Sri Channakeshara (Temple)

Chennakeshava Temple, Somanathapura

( Sri Channakeshara (Temple) )

Le temple Sri Channakeshara (ou Chennakesava), appelé aussi temple de Keshava (ou Kesava), est un temple hindou du XIIIe siècle situé sur les rives du fleuve Kaveri à Somnathpur dans l'état du Karnataka en Inde du Sud. Le terme " Chennakeśava " signifie " beau Keshava ",. Le site se trouve à 38 km à l'est de Mysore.

Le temple a été consacré en 1258 par Somanatha Dandanayaka, un général du roi Hoysala Narasimha III,. Le site est désigné par le nom de son fondateur Somanatha suivi de pura (la ville) ce qui devint au fil du temps Somnathpur.

Selon l'historien de l'architecture George Michell, « Le temple de Channakeshara est le point culminant du développement du style Hoysala, mais il est pourtant unique à bien des égards »...Lire la suite

Le temple Sri Channakeshara (ou Chennakesava), appelé aussi temple de Keshava (ou Kesava), est un temple hindou du XIIIe siècle situé sur les rives du fleuve Kaveri à Somnathpur dans l'état du Karnataka en Inde du Sud. Le terme " Chennakeśava " signifie " beau Keshava ",. Le site se trouve à 38 km à l'est de Mysore.

Le temple a été consacré en 1258 par Somanatha Dandanayaka, un général du roi Hoysala Narasimha III,. Le site est désigné par le nom de son fondateur Somanatha suivi de pura (la ville) ce qui devint au fil du temps Somnathpur.

Selon l'historien de l'architecture George Michell, « Le temple de Channakeshara est le point culminant du développement du style Hoysala, mais il est pourtant unique à bien des égards ».

La ville de Somnathpur a été fondée au XIIIe siècle par un général nommé Somanatha Dandanayaka qui commandait une armée du roi Hoysala Narasimha III[1],[2]. La création de la ville s'accompagne de privilèges accordés aux brahmanes et de ressources dédiées à la construction et à l'entretien du temple[2].

C'est au centre de ce nouveau village que Somanatha fait construire le temple Channakeshara et le consacre en 1258[1],[note 1]. C'est un temple de tradition vishnouiste.

En plus de ce temple, Somanatha consacre également un temple Panchalinga (littéralement, temple des cinq linga) selon la tradition shivaïste, dans l'angle est-nord-est de la concession qu'il fait entourer d'un mur d'enceinte, désormais en ruines[2],[note 2].

D'après les inscriptions du XVe siècle, le temple de Channakeshara a lui aussi été gravement endommagé. Il a été réparé au XVIe siècle, avec l'aide financière et les subventions des rois du royaume de Vijayanagara. Les réparations sont mises en évidence par la couleur différente des pierres et la qualité du travail dans la véranda et des parties de la tour nord et de la plate-forme du temple principal. Le temple réparé a été encore endommagé au XIXe siècle, puis réparé à nouveau au début du XXe siècle par le gouvernement colonial de Mysore[6].

Le temple Channakeshara est l'un des quelque 1 500 temples hindous et jaïns construits par les rois de l'Empire Hoysala dans différentes parties de leur royaume. Les autres temples Hoysala bien étudiés sont ceux de Belur et d'Halebid[7].

Inscriptions
 
Une partie des inscriptions de la stèle à l'entrée du temple.

Quelques-unes des dates et circonstances historiques significatives autour du temple Sri Channakeshara sont gravées sur huit pierres dispersées à différents endroits en Inde du Sud[8]. Quatre des inscriptions se trouvent sur des plaques de stéatite à l'entrée du temple. Deux inscriptions se trouvent dans les plafonds de la véranda qui entoure le temple, l'une près de l'angle sud-est et l'autre à l'angle nord-ouest.

Une autre inscription se trouve près du temple de Harihareshwara (en) sur les rives de la rivière Tungabhadrâ. La huitième inscription se trouve dans le temple de Shiva, à la périphérie de la concession de terre originale de Somnathpur, le temple Panchalinga.

La plupart de ces inscriptions confirment que le temple était opérationnel vers le milieu du XIIIe siècle. Deux inscriptions, l'une datée de 1497 et l'autre de 1550, décrivent les dégâts et les réparations effectuées sur le temple Sri Channakeshara[8].

Le temple porte aussi de nombreuses petites inscriptions qui sont soit le logo des guildes de maçons, soit le nom de l'artiste qui a sculpté le bloc, le pilier ou l'œuvre d'art.

↑ a b c et d M.H. Krishna 1965, p. 16-18. ↑ a b et c HS Usharani (2012), Somanathapura temples and their oil requirements in epigraphs, Proceedings of the Indian History Congress, Vol. 73 (2012), pp. 486-489 Erreur de référence : Balise <ref> incorrecte : aucun texte n’a été fourni pour les références nommées Evans1997p11 D. V. Devaraj, History of the Sōmanāthapura temple-complex : in socio-economic and cultural perspectives, Directorate of Archaeology & Museums, 1994, 10–11, 22 (lire en ligne) Gerard Foekema, A Complete Guide to Hoysaḷa Temples, Abhinav, 1996, 16–17 p. (ISBN 978-81-7017-345-8, lire en ligne) M.H. Krishna 1965, p. 18-19. Sacred Ensembles of the Hoysala, UNESCO ↑ a et b M.H. Krishna 1965, p. 17-18.


Erreur de référence : Des balises <ref> existent pour un groupe nommé « note », mais aucune balise <references group="note"/> correspondante n’a été trouvée

Photographies by:
Jean-Pierre Dalbéra from Paris, France - CC BY 2.0
Zones
Statistics: Position (field_position)
1976
Statistics: Rank (field_order)
672

Ajouter un commentaire

Cette question sert à vérifier si vous êtes un visiteur humain ou non afin d'éviter les soumissions de pourriel (spam) automatisées.

Sécurité
342856179Cliquez/appuyez sur cette séquence : 5888

Google street view