Église Saint-Étienne-le-Vieux

Église Saint-Étienne-le-Vieux

L'église Saint-Étienne-le-Vieux est une ancienne église, aujourd'hui en partie ruinée, située dans le centre-ville ancien de Caen. Elle ne doit pas être confondue avec l'église Saint-Étienne (ancienne abbatiale de l'abbaye aux Hommes) située à proximité.

Cette église fait l’objet d’un classement au titre des monuments historiques depuis le .

L'église a probablement été fondée au Xe siècle quand la ville de Caen connait son premier essor notable. Elle est mentionnée pour la première fois dans les chartes octroyées par Guillaume le Conquérant aux deux abbayes caennaises sous le nom de sanctus Stephanus vetus vers 1067[1]. Le qualificatif « le Vieux » permet de la distinguer de l'église abbatiale Saint-Étienne construite à partir du XIe siècle.

Exposée le long des remparts de la ville, elle fut très endommagée pendant la guerre de Cent ans, notamment pendant le siège de 1417. Elle est reconstruite pendant et après l'occupation anglaise. De cette époque, date la tour-lanterne octogonale.

La paroisse faisait partie du doyenné de Caen, dans le diocèse de Bayeux.

Le 1er mars 1780, le parlement de Rouen confirme un arrêt du bailliage de Caen ordonnant le transfert des cimetières urbains en dehors de la ville. En 1784-1785, le cimetière de la paroisse Saint-Étienne est donc transféré vers le cimetière des Quatre-Nations[2].

Désaffectée en 1793, elle n'est pas rendue au culte en 1802, l'ancienne abbatiale reprenant le rôle d'église paroissiale. Peu entretenue, l'église menace bientôt ruine. Classée en 1840, elle est fermée au public en 1844 du fait de son délabrement. Menacée de démolition, elle est sauvée in extremis grâce à l'action d'Arcisse de Caumont et d'Antoine Charma. La société des antiquaires de Normandie envisage d'utiliser l’église pour y installer ses collections, mais le musée des antiquaires de Normandie est finalement aménagé dans l'ancien collège du Mont situé à proximité. La ville y entrepose des fragments architecturaux jusqu'à leur dépôt dans le musée en 1926[3].

En 1944, elle est atteinte par un obus visant une colonne de chars allemands qui stationnait à proximité[4]. La nef est en grande partie détruite. Depuis cette date, l'église n'a pas fait l'objet de travaux de restauration. Son état de conservation ne permet donc pas son ouverture au public.

Une vue générale (avant 1927). 

Une vue générale (avant 1927).

Le portail principal (avant 1923). 

Le portail principal (avant 1923).

Le chevet sur la rue Arcisse-de-Caumont (avant 1923). 

Le chevet sur la rue Arcisse-de-Caumont (avant 1923).

Cliché du XIXe siècle. 

Cliché du XIXe siècle.

Jean-Yves Marin, « Archéologie urbaine à Caen en 1982 - Rapport préliminaire », Annales de Normandie, 1983, Volume 33, no 3, p. 328 Service de l'inventaire de la région Normandie, Ici repose... : À la découverte des cimetières de Caen, coll. « Parcours du patrimoine », septembre 2017 Lucien Musset, « Historique sommaire du Musée des antiquaires (1824-1963) », Bulletin de la Société des antiquaires de Normandie, t. 57 (1963-1965), Caen, 1965, pp. 583-588 [lire en ligne (page consultée le 31 mars 2012)] Gabriel HAURILLON, « La visite « interdite » de Saint-Etienne-le-Vieux », sur https://www.ouest-france.fr, 2012.
Photographies by:
Ikmo-ned - CC BY-SA 3.0
Statistics: Position (field_position)
763
Statistics: Rank (field_order)
1827

Ajouter un commentaire

Cette question sert à vérifier si vous êtes un visiteur humain ou non afin d'éviter les soumissions de pourriel (spam) automatisées.

Sécurité
672498135Cliquez/appuyez sur cette séquence : 8183

Google street view