L’aire de conservation du Ngorongoro, en anglais : Ngorongoro Conservation Area (NCA), est une zone protégée située dans le Nord de la Tanzanie, au sud-est du parc national du Serengeti. L'aire de conservation couvre des plateaux et des savanes ainsi que la totalité du massif du Ngorongoro dont le cratère du Ngorongoro qui a donné son nom à l'aire.

 Pancarte de l'aire de conservation du Ngorongoro.

Selon l’historien Guillaume Blanc, Ngorongoro constitue un exemple paradigmatique d’appropriation de terres africaines par des Occidentaux sous des motifs ambigus de protection de la nature[1].

La généalogie de la création du parc peut ainsi être remontée jusqu’à la peste bovine des années 1888-1892, localisée de la Corne de l’Afrique jusqu’au Mozambique, et alors largement causée par les Européens. De fait, l’importation par ces derniers de bœufs venus d’Inde provoque au début des années 1890 une épizootie d’une ampleur inédite pour la région[2]. Les conséquences de cette peste bovine causée indirectement par les Européens sont nombreuses pour les populations locales : effondrement des troupeaux d’élevage, perte des animaux de trait, auxquels viennent s’ajouter une sécheresse qui aggrave la situation ainsi qu’une invasion de criquets qui détruit les récoltes. D’un point de vue social, cette épizootie se traduit enfin par une flambée des prix des céréales et donc une multiplication des famines dans la région.

Le résultat est que les populations locales fuient les territoires touchés : mécaniquement, la savane s’étend et regagne du terrain sur les terres cultivées et pâturées. Lorsque, vingt ans plus tard, les Européens redécouvrent ces paysages désormais désertés, ils espèrent en faire des zones protégées. Ainsi, quelques années après l’épizootie, la future réserve tanzanienne de Ngorongoro est délimitée à l’endroit même où, avant de devoir fuir la maladie et la famine, vivaient des sociétés pastorales masaï. Or, lorsque les Masaï demandent à recouvrer la propriété de leurs terres au début du XXe siècle, les autorités allemandes refusent. Alors que ce territoire a été habité et exploité depuis plusieurs siècles, il est ainsi déclaré inhabité et « naturel » par les puissances coloniales[3].

L'aire de conservation du Ngorongoro, aujourd'hui gérée par le Ngorongoro Conservation Area Authority, est aussi l'héritière d'une série de mesures revendiquées en faveur de la protection de la nature qui débute en 1928 avec l'interdiction de la chasse dans la zone. L'année suivante, la réserve de chasse du Serengeti couvrant 2 286 km2 est créée et est transformée en parc national en 1951 en incluant la future aire de conservation du Ngorongoro. Cette dernière est détachée du parc en 1959 par l'ordonnance 413 afin de permettre le pastoralisme masaï jusqu'alors interdit dans la zone suivant le statut des parcs nationaux.

Des mesures sont alors prises pour renforcer la protection de l'aire de conservation : interdiction des cultures et du pastoralisme dans le cratère du Ngorongoro en 1975 par le Game Parks Law Act 14, inscription sur la liste du patrimoine mondial de l'UNESCO en 1979[4], reconnaissance internationale de la réserve de biosphère du Serengeti-Ngorongoro en 1981 et enfin lancement du programme de développement et de protection du Ngorongoro (Ngorongoro Conservation & Development Program) en 1985.

Guillaume Blanc, L’Afrique et le monde : histoires renouées. De la Préhistoire au XXIe siècle, Paris, La Découverte, 2022, « Chapitre 7. Prédation au paradis. La nature africaine comme nostalgie et laboratoire écologique du monde (XVIIe – XXIe siècle) », p. 209 (en) Clive Spinage, Cattle Plague. A History, New York, Kluwer Academic/Plenum Publishers, 2003, p. 497-524 (en) Richard Waller, The Ecology of Survival. Case Studies from Northeast African History, Londres, Lester Crook, 1988, « Emutai. Crisis and Response I, Maasailand 1883-1902 », p. 73-112 (fr) « Zone de conservation de Ngorongoro », Unesco
Photographies by:
G. Heilmann - CC BY-SA 3.0
:ru:User:(WT-ru) Digr - CC BY-SA 3.0
Statistics: Position
747
Statistics: Rank
138856

Ajouter un commentaire

Cette question sert à vérifier si vous êtes un visiteur humain ou non afin d'éviter les soumissions de pourriel (spam) automatisées.

Sécurité
683154927Cliquez/appuyez sur cette séquence : 4112

Google street view

Où pouvez-vous dormir près de Aire de conservation du Ngorongoro ?

Booking.com
489.228 visites au total, 9.196 Points d'interêts, 404 Destinations, 55 visites aujourd'hui.