St Michael's Mount

St Michael's Mount

Le St Michael's Mount, littéralement en français « mont Saint-Michel », est une île accessible à marée basse de forme pyramidale de granite qui culmine à 60 mètres d'altitude, située dans Mount's Bay en Cornouailles, à environ un kilomètre de la ville de Penzance, au sud-ouest de la Grande-Bretagne.

Historiquement, l'île semble avoir formé le pendant anglais du mont Saint-Michel, en France. Elle a été offerte aux Bénédictins du mont Saint-Michel au XIe siècle par le roi d'Angleterre Édouard le Confesseur (1042-1066) pour que les moines y construisent une abbaye.

 
Le St.-Michael's Mount à marée haute en 1900.

Il semble que le St Michael's Mount soit le Mictis de Timée, mentionné par Pline l'Ancien et l’Ictis de Diodore de Sicile. Les deux hommes s'appuieraient sur des textes perdus du géographe grec Pythéas, qui s'y serait rendu au IVe siècle av. J.-C. Il semble en tout cas que la région ait été occupée dès le Néolithique, des fouilles faisant état d'une occupation autour de 4000 av. J.-C. à 2500 av. J.-C.

Une légende cornique raconte qu'en 495 des pêcheurs ont vu l'archange Michel sur un rocher de granite sortant de la mer. L'île devint un lieu de pèlerinage et on rapporte qu'un monastère celtique se serait développé sur le rocher du VIIIe au XIe siècle.

Robert de Mortain, demi-frère du roi d'Angleterre Guillaume le Conquérant, a donné l'abbaye au XIe siècle au monastère du Mont-Saint-Michel ; en 1135 l'abbé Bernard du Bec du Mont-Saint-Michel en Normandie fit construire l'église actuelle et le prieuré[1],[2], un monastère bénédictin qui, en tant que propriété étrangère, fut saisi par la couronne en 1425 puis finalement fermé en 1539. L'île fut connue comme la cité des livres.

Henri V d'Angleterre récupéra le don fait par Édouard le Confesseur et lia le prieuré à l'abbaye de Syon, près de Londres ; une route pavée fut alors construite afin de relier l'île au continent à marée basse.

À la suite de son schisme avec la papauté, Henri VIII dissout les monastères et confisque leurs trésors ; le mont devient une forteresse qui assure la protection de la côte qu'il surplombe. Comme celle de son modèle normand, l'histoire du Saint-Michael's Mount est mouvementée, au gré des luttes d'influence ou des guerres civiles (cf. L'autre Saint-Michel (Maison et Jardin no 365 - juillet-août 1990, p. 90 à 101, ill.).

En 1587, l'approche de l'Invincible Armada espagnole y fut signalée en allumant un fanal au clocher de l'église.

(en) « St Michael's Mount », sur cornwall-online.co.uk (consulté le 7 septembre 2020). « Mont-Saint-Michel - Le labyrinthe de l’archange - Regarder le documentaire complet », sur ARTE (consulté le 18 août 2020)
Photographies by:
Statistics: Position (field_position)
1356
Statistics: Rank (field_order)
1134

Ajouter un commentaire

Cette question sert à vérifier si vous êtes un visiteur humain ou non afin d'éviter les soumissions de pourriel (spam) automatisées.

Sécurité
189572436Cliquez/appuyez sur cette séquence : 4272

Google street view