Piran

Piran (/piˈɾáːn/ ; en italien : Pirano /piˈraLire la suite

Piran (/piˈɾáːn/ ; en italien : Pirano /piˈraːno/) est une commune de Slovénie située en Istrie dans la région du Littoral slovène en bordure de la mer Adriatique. Elle est officiellement bilingue slovène et italien.

Le nom de la ville viendrait du mot grec pyr qui signifie feu. En effet, à l'époque grecque, un phare est installé sur la presqu'île et annonce l'entrée du port d'Aegidia, l'actuelle Koper. Les Romains fondent ensuite sur la presqu'île une cité du nom de Piranum après leur victoire sur les tribus voisines. La petite ville tombe dans l'orbite de la République de Venise à partir du XIIIe siècle. La domination durera près de 5 siècles, durant lesquels Pirano restera toujours une fidèle alliée de la cité des doges. En 1692, Giuseppe Tartini naît à Pirano. La place principale de la ville sera nommée en son honneur plusieurs siècles plus tard et une statue en bronze commandée au sculpteur vénitien Antonio Dal Zotto érigée pour le bicentenaire de sa naissance.

Piran/Pirano passe ensuite sous le contrôle de l'Autriche, jusqu'à son rattachement à l'Italie à l'issue de la Première Guerre mondiale. Enfin, après la Seconde Guerre mondiale, elle fait partie de la zone B du Territoire libre de Trieste, sous administration yougoslave, avant d'être réunie à la République yougoslave de Slovénie en 1954.

Le baie de Piran, l'un des principaux accès à la mer de l'actuelle Slovénie, est au centre d'un conflit maritime avec la Croatie. À cause d'un litige sur les frontières maritimes, la Slovénie s'est opposée à l'adhésion de la Croatie dans l'Union européenne. En 2010, un accord entre les deux pays est validé, puis ratifié le 5 juin suivant par référendum en Slovénie, avec 51,48 % de oui. Ce vote, qui intervient après celui du Parlement croate, lève définitivement un obstacle important à une adhésion rapide de la Croatie à l'Union européenne, que ce pays espère alors pour 2012[1]. Le 24 octobre 2010, Piran/Pirano devient la première commune d'ex-Yougoslavie à élire un maire noir, Peter Bossman[2].

« Différend frontalier: "oui" slovène à l'accord Slovénie-Croatie »(Archive.org • Wikiwix • Archive.is • Google • Que faire ?), Agence France Presse, 6 juin 2010 (consulté le 9 juin 2010) AFP, « "Obama de Piran" : un premier maire noir pour la Slovénie »(Archive.org • Wikiwix • Archive.is • Google • Que faire ?), par Bojan Kavcic
Photographies by:
Statistics: Position (field_position)
1899
Statistics: Rank (field_order)
672

Ajouter un commentaire

Cette question sert à vérifier si vous êtes un visiteur humain ou non afin d'éviter les soumissions de pourriel (spam) automatisées.

Sécurité
316824795Cliquez/appuyez sur cette séquence : 4592

Google street view