Monts Wudang

武当山

( Monts Wudang )

Les monts Wudang (chinois simplifié : 武当山 ; chinois traditionnel : 武當山 ; pinyin : wǔdāng shān ; parfois écrit Wutang) ou montagnes de Wudang, sont une chaîne de montagnes à Danjiangkou, au sud de la ville-préfecture de Shiyan dans la province du Hubei, en Chine.

Elle est considérée comme l'un des berceaux des arts martiaux internes taoïstes comme le taiji quan ou le bagua zhang qui se développèrent à partir du XVIIIe siècle.

Les monts Wudang sont très connus et visités pour les nombreux monastères taoïstes que l'on peut y trouver. Ces monastères sont réputés comme centres de recherche d'apprentissage et de pratique de la méditation, des arts martiaux et de la médecine traditionnelle chinoise, et...Lire la suite

Les monts Wudang (chinois simplifié : 武当山 ; chinois traditionnel : 武當山 ; pinyin : wǔdāng shān ; parfois écrit Wutang) ou montagnes de Wudang, sont une chaîne de montagnes à Danjiangkou, au sud de la ville-préfecture de Shiyan dans la province du Hubei, en Chine.

Elle est considérée comme l'un des berceaux des arts martiaux internes taoïstes comme le taiji quan ou le bagua zhang qui se développèrent à partir du XVIIIe siècle.

Les monts Wudang sont très connus et visités pour les nombreux monastères taoïstes que l'on peut y trouver. Ces monastères sont réputés comme centres de recherche d'apprentissage et de pratique de la méditation, des arts martiaux et de la médecine traditionnelle chinoise, et des pratiques de l'agriculture et des arts liés au taoïsme.

Le premier bâtiment taoïste à y être construit est la salle des Cinq Dragons, sous l'empereur Tang Taizong (627-649), au début de la dynastie Tang (618-907), puis les temples Taiyi et Yanchang. En 869 fut ajouté le temple Weiwu Gong. Sous le règne de l’empereur Song Zhenzong (dynastie Song), la salle des Cinq Dragons est transformée en temple des Cinq Dragons en 1018[1].

On attribue parfois à Zhang Sanfeng l'apport des arts martiaux taoïstes aux monts Wudang.

Beaucoup ont été construits ou réparés sur ordre de l'empereur Chengzu des Ming qui avaient une révérence particulière pour le dieu principal du mont, Zhenwu[2].

En 1956, de nombreuses statues de bronze ont été fondues. Les monastères ont été vidés, endommagés et négligés durant la révolution culturelle (1964-1978), mais ces montagnes sont récemment redevenues très populaires auprès des touristes chinois et étrangers attirés par le paysage et leur intérêt historique. De nombreux pratiquants et maîtres taoïstes ayant fui à Taïwan durant la révolution culturelle ont pu de nouveau s'y rendre en juin 2005[réf. nécessaire].

« Ensemble de bâtiments anciens des montagnes de Wudang » P.-H. De Bruyn, Le Wudang Shan. Histoire des récits fondateurs, Paris, éd. Les Indes savantes, 2010. En particulier le chapitre XI dont l'auteur présente ainsi la problématique qui le sous-tend : « Qui est ce Ming Chengzu qui fit reconstruire à grands frais le Wudang shan ? ».
Photographies by:
Zones
Statistics: Position (field_position)
338
Statistics: Rank (field_order)
3905

Ajouter un commentaire

Cette question sert à vérifier si vous êtes un visiteur humain ou non afin d'éviter les soumissions de pourriel (spam) automatisées.

Sécurité
238749615Cliquez/appuyez sur cette séquence : 3948

Google street view