France

Thérèse Gaigé - CC BY-SA 4.0 Jami430 - CC BY-SA 4.0 Schorle - CC BY-SA 3.0 bogdan1971 - CC BY-SA 3.0 Wikifrédéric - CC BY-SA 3.0 Palauenc05 - CC BY-SA 4.0 http://www.ville-gruissan.fr/le-salin-de-l-ile-saint-martin - CC BY-SA 4.0 Berrucomons - CC BY-SA 3.0 W. Bulach - CC BY-SA 4.0 CH'TI du 59153 - CC BY-SA 3.0 Jmp48 - CC BY-SA 3.0 Ikmo-ned - CC BY-SA 3.0 Richard LE GOC - CC BY-SA 4.0 Karldupart - CC BY-SA 3.0 Tomaso.kopackino - CC BY 3.0 Andreas Schäfer - CC BY-SA 3.0 Artreve at English Wikipedia - Public domain Jean-René Bouvier - CC BY-SA 4.0 Smiley.toerist - CC BY-SA 3.0 Romainberth - CC BY-SA 3.0 Manfred Heyde, - CC BY-SA 3.0 Vincent Desjardins - CC BY 2.0 Spiggot at en.wikipedia - CC BY-SA 3.0 Sven Wusch from Vettweiss-Kelz - CC BY-SA 2.0 Gfmorin - Public domain Eugenio Hansen, OFS - CC BY-SA 2.0 NicolasGrandjean - CC BY-SA 3.0 Thomas Canniot from Charleville-Mézières, France - CC BY 2.0 No machine-readable author provided. Romary assumed (based on copyright claims). - CC BY 2.5 Wolfgang Bauer - Public domain - Public domain Chaumeny Annie - CC BY-SA 3.0 Vassil - Public domain Pascalou petit - CC BY-SA 3.0 BARON GREVE - CC BY-SA 4.0 Hernandlucas - CC BY-SA 4.0 dalbera from Paris, France - CC BY 2.0 Clemensfranz - CC BY-SA 3.0 Andrey Chizhov - CC BY-SA 4.0 Bradley Weber - CC BY 2.0 User Gjm130 on en.wikipedia - CC BY-SA 3.0 Camuspeleo - CC BY-SA 4.0 Espirat - CC BY-SA 4.0 Bateloupreaut - CC BY-SA 3.0 Bateloupreaut - CC BY-SA 3.0 Bobo Boom - CC BY 2.0 BARON GREVE - CC BY-SA 4.0 Frederik Vandaele - CC BY 2.0 No images

Contexte de France

La France (), en forme longue depuis 1875 la République française (), est un État souverain transcontinental dont le territoire métropolitain s'étend en Europe de l'Ouest et dont le territoire ultramarin s'étend dans les océans Indien, Atlantique, Pacifique, ainsi qu'en Antarctique et en Amérique du Sud. Le pays a des frontières terrestres avec la Belgique, le Luxembourg, l'Allemagne, la Suisse, l'Italie, l'Espagne, Monaco et l'Andorre en Europe, auxquelles s'ajoutent les frontières terrestres avec le Brésil, le Suriname et les Pays-Bas aux Amériques. La France dispose d'importantes façades maritimes sur l'Atlantique, la Méditerranée, le Pacifique et l'océan Indien, lui permettant de bénéficier de la deuxième plus vaste zone économique exclusive du monde.

La France est une république constitutionnelle unitaire ayant un régime semi-présidentiel. Ell...Lire la suite

La France (), en forme longue depuis 1875 la République française (), est un État souverain transcontinental dont le territoire métropolitain s'étend en Europe de l'Ouest et dont le territoire ultramarin s'étend dans les océans Indien, Atlantique, Pacifique, ainsi qu'en Antarctique et en Amérique du Sud. Le pays a des frontières terrestres avec la Belgique, le Luxembourg, l'Allemagne, la Suisse, l'Italie, l'Espagne, Monaco et l'Andorre en Europe, auxquelles s'ajoutent les frontières terrestres avec le Brésil, le Suriname et les Pays-Bas aux Amériques. La France dispose d'importantes façades maritimes sur l'Atlantique, la Méditerranée, le Pacifique et l'océan Indien, lui permettant de bénéficier de la deuxième plus vaste zone économique exclusive du monde.

La France est une république constitutionnelle unitaire ayant un régime semi-présidentiel. Elle a pour capitale Paris et pour langue officielle le français, langue de l'administration depuis 1539. Au , la population de la France est d'environ 68 millions d'habitants.

Pendant l'âge du fer, le territoire de la France métropolitaine est envahi par les Gaulois (peuple celtique) qui s'y installent, avant d'être conquis par la République romaine en 51 av. J.-C. à la suite de la guerre des Gaules. Les Francs (peuple germanique) s'y installent au Ve siècle et fondent l'Empire carolingien au IXe siècle. L'empire est partitionné en 843, et la Francie occidentale devient le royaume de France, puissance majeure en Europe depuis le Moyen Âge. En 1789, la Révolution française adopte la déclaration des droits de l'homme et du citoyen, marque la fin de l'ancien régime et de la monarchie absolue, ainsi que la propagation des idées révolutionnaires. Le pays connaît ensuite plusieurs changements de régime institutionnel (Consulat, Premier Empire, Restauration, monarchie de Juillet, Second Empire) jusqu'à l'avènement définitif de la République en 1870, à la suite de la défaite contre la Prusse. Du milieu du XVIe siècle au milieu du XXe siècle, elle conquiert le second plus vaste empire colonial derrière l'empire colonial anglais. La France est l'un des principaux belligérants de la Première et de la Seconde Guerre mondiale.

À partir des années 1950, elle est l'un des acteurs de la construction de l'Union européenne. L'un des cinq membres permanents du Conseil de sécurité des Nations unies et membre de l'OTAN, la France est également membre du G7, du G20, de l'Organisation Internationale de la Francophonie et de la zone euro, et abrite le siège de plusieurs organisations internationales dont le Conseil de l'Europe, l'UNESCO, l'OCDE, Interpol, et le Centre international de recherche sur le cancer. Avec le cinquième budget de la Défense au monde, elle est la septième puissance militaire mondiale et dans les cinq premiers en nombre de têtes nucléaires. Elle exerce ainsi une influence notable en matière politique, économique, militaire, linguistique et culturelle, en Europe et dans le reste du monde[réf. nécessaire].

Avec un PIB nominal de 2 938 milliards de dollars US en 2021 selon le FMI, la France est cette année-là la troisième économie européenne après l'Allemagne et le Royaume-Uni, ainsi que la septième économie mondiale. Elle affiche un niveau de vie « très élevé » sur le classement IDH. Elle figure parmi les chefs de file mondiaux dans les secteurs de l'agroalimentaire, de l'aéronautique, de l'automobile, du tourisme, du nucléaire, et du luxe.

Plus à propos France

Informations de base
  • Devise Euro
  • Nom natif France
  • Indicatif d'appel +33
  • Domaine Internet .fr
  • Speed limit 130
  • Mains voltage 400V/50Hz
  • Democracy index 7.99
Population, Area & Driving side
  • Population 67749632
  • Zone 643801
  • Côté conduite right
Historique
  • Carte animée montrant l’évolution du territoire français métropolitain de 985 à 1947. Après s’être petit à petit accru au Moyen Âge et aux Temps Modernes, la France a connu sa dernière extension territoriale majeure et définitive en 1860, avec l’acquisition de Nice et de la Savoie. 
    Évolution du territoire de la France métropolitaine, de 985 à 1947.

    La France métropolitaine actuelle occupe la plus grande partie de l'ancienne Gaule celtique, conquise par Jules César au Ier siècle av....Lire la suite

    Carte animée montrant l’évolution du territoire français métropolitain de 985 à 1947. Après s’être petit à petit accru au Moyen Âge et aux Temps Modernes, la France a connu sa dernière extension territoriale majeure et définitive en 1860, avec l’acquisition de Nice et de la Savoie. 
    Évolution du territoire de la France métropolitaine, de 985 à 1947.

    La France métropolitaine actuelle occupe la plus grande partie de l'ancienne Gaule celtique, conquise par Jules César au Ier siècle av. J.-C., mais elle tire son nom des Francs, un peuple germanique qui s'y installa à partir du Ve siècle. La France est un État dont l'unification est ancienne, et fut l'un des premiers pays de l'époque moderne à tenter une expérience démocratique.

    Préhistoire, protohistoire et Antiquité
    Lascaux cave paintings: a horse from Dordogne facing right brown on white background 
    Un des chevaux de Lascaux, Dordogne, environ 18 000 av. J.-C.

    La présence humaine sur le territoire de la France actuelle remonte au Paléolithique inférieur ; les traces les plus anciennes de vie humaine datent d'il y a environ 1 800 000 ans[e 1]. L'homme est alors confronté à un climat rude et variable, marqué par plusieurs ères glaciaires qui modifient son cadre de vie[e 1]. La France compte un nombre important de grottes ornées du Paléolithique supérieur, dont deux des plus célèbres sont la grotte de Lascaux[e 1] (Dordogne, -18000 environ[1]) et la grotte Chauvet (Pont d'Arc, -36000 environ).

    Vers -10000, à la fin de la dernière ère glaciaire, le climat s'adoucit[e 1]. À partir de -7000 environ, l'Europe occidentale entre dans le Néolithique et ses habitants se sédentarisent, même si l'évolution est différente selon les régions[e 2]. Après un fort développement démographique et agricole aux IVe et IIIe millénaires, la métallurgie fait son apparition à la fin du IIIe millénaire, d'abord avec le travail de l'or, du cuivre et du bronze, puis avec celui du fer au VIIIe siècle[e 3].

    En -600, des Grecs originaires de la ville de Phocée fondent la ville de Marseille, au bord de la Méditerranée[e 4] ; à la même époque, quelques peuples celtes pénètrent dans le territoire de la France actuelle, mais cette occupation ne se généralise à la totalité de ce territoire qu'entre les Ve et IIIe siècles av. J.-C.[e 5]. La notion de Gaule, Γαλατία en grec[2], apparaît alors ; elle correspond aux territoires de peuplement celte compris entre le Rhin, les Pyrénées, l'Atlantique et la Méditerranée[e 6].

    Contrairement à la vision réductrice qu'en donne César dans sa Guerre des Gaules, ce vaste espace géographique est occupé par une mosaïque de plus d'une centaine de peuples dont l'organisation est très diverse, mais qui ont tous un point commun : « qu’il s’agisse de l’agriculture, de l’urbanisme, du commerce ou encore de l’art, ils partagent un savoir-faire avancé »[3].

    À partir de -125, le sud des Gaules (57 peuples gaulois) est progressivement conquis par la République romaine à la suite de la victoire de Rome sur les Allobroges et les Arvernes. Rome y fonde les villes d'Aix-en-Provence, Toulouse et Narbonne[e 7]. En -58, Jules César prend prétexte d'une demande d'aide des Éduens pour se lancer à la conquête du reste de la Gaule. D'abord battu à Gergovie, il vainc à Alésia.

    Les riches territoires fiscaux nouvellement conquis sont répartis par l'empereur de Rome Auguste en neuf provinces, dont quatre correspondent approximativement à l'actuel territoire métropolitain français : la Narbonnaise au sud, l'Aquitaine au sud-ouest, la Lyonnaise au centre et à l'ouest et la Belgique au nord[e 8]. De nombreuses villes sont fondées durant la période gallo-romaine, dont Lyon (Lugdunum) en -43, appelée à être la capitale de la Gaule romaine[e 9] qui connait alors la paix pendant environ deux siècles.

    Au IIIe siècle, la Gaule romaine connaît une crise grave, le limes, frontière fortifiée protégeant l'Empire des incursions germaniques, étant franchi à plusieurs reprises par les Barbares[e 10]. Le pouvoir romain chancelant un Empire des Gaules est proclamé en 260 qui échappe à la tutelle romaine jusqu'en 274[e 11]. Pendant la première moitié du IVe siècle, la Gaule romaine connaît une période de renouveau et de prospérité[e 12]. Toutefois, les invasions barbares reprennent à partir de la seconde moitié du IVe siècle[e 13] et le 31 décembre 406, les Vandales, Suèves et Alains franchissent le Rhin et traversent la Gaule jusqu'en Espagne[e 14]. Au milieu du Ve siècle, les Alamans et les Francs s'installent au nord-est de la France actuelle et exercent une forte pression sur les généraux romains qui subsistent dans le nord-est de la Gaule[e 15].

    Pour ce qui concerne la France d'outre-mer pendant ce temps : la Guyane est occupée par des peuples vivant de chasse et de cueillette ; Saint-Pierre-et-Miquelon reçoit des visites de paléoesquimaux[4] ; les Antilles françaises sont animées par une période précolombienne ; la Guadeloupe par des groupes amérindiens pré-céramiques[5] ; la Nouvelle-Calédonie, Wallis-et-Futuna reçoivent leurs premiers habitants vers -3000, et leur première civilisation, le Lapita, se développe au premier millénaire av. J.-C. ; les autres territoires d'outre-mer semblent inoccupés durant cette période.

    Naissance, crises et transformations du royaume de France au Moyen Âge
    animated gif showing expansion of Franks across Europe 
    Expansion des Francs de 481 à 843/870.
    Une représentation artistique du baptême de Clovis, dans la Sainte-Chapelle à Paris. 
    Le baptême de Clovis, représenté dans la Sainte-Chapelle à Paris (anonyme).
    Photographie montrant le château de Montsoreau et la Loire 
    Le château de Montsoreau (c. 1450) dans le Val de Loire, construit sur ordre de Charles VII, annonce la Renaissance en France.

    La conversion au christianisme du chef franc Clovis, baptisé à Reims le 24 décembre 496 par l'évêque saint Rémi, fait de lui l'allié de l'Église chrétienne nicéenne et lui permet de conquérir l'essentiel de la Gaule au tournant des Ve et VIe siècles[e 16]. La fusion des héritages gallo-romains, des apports germaniques et du christianisme est longue et difficile, les Francs constituant originellement une société guerrière aux lois très éloignées du droit romain et des principes chrétiens[e 17]. Tandis que la faiblesse démographique que connaît le royaume des Francs entraîne un déclin des villes, le christianisme s'installe par la fondation d'églises rurales et surtout de très nombreux monastères[e 18]. Si le pouvoir de Clovis semblait originellement solide, la dynastie mérovingienne doit bientôt faire face à de graves difficultés[e 19] ; elle disparaît en 751 lorsque Pépin le Bref est sacré roi des Francs, fondant ainsi la dynastie carolingienne[e 20].

    Pépin le Bref et son fils Charlemagne agrandissent considérablement le royaume des Francs, qui s'étend à la fin du VIIIe siècle sur plus d'un million de kilomètres carrés[e 21]. L'immense empire carolingien est contrôlé par une administration centralisée basée à Aix-la-Chapelle, des comtes représentant Charlemagne dans tout l'empire et surveillés par les missi dominici[e 22]. Charlemagne, couronné en 800 empereur d'Occident, relance les arts libéraux dans l'éducation et le palais d'Aix-la-Chapelle accueille une activité intellectuelle et artistique de haut niveau[e 23]. Néanmoins, après la mort de l'empereur, les comtes et les vassaux de celui-ci parviennent peu à peu à rendre leur fonction héréditaire, et les petits-fils de Charlemagne se partagent l'Empire au traité de Verdun (843) ; Charles obtient la Francie occidentale, qui correspond approximativement aux deux tiers occidentaux de la France actuelle et dont les frontières varieront peu jusqu'à la fin du Moyen Âge[e 24]. Le nouveau royaume doit toutefois affronter trois vagues d'invasions différentes aux IXe et Xe siècles, menées par les musulmans, les Vikings et les Hongrois[e 25]. À la même époque, les pouvoirs des anciens comtes continuent d'augmenter tandis que le pouvoir royal diminue[e 26] ; une société féodale se met en place, caractérisée par sa division en trois ordres : le clergé, la noblesse et le tiers état[e 27].

     
    Jeanne d'Arc conduit l'armée française à plusieurs victoires importantes pendant la guerre de Cent Ans et ouvre la voie vers la victoire finale.

    En 987, Hugues Capet est élu roi par ses pairs, c'est-à-dire les nobles du royaume[N 1] ; la monarchie redevient héréditaire[e 28] et les Capétiens règneront sur la France pendant plus de huit siècles. Néanmoins, les premiers rois capétiens ne contrôlent directement qu'une portion très faible du territoire français, appelée le domaine royal, et certains de leurs vassaux sont beaucoup plus puissants qu'eux[e 29]. Au XIIe siècle, le pouvoir royal commence à s'affirmer contre les princes du royaume, mais doit faire face à partir des années 1150 à la naissance d'un « empire Plantagenêt » regroupant dans un même ensemble l'Angleterre et le tiers ouest de la France[e 30].

    Le royaume capétien atteint son premier apogée au XIIIe siècle, la monarchie reprenant le pouvoir qu'elle avait perdu[e 31] tandis que l'art et la culture française s'affirment en Europe[e 32]. Philippe Auguste (1180-1223) parvient à conquérir l'essentiel des possessions françaises des Plantagenêt, mettant temporairement fin à la menace anglaise et agrandissant considérablement le domaine royal par la même occasion[e 33]. Louis IX (1226-1270) se comporte en arbitre de la chrétienté et participe aux septième et huitième croisades, et sera rapidement canonisé par l'Église catholique[e 34].

    Le XIVe siècle et la première moitié du XVe siècle voient la France plonger dans une crise grave, dont les expressions sont multiples[e 35]. La guerre de Cent Ans, menée contre l'Angleterre et née d'un problème de succession à la tête du royaume de France, ravage le pays[e 36]. Toutefois, la crise des XIVe et XVe siècles n'est pas seulement politique ou militaire ; elle est aussi démographique : à partir de 1347, la peste noire tue au moins un tiers de la population du royaume[N 2] ; sociale : les insurrections paysannes et urbaines se multiplient ; mais également économique et religieuse[e 37]. Si la monarchie est également touchée par cette crise, elle en sort renforcée : le pouvoir central, qui s'est déplacé dans la vallée de la Loire, se dote de nouvelles institutions, met en place une armée et un impôt permanents, et amorce le passage du Moyen Âge à la Renaissance[e 38],[6].

    De la Renaissance à la monarchie absolue (XVIe au XVIIIe siècle)
     
    Territoire du premier empire colonial français en Amérique, appelé la Nouvelle-France (1534-1763).
    Tableau en couleur d'un homme à la chevelure longue et noire, posant debout, en tenue royale, bleue et blanche. 
    Louis XIV, le « Roi-Soleil », était le monarque absolu de la France et en a fait la première puissance européenne.

    À partir de 1494, les souverains français mènent de multiples guerres en Italie, puis contre l'empereur Charles Quint[7]. Néanmoins, les règnes de François Ier (1515-1547) et de son fils Henri II (1547-1559) sont surtout marqués par un renforcement du pouvoir royal, qui tend à devenir absolu[8], et par une Renaissance littéraire et artistique fortement influencée par l'Italie[9].

    En 1539, l'ordonnance de Villers-Cotterêts fait du français la langue administrative et judiciaire du royaume[e 39]. Toutefois, l'unité de la France autour de la personne du roi est bousculée dans la deuxième moitié du XVIe siècle par le problème religieux : entre 1562 et 1598, huit guerres de religion se succèdent entre catholiques et calvinistes[e 40]. Cette crise religieuse se double d'une crise économique et surtout politique[10]. En 1598, le roi Henri IV (1589-1610) met fin aux guerres de religion par l'édit de Nantes, qui donne une liberté de culte partielle aux protestants[e 41].

    Louis XIII (1610-1643) et ses ministres Richelieu et Mazarin doivent faire face à l'opposition de nobles soucieux de reprendre leurs anciens pouvoirs[e 42]. À la même époque, la France mène plusieurs guerres victorieuses (dont la guerre de Trente Ans) et commence à former un premier empire colonial, principalement en Nouvelle-France, aux Antilles et sur la route des Indes[e 43]. Louis XIV affirme plus que jamais le caractère absolu de son pouvoir[N 3] : le « Roi-Soleil » se considère comme le « lieutenant de Dieu sur Terre[e 44] » et fait construire le château de Versailles, symbole de son pouvoir[e 45]. Il s'entoure d'artistes et de savants et travaille à l'unité religieuse de son royaume[e 46] en reprenant la persécution des protestants et en révoquant l'édit de Nantes par l'édit de Fontainebleau. Malgré la situation financière critique de la monarchie, Louis XIV mène plusieurs guerres face à une Europe coalisée contre lui[e 47] tandis que le marquis de Vauban fait construire un réseau de villes fortifiées aux frontières du royaume[e 48]. Si ces guerres aboutissent dans un premier temps à des victoires françaises, plusieurs défaites militaires et des famines ternissent la fin de son règne[e 49].

    Louis XV (1715-1774), arrière-petit-fils et successeur de Louis XIV, mène lui aussi plusieurs guerres, aux résultats contrastés[e 50]. En 1763, par le traité de Paris qui met fin à la guerre de Sept Ans, la France abandonne ses possessions en Amérique du Nord, mais acquiert dans la même décennie la Lorraine et la Corse[e 51]. Pendant ce temps, la France connaît une forte vitalité démographique et économique. La croissance de la production agricole s'accompagne d'une proto-industrialisation, notamment dans le secteur textile, ainsi que d'un essor dans les domaines intellectuel et culturel[e 52]. Toutefois, Louis XVI, qui accède au trône en 1774, se révèle incapable de trouver une solution au surendettement de la monarchie et doit convoquer les états généraux en 1789[e 53].

    Révolutions, républiques, monarchies et empires (1789-1914)
     
    La prise de la Bastille, le 14 juillet 1789, est l'un des premiers faits marquants de la Révolution française.
     
    La partie européenne du territoire de la Première République découpé en départements.

    Les délégués envoyés aux États généraux qui s'ouvrent le 5 mai 1789 outrepassent rapidement les pouvoirs qui leur sont attribués et s'érigent en une Assemblée nationale constituante[e 54]. Le roi ne peut alors empêcher l'assemblée constituante de décider l'abolition des privilèges dans la nuit du 4 août puis d'adopter le 26 août la Déclaration des droits de l'homme et du citoyen[e 55]. La devise Liberté, Égalité, Fraternité apparaît dans le débat public, en particulier en 1790 dans un discours de Maximilien Robespierre sur l'organisation de la Garde nationale[11]. Après un essai de monarchie constitutionnelle, la République naît le 22 septembre 1792, et Louis XVI, condamné pour trahison, est guillotiné par jugement de la Convention nationale le 21/1/1793[e 56]. La France révolutionnaire connaît alors plusieurs années de guerres et d'exécutions jusqu'à l'instauration du Directoire en 1795[e 57]. C'est le 27 pluviôse an II (15 février 1794), que le drapeau tricolore est instauré par la Convention nationale, par décret indiquant que « le pavillon et le drapeau national seront formés des trois couleurs nationales disposées en trois bandes égales de manière que le bleu soit attaché à la garde du pavillon, le blanc au milieu et le rouge flottant »[12].

     
    Napoléon Ier, empereur des Français, a construit avec sa Grande Armée un vaste empire à travers l'Europe. Il a aidé à répandre les idéaux révolutionnaires français, et ses réformes juridiques ont eu une influence majeure dans le monde entier.

    Le 9 novembre 1799, le général Napoléon Bonaparte renverse le Directoire par un coup d'État et lui substitue le Consulat ; cinq ans plus tard, il est couronné Empereur des Français[e 58]. Napoléon Ier crée ou réforme de nombreuses institutions[N 4], et ses multiples victoires militaires mettent la moitié de la population européenne sous son contrôle au début des années 1810[e 59]. Le déclin sera néanmoins rapide : après une éphémère abdication puis un bref retour au pouvoir, l'Empereur est définitivement vaincu à Waterloo le 18 juin 1815[e 60].

    La France entame alors une seconde expérience de monarchie constitutionnelle, pendant laquelle les rois Louis XVIII (1814-1824) et surtout Charles X (1824-1830) remettent en question une partie des acquis de la Révolution[e 61]. Quelques semaines après avoir conquis Alger, Charles X est renversé en 1830 par les Trois Glorieuses, un mouvement révolutionnaire qui porte sur le trône Louis-Philippe[e 62]. Si ce dernier est alors considéré comme réformateur, la contestation monte bientôt, malgré l'essor économique que connaît la France à cette époque[e 63].

    En février 1848, une nouvelle révolution éclate, dont les objectifs ne sont plus seulement politiques, mais aussi sociaux[e 64]. L'éphémère Seconde République qui est alors mise en place instaure le suffrage universel masculin et abolit l'esclavage dans les colonies ainsi que la peine de mort pour raison politique[e 65]. Toutefois, elle est renversée par son président Louis-Napoléon Bonaparte, qui est couronné empereur en 1852[e 66].

     
    Territoire du second empire colonial français (de 1815 à 1958, date du début des indépendances).

    Si les premières années du Second Empire sont celles d'un régime autoritaire, Napoléon III entame un tournant libéral en 1860, qui n'empêche pas une montée des oppositions politiques, tandis que le développement industriel et ferroviaire s'accélère[e 67]. La défaite de la France face à une Allemagne en cours d'unification, en 1870 et 1871, est un double tournant dans l'histoire du pays : l'empereur capitule le 2 septembre 1870 et la République est proclamée le 4, tandis que la Prusse annexe l'Alsace-Lorraine[e 68]. La défaite française suscite en outre l'épisode dramatique de la Commune de Paris, écrasée en mai 1871 par les troupes gouvernementales.

    Malgré sa naissance chaotique, la Troisième République est le plus long des régimes politiques qu'a connu la France depuis 1789[e 69]. Les républicains mettent peu à peu en place leur projet politique : l'école est rendue gratuite, laïque et obligatoire en 1881-1882, les libertés de presse et de réunion sont accordées en 1881, le divorce et les syndicats sont autorisés en 1884, et les Églises sont séparées de l'État en 1905[e 70]. À la même époque, la France se dote d'un vaste empire colonial, qui sera le deuxième au monde après celui du Royaume-Uni[13],[e 71] : aux possessions en Inde et à l'Algérie viennent s'ajouter au fil des années l'Indochine, les protectorats de Tunisie et du Maroc, l'Afrique équatoriale et occidentale et Madagascar. Si plusieurs crises politiques se succèdent — crise boulangiste, scandale des décorations, scandale de Panama, affaire Dreyfus —, la menace principale pour la République vient désormais de l'extérieur, où la guerre apparaît de plus en plus imminente[e 72].

    La France dans les deux guerres mondiales (1914-1945)
    Une carte représentant la division du territoire français, durant la Seconde Guerre mondiale, entre une zone libre correspondant à un large tiers sud-est du pays et une zone occupée correspondant au nord du pays et au littoral atlantique. 
    Durant la Seconde Guerre mondiale, la France métropolitaine est divisée entre une « zone occupée » au nord et à l'ouest et une « zone libre » au sud, auxquelles s'ajoutent d'autres zones de taille plus restreintes au statut spécial.
    Autochrome of the 114 Infantery regiment in París, on 14 July 1917, with French flag unfurled laying on stacked arms 
    Les poilus français ont subi d'importantes pertes lors de la Première Guerre mondiale.

    Par le jeu des alliances, la France entre en guerre au début du mois d'août 1914 contre l'Allemagne, aux côtés du Royaume-Uni et de l'Empire russe[e 73]. La Première Guerre mondiale, qui fait 1,4 million de victimes françaises et entraîne de nombreuses destructions dans le nord-est du pays, se conclut le 11 novembre 1918 en faveur de la Triple-Entente[e 74]. Outre le retour de l'Alsace-Lorraine, la France recevra une partie des réparations allemandes prévues par le traité de Versailles tout en obtenant des garanties de sécurité. Néanmoins, celles-ci ne suffisent pas à éviter en 1940, une nouvelle invasion par l'Allemagne à la suite de la reconstruction de l'armée allemande et de la remilitarisation de la rive gauche du Rhin.

     
    Georges Clemenceau est célèbre tant pour sa politique intérieure que pour son rôle dans la Première Guerre mondiale. Il fait preuve d'une grande détermination[N 5] Une fois l'Allemagne vaincue, il est surnommé « Père la Victoire ». Guillaume II dira dans ses mémoires : « ce ne sont pas les Alliés qui nous ont battus, mais c'est le petit vieillard de Clemenceau ! »

    Après quelques années de reconstruction laborieuse, marquée par un effort d'immigration et de productivité pour pallier la pénurie de main-d'œuvre dans les mines, l'acier ou l'automobile, la France peine à retrouver sa vigueur économique d'avant-guerre[e 75] avant de vivre une forte croissance à partir de 1924. Elle sera touchée bien après la plupart des autres puissances par la crise des années 1930[14]. Toutefois, si cette crise est tardive, elle est durable et profonde. Aux difficultés économiques s'ajoute une crise politique, malgré l'espoir suscité par l'arrivée au pouvoir en 1936 du Front populaire[15]. Finalement, lorsque la France déclare le 3 septembre 1939 la guerre à l'Allemagne nazie, elle sort tout juste de la plus grave crise qu'ait connue la Troisième République[e 76].

    Après huit mois sans combats (la « drôle de guerre »), la Wehrmacht envahit le 10 mai 1940 le nord-est de la France et le maréchal Philippe Pétain demande l'armistice le 22 juin[e 77]. Ce dernier obtient les pleins pouvoirs le 10 juillet, signant ainsi la fin de la Troisième République et la naissance du régime de Vichy. Celui-ci mène une politique conservatrice, traditionaliste et antisémite, et collabore avec le Troisième Reich. Toutefois, la résistance s'organise à l'intérieur et à l'extérieur du pays[e 78]. Le débarquement allié du 6 juin 1944 en Normandie sonne la fin de l'occupation nazie et le début de la libération de l'Europe[e 79]. Au total, ce conflit aura tué moins de militaires français que le précédent[N 6] mais les victimes civiles sont nombreuses — au moins 330 000 victimes civiles, dont 75 000 Juifs installés sur le territoire français qui ont été tués lors de la Shoah[16],[N 7] — et les blessures psychologiques et politiques dues à la débâcle de 1940, à la collaboration puis aux règlements de compte lors de l'épuration sont longues à cicatriser[e 79].

    La Libération, gaullisme et crise politique (1945-1968)
     
    Carte animée de la croissance et du déclin de l'empire colonial français.
    Charles de Gaulle seated in uniform looking left with folded arms 
    Charles de Gaulle a pris une part active à de nombreux événements majeurs du XXe siècle : combattant lors de la Première Guerre mondiale, chef des Français libres pendant la Seconde Guerre mondiale puis chef du Gouvernement provisoire, premier président de la Ve République, il a facilité la décolonisation, a maintenu la France parmi les puissances majeures et a surmonté la révolte de Mai 68.

    Une période de renouveau commence alors pour la France[e 80]. Si le général de Gaulle, chef de la France libre, ne peut empêcher l'adoption d'une constitution proche de celle de la Troisième République, l'après-guerre voit la création de la Sécurité sociale et le droit de vote accordé aux femmes[e 81]. La France de la Quatrième République choisit le camp occidental dans la guerre froide qui s'ouvre à cette époque, entame avec difficultés (guerres d'Indochine puis d'Algérie) la décolonisation de l'Asie et de l'Afrique et participe aux débuts de la construction européenne[e 82]. Le pays entame dans le même temps une période de modernisation et de forte croissance économique que l'économiste Jean Fourastié appellera « Trente Glorieuses[e 83],[17] ».

    Le 1er juin 1958, lors d'une grave crise politique liée à la guerre d'Algérie, le général de Gaulle est investi président du Conseil par l'Assemblée nationale avec pour mission de donner à la République une nouvelle constitution : la Cinquième République donne au président des pouvoirs plus larges face au Parlement[e 84]. Charles De Gaulle poursuit et achève la décolonisation de l'Afrique et affirme l'indépendance de la France face aux États-Unis[e 85]. À cette fin, il dote la France du nucléaire civil et militaire, et d'un programme spatial qui fera de la France la troisième puissance spatiale de l'histoire. Mais la crise étudiante et sociale de mai 1968 révèle une fracture entre des aspirations de la jeunesse (notamment estudiantine) face à un pouvoir dépeint comme trop conservateur. Cependant, le général de Gaulle reprend en main la situation en provoquant la dissolution de l'Assemblée nationale le 30 mai 1968 après laquelle les Français lui donnent une large majorité présidentielle[18]. Il démissionne en 1969 à la suite de l'échec du référendum sur la réforme du Sénat et de la régionalisation[19]. Toutefois, le gaullisme se maintient au pouvoir cinq ans de plus, sous la figure du président de la République Georges Pompidou[e 86].

    Depuis Mai 68

    En 1974, s'ouvre une période post-gaulliste avec l'élection d'un président issu du centre-droit : Valéry Giscard d'Estaing[e 87]. Alors que la France entre peu à peu dans la crise des années 1970, les premières années de son mandat sont marquées par plusieurs lois actant les mutations de la société française, comme la loi Veil qui légalise l'interruption volontaire de grossesse (IVG) ou l'abaissement de 21 à 18 ans de l'âge de la majorité civile[e 88]. Un autre tournant a lieu en 1981, lorsqu'un président socialiste, François Mitterrand, est élu[e 89]. Face à la situation économique qui s'aggrave, celui-ci tente dans un premier temps une politique de relance[e 90], tout en adoptant des mesures symboliquement fortes comme l'abolition de la peine de mort[20]. Si François Mitterrand est réélu en 1988, la France connaît entre 1986 et 1988 puis entre 1993 et 1995 deux périodes de « cohabitation », situation jusque-là inédite où le président n'appartient pas au même parti que son gouvernement et qui offre une lecture nouvelle des institutions[e 91]. Cette situation se reproduit entre 1997 et 2002, mais de façon inversée, alors qu'un président de droite, Jacques Chirac, est élu en 1995, et que les élections législatives de 1997 amènent le socialiste Lionel Jospin à la tête du Gouvernement[e 92].

     
    La France met l'euro en circulation le 1er janvier 1999 et met fin à l'usage du franc français le 1er février 2002.

    En 2002, la France abandonne sa monnaie nationale pour adopter la monnaie unique européenne[21]. L'élection présidentielle de 2002 est marquée par l'élimination de Lionel Jospin dès le premier tour au profit de Jean-Marie Le Pen, candidat de l'extrême droite[22]. Une grande partie des électeurs se reportent alors sur Jacques Chirac qui est réélu[22]. Les gouvernements Raffarin puis Villepin se soulignent par l'opposition de la France à la guerre d'Irak[23]. En 2005, une majorité de citoyens vote « non » lors du référendum sur la ratification du traité établissant une constitution pour l'Europe[24]. Si Nicolas Sarkozy, président à partir de 2007, dirigeait le parti de son prédécesseur au moment de son élection et était membre de son gouvernement, la politique qu'il mène se veut de « rupture[25] ». Le gouvernement « d'ouverture » que François Fillon forme avec des personnalités issues non seulement de la droite, mais aussi du centre et de la gauche[25], doit cependant faire face à la crise économique venue en 2008-2009 des États-Unis[26].

    En 2012, le socialiste François Hollande est élu président, après être devenu candidat de son parti à l'issue des premières primaires ouvertes de l'histoire de la République. Avec une majorité socialiste dans les deux chambres du Parlement pour la première fois sous la Ve République, il conduit une politique marquée par une hausse de la fiscalité puis par un virage social-libéral et par l'ouverture du mariage civil aux couples de même sexe. L'élection présidentielle de 2017 suit la tenue de primaires ouvertes dans les deux camps politiques pourvoyeurs jusque-là des présidents de la Ve République, mais voit l'élimination de leurs candidats dès le premier tour. Emmanuel Macron, ancien secrétaire général adjoint du cabinet du président Hollande puis ministre de l'Économie, fonde son propre mouvement et remporte les deux tiers des suffrages du second tour de l'élection face à la candidate du Front national, Marine Le Pen. Élu à 39 ans, il est le plus jeune président français de l'histoire[27] et le second plus jeune chef d'État français depuis la désignation en 1799 de Napoléon Bonaparte comme Premier consul (à 30 ans).

    Depuis 1945, la France a été touchée par plusieurs vagues d'attentats terroristes, en particulier par le terrorisme islamiste depuis 1995, qui mène la même année à la création du plan Vigipirate. Après une série d'attentats particulièrement meurtriers en 2015, le président François Hollande décrète l'état d'urgence, qui est prolongé jusqu'en novembre 2017[28].

    En 2020, la pandémie de Covid-19 provoque une crise sanitaire majeure et une importante récession économique[29] ; le président Emmanuel Macron décrète l'état d'urgence sanitaire, qui impose notamment un confinement généralisé de la population[30], et fait adopter des mesures budgétaires massives pour soutenir l'économie[31].


    Erreur de référence : Des balises <ref> existent pour un groupe nommé « e », mais aucune balise <references group="e"/> correspondante n’a été trouvée

    « Datation des figures de Lascaux », sur lascaux.culture.fr (consulté le 12 janvier 2010). « Le Monde, ou La description générale de ses quatre parties », sur gallica.fr (consulté le 2 juin 2015). « Qui étaient vraiment les Gaulois ? », sur CNRS Le journal (consulté le 8 octobre 2019). « La préhistoire », sur Arche (consulté le 8 octobre 2019). Siegel et al, Analyse préliminaire de prélèvements sédimentaires en provenance de Marie-Galante. Bilan scientifique 2006-2008. Service régional de l’archéologie Guadeloupe- Saint-Martin – Saint-Barthélemy 2009. Mission val de Loire - Unesco, « Charles VII et Louis XI - Le val de Loire siège du pouvoir royal », sur valdeloire.org, 12 avril 2017 (consulté le 24 février 2020). Bartolomé Bennassar et Jean Jacquart, Le 16e siècle, Paris, Armand Colin, coll. « U », 2002, 4e éd. (ISBN 978-2-200-25275-5), p. 240-244. Bartolomé Bennassar et Jean Jacquart, op. cit., p. 179-184. Bartolomé Bennassar et Jean Jacquart, op. cit., p. 83-85. Bartolomé Bennassar et Jean Jacquart, op. cit., p. 296-305. Le Discours sur l'organisation des gardes nationales est paru à Paris, chez Buisson, libraire, rue Hautefeuille, no 20 (1790, in-8° de 78 p.), et dans les numéros 656, 657 et 660 du Point du Jour, ou Résultat de ce qui s’est passé la veille à l’Assemblée Nationale de Barère, avant d'être réédité en province, notamment à Besançon chez Simard (in-8° de 61 p.). Voir Ernest Hamel, Histoire de Robespierre d'après des papiers de famille, les sources originales et des documents entièrement inédits, Paris, A. Lacroix, Verboeckhoven et Cie, 1865, tome I : « la Constituante », p. 429, note 1. « Faire connaître, comprendre et respecter les valeurs et symboles de la République et organiser les modalités d’évaluation de leur connaissance » [PDF], sur La Documentation française. Memory, Empire, and Postcolonialism: Legacies of French Colonialism page 1, ISBN=978-0-7391-0821-5, Alec G. Hargreaves, 2005 Pierre Milza, De Versailles à Berlin. 1919-1945, Paris, Armand Colin, coll. « U », 2003, 7e éd. (ISBN 978-2-200-01683-8 et 2-200-01683-2), p. 167. Pierre Milza, op. cit., p. 168-176. Raul Hilberg, La destruction des Juifs d’Europe, vol. III, Gallimard, coll. « Folio », 2006, p. 2273. Jean Fourastié, Les Trente Glorieuses : Ou la révolution invisible de 1946 à 1975, Paris, Fayard, 1979, 300 p.. Voir élections législatives françaises de 1968. Voir Référendum sur la réforme du Sénat et la régionalisation. « L’abolition de la peine de mort en France », sur LaDocumentationFrançaise.fr, 2002 (consulté le 11 janvier 2010). « L’euro, monnaie unique européenne », sur Gralon.net, 2007 (consulté le 11 janvier 2010). ↑ a et b Jean-Luc Parodi, « Sur quelques énigmes des élections françaises du printemps 2002 », Revue française de science politique (consulté le 11 janvier 2010). « Dominique de Villepin, Premier ministre français », sur DroitPublic.net (consulté le 11 janvier 2010). Dominique Reynié, « 29/5/2005, un paysage dynamité », sur constitution-europeenne.info (consulté le 11 janvier 2010). ↑ a et b (en) Patrice de Beer, « Nicolas Sarkozy, rupture and ouverture », sur opendemocracy.net, 31 juillet 2007 (consulté le 11 janvier 2010). Collection de textes sur la crise économique de 2008-2009. Devant Louis-Napoléon Bonaparte élu à 40 ans en 1848. Jean-Baptiste Jacquin et Julia Pascual, « Deux ans après, la fin de l’état d’urgence », Le Monde,‎ 31 octobre 2017 (lire en ligne, consulté le 4 décembre 2020) Julien Bouissou, « Une récession brutale devrait frapper la France en 2020 », Le Monde,‎ 10 juin 2020 (lire en ligne, consulté le 25 août 2020). Justine Faure, « Coronavirus : en quoi consiste l'état d'urgence sanitaire que veut instaurer le gouvernement ? », sur LCI, 22 mars 2020 (consulté le 25 août 2020) Renaud Honoré, « Un budget 2021 de tous les records pour contrer la crise du coronavirus », sur Les Echos, 29 septembre 2020 (consulté le 4 décembre 2020)


    Erreur de référence : Des balises <ref> existent pour un groupe nommé « N », mais aucune balise <references group="N"/> correspondante n’a été trouvée

    Lire moins

Guide de conversation

Bonjour
Bonjour
Monde
Monde
Bonjour le monde
Bonjour le monde
Merci
Merci
Au revoir
Au revoir
Oui
Oui
Non
Non
Comment vas-tu?
Comment vas-tu?
Bien, merci
Bien, merci
Combien ça coûte?
Combien ça coûte?
Zéro
Zéro
Une
Une

Où pouvez-vous dormir près de France ?

Booking.com
505.373 visites au total, 9.227 Points d'interêts, 405 Destinations, 2 visites aujourd'hui.