Lincoln Cathedral

( Cathédrale de Lincoln )

La cathédrale de la Vierge Marie de Lincoln est un édifice religieux anglican située à Lincoln en Angleterre et le siège du diocèse de Lincoln. Sa construction a commencé en 1088 et s’est poursuivie par phases tout au long du Moyen Âge. Elle a été réputée la plus haute structure du monde pendant 238 ans (de 1311 à 1549),. La flèche centrale de 160 mètres s’est écroulée en 1549 et n’a pas été reconstruite. C'est alors l'église Sainte-Marie de Stralsund en Allemagne qui est devenue la plus haute structure avec une hauteur de 151 mètres.

Rémi de Fécamp, le premier évêque de Lincoln, y a déplacé le siège épiscopal entre 1072 et 1092[1]. Il aurait établi les fondations de la cathédrale en 1088, et en tant que Normand, il est probable qu’il ait employé des maçons normands à cette tâche[2]. Avant cela, il se serait approprié l’église paroissiale de Sainte Marie-Madeleine[3]. Ce n’était cependant pas une cathédrale, le siège du diocèse restant l’Abbaye de Dorchester.

Rémi de Fécamp est mort le 9 mai 1092, deux jours avant la consécration de la cathédrale[4].

En 1141, le toit en charpente est détruit par un incendie. L’évêque Alexandre entreprend sa reconstruction et agrandit la cathédrale, mais elle est en grande partie détruite par un séisme le 15 avril 1185[3],[5]. Le tremblement de terre est l’un des plus puissants qu’ait connu le Royaume-Uni, estimé à une magnitude de 5 sur l’échelle de Richter. Les dégâts sont très importants : la cathédrale est décrite comme étant "coupée en deux". Il ne reste plus aujourd’hui de la cathédrale initiale que la base de l’extrémité occidentale et les deux tours qui y sont accolées[5].
Il a été également supposé que les dégâts ont été accentués par une piètre qualité de conception ou d’exécution de la voûte[5].

 Modèle de la cathédrale faisant apparaître les flèches des tours. Estampe du XVIIe siècle avec les flèches sur les tours occidentales.

Après le séisme, un nouvel évêque est nommé, Hugues d’Avalon (futur Saint Hugues de Lincoln). Il se lance dans un important programme de reconstruction et d’extension, en commençant par le chœur, qui prendra son nom, et le transept oriental. Ces travaux durent de 1192 à 1210[6]. La nef est ensuite construite dans le style gothique anglais.

Un défaut de structure de la tour centrale semble être à l’origine de son effondrement en 1237. La reconstruction est entreprise et en 1255 le diocèse demande à Henri III d’Angleterre l’autorisation d’abattre une partie des murs de la ville pour agrandir la cathédrale. Les petites chapelles absidiales, construites à l’époque de Saint Hugues, laissent place à un chœur agrandi pour accueillir un nombre croissant de pèlerins, venus se recueillir sur la tombe du saint.

Après le meurtre en 1255 du jeune Hugh considéré comme un martyr, la cathédrale devient pendant des siècles un lieu de pèlerinage[7].

En 1290, Éléonore de Castille meurt et Édouard Ier d’Angleterre, son époux, l’honore avec une élégante procession funèbre. Après son embaumement, ce qui au XIIIe siècle implique une éviscération, les organes de la reine sont enterrés en la cathédrale, où le roi a installé une réplique de la tombe royale de l’abbaye de Westminster. La pierre tombale existe encore, même si l’effigie, détruite au XVIIe siècle, a été remplacée par une copie au XIXe siècle. Deux statues sur la façade de la cathédrale sont supposées représenter Edward et Eléonor, mais elles ont été fortement altérées lors des rénovations du XIXe siècle et n’ont probablement pas été à l’origine représentatives du couple royal.

 Édouard Ier d'Angleterre et Éléonore de Castille.

Entre 1307 et 1311, la tour centrale est élevée à sa hauteur actuelle de 83 mètres. La façade et les tours occidentales de la cathédrale sont également relevées. À cette époque, une grande flèche de charpente recouverte de plomb occupe le pinacle de la tour centrale. Sa hauteur est réputée donner à la cathédrale le titre de plus haute structure du monde avec 160 mètres, dépassant la Grande Pyramide de Gizeh qui avait détenu le record pendant 4000 ans. Si cette hauteur est reprise par beaucoup des sources[8],[9], elle ne fait pas l’unanimité[10]. Parmi les autres additions, le chœur des Anges, les bas-reliefs et les miséricordes datent du XIVe siècle.

En 1398, Jean de Gand et Katherine Swynford ont fondé une chapellenie en la cathédrale, qui prierait pour le bien-être de leur âme, et au XVe siècle le bâtiment se tourne vers ce genre de chapellenie ou chapelles commémoratives.

Pendant la Seconde Guerre mondiale, le Lincolnshire a accueilli de nombreux aéroports militaires, ce qui lui a donné le surnom de « Bomber County »[11]. La cathédrale a été un point de repère pour les avions de la Royal Air Force en retour de mission. Ainsi la cathédrale présente un mémorial aux 55 000 pertes du Bomber Command[12],[13].

De plus, pendant la guerre ont été placés dans une crypte 20 mètres sous la cathédrale des trésors inestimables de l’Histoire britannique[14]. Cela n’incluait pas la Magna Carta, qui était prêtée aux Américains à l’époque[14].

The Penny magazine of the Society for the Diffusion of Useful Knowledge, Volumes 1–2, 1832, p. 132. Essex, J., Some observations on Lincoln Cathedral. Read at the Society of Antiquaries, 16 March 1775, printed by W. Bowyer and J. Nichols, 1776.[1] ↑ a et b Winkles, B., Winkles's Architectural and Picturesque Illustrations of the Cathedral Churches of England and Wales: Lincoln cathedral. Chichester cathedral. Ely cathedral. Peterborough cathedral. Norwich cathedral. Exeter cathedral. Bristol cathedral. Oxford cathedral, Wilson, 1838, p. 1. (en) A F Kendrick, The Cathedral Church of Lincoln : a history and description of its fabric and a list of the Bishops, London, United Kingdom, George Bell & Sons, 1902 (1re éd. 1898) (lire en ligne), « Chapter 1 The History of the Building », p. 20

« [Bishop Remigius] then gave directions for his funeral, and instructions that he was to be buried in the mother-church of his diocese dedicated to the Mother of God, near the altar of St. John the Baptist. ([L’évêque Rémi] donna alors des directives pour ses funérailles, et les instructions selon lesquelles il devait être enterré dans la mère-église de son diocèse dédiée à la Mère de Dieu, près de l’autel de Saint Jean le Baptiste) »

↑ a b et c (en) R.M.W. Musson, The seismicity of the British Isles to 1600. BGS, Earth Hazards and Systems, Internal Report OR/08/049, British Geological Survey, 2008 (lire en ligne) Hendrix, J., Architecture As Cosmology: Lincoln Cathedral and English Gothic Architecture. Peter Lang, 2011, p. 59. (en) Thomas of Monmouth (trad. Pr. Miri Rubin, préf. Pr. Miri Rubin), The Life and Passion of William of Norwich, Penguin UK, 25 septembre 2014 (ISBN 978-0-14-197053-0, lire en ligne), Introduction Darwin Porter, Danforth Prince (2010), Frommer's England 2010, p. 588. « A Brief History of the World's Tallest Buildings », sur TIME.com (consulté le 5 mars 2015) (en) A. F. Kendrick, The Cathedral Church of Lincoln : A History and Description of its Fabric and a List of the Bishops, Londres, George Bell & Sons, 1902 (ISBN 978-1-178-03666-4), « 2: The Central Tower », p. 60

« The tall spire of timber, covered with lead, which originally crowned this tower reached an altitude, it is said, of 525 feet; but this is doubtful. This spire was blown down during a tempest in January 1547-8. »

Bruce Halpenny, « The Airfields of 'Bomber County' », BBC Lincolnshire, 29 octobre 2009 (consulté le 13 décembre 2011) Antiques Roadshow , from Lincoln Cathedral « 'Bomber county' to get memorial », BBC News, 24 août 2006 (consulté le 13 décembre 2011) ↑ a et b « Planted Under Lincoln Cathedral. », Singleton Argus (NSW : 1880 - 1954), NSW, National Library of Australia,‎ 18 janvier 1943, p. 1 (lire en ligne, consulté le 12 novembre 2013)
Photographies by:
DrMoschi - CC BY-SA 4.0
Statistics: Position
6131
Statistics: Rank
13273

Ajouter un commentaire

CAPTCHA
Sécurité
194673258Cliquez/appuyez sur cette séquence : 2163
Cette question sert à vérifier si vous êtes un visiteur humain ou non afin d'éviter les soumissions de pourriel (spam) automatisées.

Google street view

Où pouvez-vous dormir près de Cathédrale de Lincoln ?

Booking.com
572.736 visites au total, 9.238 Points d'interêts, 405 Destinations, 408 visites aujourd'hui.