Gdańsk

Gdańsk (/ɡdaɲsk/ , en cachoube : Gduńsk, en allemand : Danzig, d’où Dantzig ou Dantzick en français) est la 6e ville de Pologne par sa population. Située sur la mer Baltique, c'est la plus grande ville portuaire polonaise. Ayant été le chef-lieu de la voïvodie de Gdańsk entre 1975 et 1998, la ville est, depuis 1998, le chef-lieu de l...Lire la suite

Gdańsk (/ɡdaɲsk/ , en cachoube : Gduńsk, en allemand : Danzig, d’où Dantzig ou Dantzick en français) est la 6e ville de Pologne par sa population. Située sur la mer Baltique, c'est la plus grande ville portuaire polonaise. Ayant été le chef-lieu de la voïvodie de Gdańsk entre 1975 et 1998, la ville est, depuis 1998, le chef-lieu de la voïvodie de Poméranie, avec le rang de powiat-ville.

Appartenances historiques[1]

Drapeau du royaume de Pologne  Royaume de Pologne 997–1227
   Duché de Poméranie 1227–1294
Drapeau du royaume de Pologne  Royaume de Pologne 1294–1308[2]
Drapeau de l'État teutonique  État teutonique 1226-1466
Drapeau du royaume de Pologne  Royaume de Pologne (Prusse royale) 1466-1569
Drapeau de la République des Deux Nations  République des Deux Nations (voïvodie de Poméranie) 1569-1793
Drapeau de la Prusse  Royaume de Prusse (province de Prusse-Occidentale) 1793–1807
  République de Dantzig 1807-1814
Drapeau de la Prusse  Royaume de Prusse (province de Prusse-Occidentale) 1814-1823
Drapeau de la Prusse  Royaume de Prusse (province de Prusse) 1824–1878
Drapeau de la Prusse  Royaume de Prusse (province de Prusse-Occidentale) 1878–1918
Drapeau de la Ville libre de Dantzig  Ville libre de Dantzig 1919–1939
Drapeau de l'Allemagne nazie  Reich allemand (Reichsgau de Danzig Westpreußen) 1939–1945
Drapeau de la Pologne  Pologne populaire (voïvodie de Gdańsk) 1945–1975
Drapeau de la Pologne  Pologne populaire (voïvodie de Gdańsk) 1975–1990
Drapeau de la Pologne  Pologne (voïvodie de Poméranie) 1990-présent

Toponymie

Le nom est d'origine slave, la racine proto-slave gъd désignant les terrains humides et les marécages. L'étymologie exacte n'a pas été déterminée clairement. La ville est mentionnée pour la première fois sous le nom de Gyddanyzc, dans La Vie de Saint-Adalbert[3],[4].

Durant son histoire, la ville fut connue sous les noms Kdansk, Gdanzc, Dantzk, Dantzig, Dantzigk, Danzig, Dantiscum, Dantzick, Gédanie[5] et Gedanum.

Moyen Âge  La vieille ville.

Les recherches archéologiques indiquent qu'un bourg de pêcheurs et d’artisans poméraniens, dont sont issus les Cachoubes actuels, existe depuis le VIIe siècle. Un château fortifié (grod) y fut construit par le duc de Poméranie aux environs de 980. Le bourg est fréquenté tôt par des commerçants vikings et allemands. Gdańsk est citée pour la première fois en 997, (Gyddanyzc urbs) dans l’Histoire de la Mission d’Adalbert de Prague, qui essaie en vain d’introduire le christianisme en Poméranie et en Prusse.

Gedania (en latin) obtient le statut de ville avec le droit de Lübeck en 1224. En 1295, elle passe avec sa province sous suzeraineté polonaise. Ladislas Ier de Pologne, attaqué par le Brandebourg, fait appel à l'Ordre. Le 14 novembre 1308, les chevaliers Teutoniques s’emparent de Gdańsk en chassant le duc de Poméranie, massacrent ses habitants et conservent la région (après les massacres de Człuchów (Schlochau) et Tczew (Dirschau) et l'Accord de Soldin de 1309). De ce fait même, la ville est annexée à l'Etat teutonique. Les chevaliers de l’Ordre agrandissent la ville en 1311 et la fortifient en 1314.

La population, en plus des Cachoubes, est alors largement formée de colons allemands : marchands, paysans, moines. C'est un des points d'appui du Drang nach Osten germanique au Moyen Âge. Dantzig adhère à la Hanse en 1310, devenant rapidement une des principales villes de l'association. Après le dernier congrès de la ligue en 1669, elle reste unie aux trois villes de Lübeck, Hambourg et Brême (jusqu'au XIXe siècle, on nomme ces quatre cités les villes hanséatiques). Du XIIIe au XVIIe siècle, c'est une des places commerciales les plus importantes pour l'échange des marchandises dans le trafic entre l'est, le nord et l'ouest de l'Europe.

Renaissance et époque moderne  Gdańsk en 1575

En 1454, le Conseil municipal, membre de la Confédération prussienne, mécontent de la tutelle teutonique, déclara prendre pour souverain le roi de Pologne, ce qui provoqua la guerre de Treize ans.

De 1466 à 1793, Dantzig avec une population à majorité allemande, avait un statut de ville libre au sein de la Prusse royale, puis de la voïvodie de Poméranie dans la république nobiliaire de Pologne. La ville comptait environ 35 000 habitants à la fin du XVe siècle.

Ayant refusé en 1575 de reconnaître Étienne Bathory, elle eut à soutenir la guerre contre ce monarque, qui s'en empara en 1577.

Durant la guerre de Succession de Pologne, Stanislas Leszczyński, beau-père de Louis XV, s'y réfugia en 1734 et y soutint un siège, dans lequel intervinrent, sans succès, des troupes françaises.

Époque contemporaine

La ville est annexée à la Prusse pendant le deuxième partage de la Pologne en 1793. Elle devint la capitale de la Prusse-Occidentale jusqu'à 1919 (traité de Versailles), avec une brève interruption sous Napoléon entre 1807 et 1813. En 1807, le maréchal Lefebvre mena victorieusement le siège de Dantzig. Il fut récompensé avec le titre de duc de Dantzick. Par la paix de Tilsitt, conclue la même année, Dantzig, déclarée ville libre, sous la protection de la Prusse et de la Saxe (dont le roi était également duc de Varsovie), conserva cependant une garnison française. Les puissances coalisées la reprirent en 1813 après un long siège soutenu par Rapp ; elle fut rendue à la Prusse qui en fit le chef-lieu de la province de Prusse-Occidentale (Westpreussen).

 Dantzig en 1900. Westerplatte, monument des morts lors de la défense du littoral polonais en septembre 1939.

Le traité de Versailles de 1919 fit de Dantzig, alors peuplée par une large majorité allemande, une ville libre, sous le contrôle de la Société des Nations à partir de 1920. La Pologne était cependant responsable de la cité-État dans divers domaines, notamment en ce qui concernait sa politique extérieure.

En septembre 1939, la Seconde Guerre mondiale commença par le bombardement de la garnison polonaise sur la proche presqu'île de Westerplatte, puis Dantzig fut occupé par l'Allemagne.

À la fin de la Seconde Guerre mondiale, la ville partiellement détruite se retrouvait occupée par les troupes soviétiques, la population allemande ayant fui ou en ayant été expulsée. À la suite des conférences entre les Alliés, la ville fut de nouveau rattachée à la Pologne et renommée officiellement sous son nom polonais de Gdańsk. Les bâtiments historiques du centre-ville furent reconstruits, alors que les quartiers nouveaux furent édifiés plus près du littoral de la mer Baltique.

 Portail 2 du chantier naval de Gdańsk pendant la grève - Lech Wałęsa parle.

Le port de Gdańsk devint le plus important du pays. En décembre 1970, des ouvriers des chantiers navals de Gdańsk constituèrent un syndicat indépendant et se révoltèrent contre les dirigeants communistes à la suite de hausses des prix. La répression fit officiellement 44 morts et de nombreux blessés. Le 16 mai 2001, le général Jaruzelski, alors ministre de la Défense, fut accusé d'avoir ordonné aux troupes d'ouvrir le feu sur la foule[6]. Soutenus par leurs collègues de Szczecin et de Silésie, les ouvriers de Gdańsk ont été le porte-parole de la révolte des Polonais face au régime communiste. En 1980, le syndicat Solidarność et son leader Lech Wałęsa conduisirent une révolte similaire dans les chantiers navals de la ville. En 1989, la Pologne devint une démocratie, ce qui permit à Gdańsk un développement rapide et son entrée dans l'économie de marché capitaliste.

Gdańsk est surnommée la capitale mondiale de l'ambre[7].

« Gdansk - la perle de la Baltique », sur www.pologne.travel (consulté le 31 janvier 2024) Engel, Josef (1962) Großer Historischer Weltatlas. III. Teil — Neuzeit. Zweite, verbesserte und ergänzte Auflage. Avec la collaboration de Josef Engel, Ulrich Noack, Theodor Schieder et Fritz Wagner. [Zweite, verbesserte und ergänzte Auflage]. Munich : Bayerischer Schulbuch-Verlag. p. 139 cartes C et D. (pl) Kazimierz Rymut, Nazwy Miast Polski, Wrocław, Zakład Narodowy im. Ossolińskich, 1987, 72 p. (ISBN 83-04-02436-5) Jan Kanapariusz: "Świętego Wojciecha żywot pierwszy", Texte latin Jadwiga Karasińska, traduit par Kazimierz Abgarowicz, commentaires Jadwiga Karasińska, Biblioteka Gdańska 2009, (ISBN 978-83-7453-869-5). [1] Ovide Chrysanthe Des Michels, Précis de l'histoire et de la géographie du Moyen Âge ,Hachette Editions 1846, p. 372 et 112. Untitled Document. (pl) « Ambre :  : regiony.gov.pl », sur poland.gov.pl via Wikiwix (consulté le 6 novembre 2023).
Photographies by:
Zones
Statistics: Position
2511
Statistics: Rank
49008

Ajouter un commentaire

CAPTCHA
Sécurité
791654328Cliquez/appuyez sur cette séquence : 4221
Cette question sert à vérifier si vous êtes un visiteur humain ou non afin d'éviter les soumissions de pourriel (spam) automatisées.

Google street view

Où pouvez-vous dormir près de Gdańsk ?

Booking.com
523.743 visites au total, 9.230 Points d'interêts, 405 Destinations, 1 visites aujourd'hui.