Uluru/Ayers Rock

Uluru

( Uluru/Ayers Rock )

Uluru/Ayers Rock est un inselberg en grès situé dans le Territoire du Nord, au centre de l'île principale de l'Australie. Il s'élève à 348 mètres au-dessus de la plaine et est situé à 335 kilomètres au sud-ouest d'Alice Springs. Découvert et gravi pour la première fois par William Gosse et Edwin S. Berry en 1873, il a été nommé en l'honneur d'Henry Ayers, Premier ministre et secrétaire en chef de l'Australie-Méridionale entre 1863 et 1877.

Il est sacré pour le peuple aborigène de la région, les Pitjantjatjaras, qui font partie des Anangus. Le site abrite des points d'eau, des grottes et des peintures rupestres. Il est classé sur la liste du patrimoine mondial de l'UNESCO au travers du parc national d'Uluṟu-Kata Tjuṯa dont il est, avec les Kata Tjuṯa/monts Olga, l'une des formations emblématiques.

Ses singularités géologiques et hydrologiques, associées aux remarquables teintes qu'il peut prendre, en particulier au coucher du soleil...Lire la suite

Uluru/Ayers Rock est un inselberg en grès situé dans le Territoire du Nord, au centre de l'île principale de l'Australie. Il s'élève à 348 mètres au-dessus de la plaine et est situé à 335 kilomètres au sud-ouest d'Alice Springs. Découvert et gravi pour la première fois par William Gosse et Edwin S. Berry en 1873, il a été nommé en l'honneur d'Henry Ayers, Premier ministre et secrétaire en chef de l'Australie-Méridionale entre 1863 et 1877.

Il est sacré pour le peuple aborigène de la région, les Pitjantjatjaras, qui font partie des Anangus. Le site abrite des points d'eau, des grottes et des peintures rupestres. Il est classé sur la liste du patrimoine mondial de l'UNESCO au travers du parc national d'Uluṟu-Kata Tjuṯa dont il est, avec les Kata Tjuṯa/monts Olga, l'une des formations emblématiques.

Ses singularités géologiques et hydrologiques, associées aux remarquables teintes qu'il peut prendre, en particulier au coucher du soleil, en ont fait un des emblèmes de l'Australie. Il est devenu une attraction touristique à partir de la fin des années 1930.

 
Ernest Giles (1835 – 1897), explorateur britannique connu pour ses explorations dans le centre de l'Australie.
 
William Christie Gosse (1842 – 1881), explorateur de l’Australie.

Des découvertes archéologiques à l'est et à l'ouest d'Uluru/Ayers Rock indiquent la présence de campements humains dans la région il y a plus de 10 000 ans[1]. Les Européens arrivent dans le désert occidental australien dans les années 1870. Les Kata Tjuṯa/monts Olga et Uluru/Ayers Rock sont cartographiés pour la première fois à l'occasion des expéditions menées dans le cadre de la construction de la ligne télégraphique transaustralienne. En 1872, l'explorateur Ernest Giles découvre, depuis un point proche de Kings Canyon, un massif de dômes d'arkoses en inselbergs qu'il nomme monts Olga[2]. Il ne peut se rendre sur place, barré par le lac Amédée. L'année suivante, l'explorateur William Christie Gosse découvre un autre inselberg, établit sa position exacte et lui donne le nom d'Ayers Rock[3]. Le 20 juillet, en compagnie d'Edwin S. Berry, il parvient au sommet[4],[5],[6].

Des expéditions postérieures sont organisées dans le but d'évaluer les possibilités d'activités pastorales dans la région. À la fin du XIXe siècle, des éleveurs tentent de s'établir en bordure de la South western/Petermann Reserve ; les interactions entre les Pitjantjatjaras et les Blancs se multiplient et deviennent plus violentes. À cause des pâtures et de la sécheresse, les réserves en nourriture du bush s'épuisent. La compétition pour s'approprier les ressources génère des conflits entre les deux populations et entraîne l'intensification des patrouilles de police. Plus tard, au cours de la dépression des années 1930, des Aṉangu seront impliqués dans la chasse aux dingos avec les doggers qui les initieront à la nourriture et aux modes de vie occidentaux.

Entre 1918 et 1921, de vastes zones contiguës d'Australie-Méridionale, d'Australie-Occidentale et du Territoire du Nord sont classées en réserves aborigènes, constituant ainsi des sanctuaires pour les populations nomades qui n'avaient virtuellement aucun contact avec les colons. Ainsi, en 1920, une partie de l'actuel parc national d'Uluṟu-Kata Tjuṯa est officiellement déclarée réserve aborigène par le gouvernement australien par décret aborigène[7].

 
Coucher de soleil sur Uluru/Ayers Rock.

Les premiers touristes arrivent à Uluru/Ayers Rock en 1936. Les premières installations permanentes sont construites dans les années 1940 en accord avec la politique de développement aborigène et dans le but de promouvoir le tourisme. Les premières pistes routières sont tracées en 1948 et un service de tour en bus est mis en place au début des années 1950. En 1958, la zone correspondant à l'actuel parc national est retirée de la réserve Petermann, placée sous la direction du Northern Territory Reserves Board et nommée parc national d'Ayers Rock - Mount Olga. Le premier ranger du parc est Bill Harney, une personnalité reconnue dans le centre de l'Australie[8]. En 1959, le premier bail pour l'établissement d'un motel est accordé et Eddie Connellan construit une piste d'atterrissage au nord d'Uluru/Ayers Rock[9].

Le 5 mars 1968, un hélicoptère trois places Bell 47 G2, piloté par Philip Latz s'écrase sur la montagne, à un kilomètre et demi à l'est du cairn. L'épave est dégagée le 28 mars par un hélicoptère Sikorsky S-58[10],[11].

Le 26 octobre 1985, le gouvernement australien rétrocède la propriété d'Uluru/Ayers Rock au peuple aborigène Pitjantjatjara, avec une condition stipulant que ces derniers accordent un bail d'exploitation de 99 ans à la National Parks and Wildlife agency et qu'ils gèrent la montagne de façon coordonnée. La communauté des Mutitjulu, estimée à 300 personnes, est installée près du versant occidental d'Uluru/Ayers Rock. Dix-sept kilomètres séparent ce versant, par la route, de la ville touristique de Yulara, peuplée de 3 000 habitants et située juste en dehors du parc national.

Le 26 mai 2017, le site d'Uluru/Ayers Rock est le lieu de réunion d'une convention référendaire des Aborigènes et des insulaires du détroit de Torrès, où est adoptée la déclaration d'Uluru (Uluru Statement from the Heart, « venue du Cœur de la nation »)[12], qui appelle à la reconnaissance d'une « voix des Premières nations » dans la Constitution australienne et à une « commission Makarrata » de rassemblement après la lutte pour superviser un processus de « conclusion d'accords » et d’« expression de la vérité » entre le gouvernement et les peuples autochtones[13].

(en) Robert Layton, Uluru: An Aboriginal History of Ayers Rock, Canberra, Aboriginal Studies Press, 1989 (ISBN 0-85575-202-5). (en) Time line of events since European settlers. (en) Uluṟu - Kata Tjuṯa National Park - Early European history, Australian Department of the Environment and Water Resources. (en) « Ayers Rock », The Sydney Morning Herald via National Library of Australia, 30 juillet 1930 (consulté le 18 avril 2022), p. 8 (en) « Climbing legends #2 William Gosse - most wonderful natural feature I have ever seen », Right to climb (consulté le 18 avril 2022) « Return of Mr. W. C. Gosse's Exploring Expedition », The Express and Telegraph, South Australia, vol. XI, nos 3,077,‎ 29 janvier 1874, p. 2 (lire en ligne, consulté le 30 juin 2016) (en) Uluṟu - Kata Tjuṯa National Park - European contact in an Aboriginal reserve, Australian Department of the Environment and Water Resources. Erreur de référence : Balise <ref> incorrecte : aucun texte n’a été fourni pour les références nommées uktnppm (en) Uluṟu - Kata Tjuṯa National Park - Growing tourism in the Park, Australian Department of the Environment and Water Resources. (en) « Copter Falls on Ayers Rock », The Sydney Morning Herald, 6 mars 1968, page 1. (en) Philip Latz, Flying With My Angel: Surviving Religion, Sex And Helicopters, Stokers Siding, NSW: Zytal Press, 2007 (ISBN 978-0-9804451-0-7). (en) « Uluru Statement from the Heart », sur referendumcouncil.org.au (consulté le 14 novembre 2019). (en) « Uluru Statement: a quick guide », sur Australian Parliamentary Library (consulté le 14 novembre 2019).
Photographies by:
Statistics: Position (field_position)
331
Statistics: Rank (field_order)
3976

Ajouter un commentaire

Cette question sert à vérifier si vous êtes un visiteur humain ou non afin d'éviter les soumissions de pourriel (spam) automatisées.

Sécurité
867394521Cliquez/appuyez sur cette séquence : 1156

Google street view