessandro Galilei, l'église Santa Maria dell'Orazione e Morte par Ferdinando Fuga[71] et les deux petites églises San Filippo Neri et San Biagio della Pagnotta, reconstruites respectivement par Filippo Raguzzini et Giovanni Antonio Perfetti, constituent les seules entreprises d'une certaine importance dans la rue à cette époque[72].

A cette époque, la via Giulia est aussi célèbre comme lieu de fêtes et de divertissements pour les gens du commun : en 1720, les Siennois organisent un festival pour célébrer la promotion de Marc'Antonio Zondadari comme grand maître de l'Ordre souverain de Malte[21] : des feux d'artifice sont déclenchés près de la Fontanone di Ponte Sisto[57], deux arcs de triomphe sont élevés au-dessus de la rue, l'un près de Santo Spirito et l'autre près du palais Farnèse[21] [57], et la fontaine du Mascherone verse du vin pour le peuple au lieu de l'eau[57].


Sous Clément XI, les mendiants logés dans l'Ospizio dei Mendicanti sont transférés à San Michele a Ripa. Le bâtiment est ensuite occupé par les filles célibataires pauvres (zitelle dans le dialecte romanesco) et une congrégation composée de 100 prêtres et 20 clercs, chargée de prier pour les âmes des prêtres décédés. En tant que tel, le bâtiment est surnommé l'Ospizio dei cento preti (« Hospice des Cent Prêtres »)[73].

Au XIXe siècle, à la suite du processus de dégradation du patrimoine bâti qui affecte toute la ville, la via Giulia subit une myriade d'interventions de superfétation, de surélévation et d'occupation des espaces libres. Dans cette période, seuls quelques nouveaux bâtiments ou projets de restauration sont réalisés dont la prison pour jeunes (Palazzo del Gonfalone) en 1825-27, la rénovation de l'hospice arménien à côté de l'église San Biagio en 1830, la nouvelle façade de Santo Spirito dei Napoletani et du Collège pontifical en 1853 par Pietro Camporese et Antonio Sarti, qui est le seul bâtiment de qualité architectonique[74]. Cependant, cela n'arrête pas le déclin général de la rue qui a commencé au milieu du XVIIIe siècle[75]. La noblesse a abandonné les palais dans la rue pour se déplacer vers le nouveau centre de la vie urbaine dans la plaine du Champ de Mars et à leur place, la rue accueille des artisans, assumant un aspect d'abandon et de survie[76].

La via Giulia depuis 1870

Après que Rome soit devenue la capitale du royaume d'Italie en 1870, le Tibre, connu pour ses inondations, en particulier dans la plaine du Champ de Mars, voit ses rives aménagées en 1873 en construisant des lungoteveres, qui à partir de1888 sont érigées le long de la rue et nécessitent que Sant'Anna dei Bresciani soit démolie[77]. Les lungoteveres coupent complètement la via Giulia du Tibre[78] et empêchent les loggias et les jardins des palais face à la rivière, tels que les palais Medici-Clarelli, Sacchetti, Varese et Falconieri d'avoir une vue sur le fleuve. La Fontanone du Ponte Sisto est démolie avec l'Hospice des mendiants en 1879 et reconstruite en 1898 sur le côté opposé du Ponte Sisto dans l'actuelle Piazza Trilussa[65].

Pendant la période fasciste, en 1938, Benito Mussolini[79] ordonne la construction d'une large avenue entre le pont Mazzini et la Chiesa Nuova[80], ce qui cause des démolitions importantes de bâtiments (dont celles des palais Ruggia et Planca Incoronati et de la Piazza Padella)[81] dans la section centrale de la via Giulia, entre la via della Barchetta et le vicolo delle Prigioni[82]. Le projet est arrêté en raison du début de la Seconde Guerre mondiale[83] et à ce jour, le terrain vide en résultant n'est que partiellement occupé par le nouveau bâtiment du Liceo Classico Virgilio[82].

À partir des années d'après-guerre, la rue retrouve progressivement son statut d'une des rues les plus prestigieuses de la ville [57]. De nombreux événements y ont eu lieu en 2008 pour son 500e anniversaire ; quelques églises et palais ont été restaurés et ouverts aux visiteurs[1].

↑ a et b (en) Elisabeth Rosenthal, « A Stroll in Rome With a Papal Pedigree-Via Giulia celebrates its 500th birthday this year », The New York Times,‎ 29 juin 2008 (lire en ligne, consulté le 8 mars 2020) ↑ a et b Visceglia 2003. Castagnoli et al. 1958, p. 353. ↑ a et b Castagnoli et al. 1958, p. 353-354. Temple 2011, p. 57. Salerno, Spezzaferro et Tafuri 1973, p. 36. ↑ a et b Gigli 1990, p. 38. Gigli 1990, p. 40. Salerno, Spezzaferro et Tafuri 1973, p. 41. Pietrangeli 1979, p. 82. Salerno, Spezzaferro et Tafuri 1973, p. 38-38. Infessura 1890, p. 79 f.: February 1475. Salerno, Spezzaferro et Tafuri 1973, p. 39-40. Salerno, Spezzaferro et Tafuri 1973, p. 40. Salerno, Spezzaferro et Tafuri 1973, p. 40-41. Salerno, Spezzaferro et Tafuri 1973, p. 44-45. Castagnoli et al. 1958, p. 364. ↑ a et b Castagnoli et al. 1958, p. 363. Delli 1988, p. 543. ↑ a et b Castagnoli et al. 1958, p. 378. ↑ a b c et d Pietrangeli 1979, p. 8. ↑ a et b Castagnoli et al. 1958, p. 380-381. ↑ a b c et d Bruschi 1971. ↑ a b c d e et f Portoghesi 1970, p. 19. Salerno, Spezzaferro et Tafuri 1973, p. 71. Rowland 1998, p. 178. ↑ a et b Delli 1988, p. 472. Castagnoli et al. 1958, p. 380. ↑ a et b Salerno, Spezzaferro et Tafuri 1973, p. 46. ↑ a et b Salerno, Spezzaferro et Tafuri 1973, p. 60. Temple 2011, p. 67-68. Dante 1980. ↑ a b et c Temple 2011, p. 124. Salerno, Spezzaferro et Tafuri 1973, p. 61. ↑ a et b Salerno, Spezzaferro et Tafuri 1973, p. 62. Pietrangeli 1981, p. 52. Salerno, Spezzaferro et Tafuri 1973, p. 63. ↑ a b et c Castagnoli et al. 1958, p. 382. ↑ a et b Salerno, Spezzaferro et Tafuri 1973, p. 78. Salerno, Spezzaferro et Tafuri 1973, p. 63-64. Pietrangeli 1981, p. 40. Pietrangeli 1981, p. 36. Salerno, Spezzaferro et Tafuri 1973, p. 76-77. Salerno, Spezzaferro et Tafuri 1973, p. 72. Delli 1988, p. 504. Armellini 1891, p. 424. Salerno, Spezzaferro et Tafuri 1973, p. 72-73. Delli 1988, p. 473. Salerno, Spezzaferro et Tafuri 1973, p. 102. ↑ a b et c Salerno, Spezzaferro et Tafuri 1973, p. 105. Pietrangeli 1979, p. 76. Castagnoli et al. 1958, p. 415. ↑ a et b Castagnoli et al. 1958, p. 392. ↑ a et b Pietrangeli 1981, p. 16. Salerno, Spezzaferro et Tafuri 1973, p. 106. Pietrangeli 1979, p. 9. ↑ a b c d e f et g Pietrangeli 1979, p. 10. Pietrangeli 1979, p. 13. Pietrangeli 1979, p. 44. ↑ a b et c Salerno, Spezzaferro et Tafuri 1973, p. 118. Salerno, Spezzaferro et Tafuri 1973, p. 119. Pietrangeli 1981, p. 56. Salerno, Spezzaferro et Tafuri 1973, p. 132. Castagnoli et al. 1958, p. 427. ↑ a et b Pietrangeli 1979, p. 78. Salerno, Spezzaferro et Tafuri 1973, p. 134. ↑ a et b Salerno, Spezzaferro et Tafuri 1973, p. 133. (it) Documenti del Barocco Romano, Roma, Miscellanea della R. Società Romana di Storia Patria, 1920 (lire en ligne), p. 58 [c440] (1) Gigli 1958, p. 118. Ceccarelli 1940, p. 25-26. Salerno, Spezzaferro et Tafuri 1973, p. 135. Salerno, Spezzaferro et Tafuri 1973, p. 145. Pietrangeli 1979, p. 80. Salerno, Spezzaferro et Tafuri 1973, p. 147. Delli 1988, p. 474. Bertarelli 1925, p. 332. Pietrangeli 1981, p. 10. Castagnoli et al. 1958, p. 693-696. Buchowiecki 1967, p. 705. Mazzotta 2014, p. 185-187. (it) « Il Restauro di Via Giulia - Una ferita da rimarginare », archilovers.com, 2 août 2011 (consulté le 30 janvier 2021) ↑ a et b Pietrangeli 1979, p. 18-22. Pietrangeli 1979, p. 16.


Erreur de référence : Des balises <ref> existent pour un groupe nommé « note », mais aucune balise <references group="note"/> correspondante n’a été trouvée

Photographies by:
Peter1936F - CC BY-SA 4.0
Statistics: Position
8356
Statistics: Rank
5105

Ajouter un commentaire

CAPTCHA
Sécurité
316827954Cliquez/appuyez sur cette séquence : 2171
Cette question sert à vérifier si vous êtes un visiteur humain ou non afin d'éviter les soumissions de pourriel (spam) automatisées.

Google street view

Où pouvez-vous dormir près de Via Giulia ?

Booking.com
548.623 visites au total, 9.238 Points d'interêts, 405 Destinations, 3.437 visites aujourd'hui.