Quiriguá est un site archéologique maya situé dans la vallée du Motagua, sur la ligne ferroviaire reliant Puerto Barrios à Guatemala, dans le département d'Izabal au Guatemala. Il est inscrit depuis 1981 sur la liste du Patrimoine mondial de l'Unesco.

Le site, relativement petit, doit son importance à sa situation au bord du fleuve Motagua, qui assure le contrôle de la route commerciale qui relie les gisements d'obsidienne et surtout de jade de l'intérieur des terres à la Mer des Caraïbes. Il n'existe que quelques rares traces d'occupation à la fin de l'Époque préclassique et au début de l'Époque classique. L'histoire de Quiriguá débute véritablement en 426, avec l'intronisation de son premier souverain, connu sous le sobriquet de « Tok Casper », sous l'égide du premier roi de Copán Yax k'uk' Mo'. Au cours des trois siècles qui suivent, l'histoire de Quiriguá est particulièrement obscure. À la fin du VIe ou au début du VIIe siècle, les constructions du Classique ancien disparaissent sous les alluvions déposées par une catastrophe naturelle et un nouvel épicentre, celui du site actuel, se développe. Pendant cette longue période, Quiriguá semble être demeuré un satellite de Copán. En 724, un nouveau roi, K'ak Tiliw Chan Yopaat, est intronisé sous la supervision de Waxaklajuun Ub'aah K'awiil, le treizième souverain de Copán. C'est sous son règne, en 734, qu'apparaît pour la première fois sur un monument le glyphe-emblème de Quiriguá[1], signe d'indépendance ou à tout le moins revendication d'indépendance[2]. En 738, sans doute avec l'appui de Calakmul, K'ak Tiliw s'empare du roi de Copán et le décapite. L'indépendance acquise par Quiriguá assure à K'ak Tiliw et à ses successeurs les ressources matérielles nécessaires à l'érection des monuments somptuaires (voir ci-dessous), auxquels le site doit sa réputation touristique. La dernière inscription en compte long de Quiriguá date de 810. Les spécialistes considèrent que la cessation de ces inscriptions dans un site donné est l'indice de l'effondrement du système politique de la royauté sacrée, caractéristique de l'Époque classique dans les Basses-Terres maya[3]. Nous ignorons comment a fini le règne de Jade-Ciel, le dernier roi connu de Quiriguá. Les activités de construction ont cependant encore continué quelques années après 810, et l'on y a retrouvé de la céramique plombée, un des marqueurs du début de la période postclassique.

Robert J. Sharer, The ancient Maya, Stanford university Press, 1996, p.325 Claude-François Baudez, Les Mayas, Les Belles Lettres, 2005, p. 64 Nikolai Grube, Les Mayas - Art et civilisation, Könemann, 2000, p. 169
Photographies by:
Gerd Eichmann - CC BY-SA 4.0
xorge - CC BY-SA 2.0
Statistics: Position
6258
Statistics: Rank
12252

Ajouter un commentaire

CAPTCHA
Sécurité
975136284Cliquez/appuyez sur cette séquence : 4192
Cette question sert à vérifier si vous êtes un visiteur humain ou non afin d'éviter les soumissions de pourriel (spam) automatisées.

Google street view

Vidéos

Où pouvez-vous dormir près de Quiriguá ?

Booking.com
547.135 visites au total, 9.238 Points d'interêts, 405 Destinations, 1.878 visites aujourd'hui.