Mostar

Mostar (en cyrillique : Мостар) est une ville de Bosnie-Herzégovine située dans le canton d'Herzégovine-Neretva et dans la fédération de Bosnie-et-Herzégovine. Selon les premiers résultats du recensement bosnien de 2013, la ville intra muros compte 65 286 habitants et sa zone métropolitaine, appelée Grad Mostar, 113 169.

Mostar est le centre administratif du canton de Herzégovine-Neretva. Depuis 2005, le « Quartier du Vieux pont de la vieille ville de Mostar » est inscrit sur la liste du patrimoine mondial de l'UNESCO.

 
Stari Most, le Vieux Pont de Mostar.
Antiquité et Moyen Âge

Le site révèle une occupation humaine dès la Préhistoire, comme en témoignent les enceintes fortifiées et les nécropoles.

Les Romains, ayant conscience des possibilités stratégiques et commerciales de ce passage, s'y établissent. On retrouve de ce fait les vestiges enfouis de la ville romaine sous la ville actuelle. À la fin de l'Antiquité des basiliques chrétiennes y sont édifiées et cette présence chrétienne sera permanente et active encore au Moyen Âge.

Période ottomane

Avec la conquête ottomane en 1470, Mostar devient un centre administratif, chef-lieu du sandjak d’Herzégovine et siège d’un kadiluk (district avec un juge régional). Ce n'est qu'en 1474 que le nom de Mostar apparaît pour la première fois dans un document en référence aux gardiens du pont, les mostari. Ce pont antique, qui se trouvait sur la route commerciale entre l’Adriatique et les riches régions minières du centre de la Bosnie, permet à la bourgade de s'étendre sur la rive droite de la Neretva.[réf. nécessaire].

 
La mosquée de Karađoz-bey, 1557-1558.

À partir du XVe siècle, Mostar se développe lors des quatre siècles suivants, sous la tutelle de l'Empire. Au XVe siècle, les archives mentionnent une place forte à l'endroit où l'on passait d'un bord à l'autre de la Neretva par un pont suspendu. Ce pont, qui a donné son nom à la ville, favorise le développement du transport et l'essor du commerce. Dès 1475, un premier quartier musulman (dit mahala), avec mosquées et bains, s'établit au bord de la rivière, au nord du lieu de passage. Le noyau du bourg musulman se forme de part et d'autre du pont de pierre construit en 1566 sous le gouvernement de Mehmed-bey Karađoz.

 
Le pont de Mostar sur un timbre-poste austro-hongrois de Bosnie-Herzégovine, 1906.

Mostar est le chef-lieu d'une province ottomane de premier rang de 1833 à 1851 (eyalet d'Herzégovine) et de 1875 à 1877 (vilayet d'Herzégovine).

Période austro-hongroise

En 1878, Mostar, ainsi que le reste de la Bosnie-Herzégovine, passe sous administration austro-hongroise en Bosnie-Herzégovine et connaît un nouvel essor économique et urbain. Le chemin de fer de la Neretva (de), est construit entre 1888 et 1892, reliant Mostar à Sarajevo et Dubrovnik. Un hôpital contemporain a été achevé en 1888, le premier bureau de poste en Bosnie-Herzégovine a été ouvert en 1858, ainsi qu'une caserne de pompiers en 1885 et une station météorologique en 1903. La ville a acquis une nouvelle centrale électrique en 1912 et en 1894, l'éclairage des rues remplace les 330 lanternes initialement utilisées. Le service téléphonique pour les clients civils a été introduit en 1906, tandis qu'un aéroport militaire, le premier des Balkans, a été créé en 1913. Le bâtiment le plus emblématique de cette période étant le Lycée de Mostar.

Période yougoslave

Après 1918, la ville fait partie du nouveau Royaume des Serbes, des Croates et des Slovènes, la future Yougoslavie.

La ville, exceptionnelle par l'ensemble de ses habitations et monuments était célèbre pour sa douceur de vivre. Jusqu'à l'époque contemporaine, la ville avait conservé son caractère tout en étant un lieu de production artisanale et un important centre d'échanges commerciaux. Même si, comme partout en Europe, des immeubles souvent hors-échelle y ont été construits pendant les années 1960, dans l'ensemble, la vieille ville avait conservé son cachet médiéval.

Mostar pendant la guerre de Bosnie
 
Le pont réparé à l'été 2009.

Mostar a considérablement souffert de la guerre de Bosnie-Herzégovine (1992-1995). Trois camps s'y sont affrontés : tandis que les Serbes tenaient les hauteurs, les Croates avaient parqué les Bosniaques (Slaves musulmans) dans le ghetto de la vieille ville, sur la rive est de la Neretva. Le 9 novembre 1993, un obus croate abat le Stari Most, le « vieux pont » ottoman, symbole de la ville.

Capitale de l'Herzégovine, la ville était un centre industriel, notamment avec le constructeur aéronautique SOKO et le complexe industriel de production d’aluminium Aluminij, ainsi qu'un centre commercial actif (textile, tabac, produits alimentaires) et un site touristique très fréquenté en raison de son architecture orientale ottomane et de ses nombreuses mosquées.

Dès le printemps 1992, la ville et sa région sont touchées par plusieurs offensives militaires menées par l’armée populaire yougoslave (JNA) et les troupes paramilitaires des Serbes de Bosnie. Ni préparée ni organisée militairement, ayant observé de loin la guerre en Croatie, la population bosniaque applique la politique pacifiste dictée par Alija Izetbegović. Cette passivité entraînera une prise des montagnes environnantes et d’une partie de l’est de la ville par les troupes serbes. La totalité des ponts enjambant la rivière Neretva sont détruits à l’exception du vieux pont. Dans la zone industrielle, l’équipement de l’usine du constructeur aéronautique SOKO est déménagée en Serbie, l’aéroport et le complexe de l’usine d’aluminium Aluminij sont détruits.

La reprise de la ville, de la vallée de la Neretva et de ses environs est effectuée par les troupes du conseil de défense croate (HVO) et des forces armées croates (HOS) lors de l’opération Aubes de juin, du 7 au 26 juin 1992.

S’installe ensuite un calme précaire dans la ville qui est submergée par les réfugiés bosniaques chassés de l’est de la Bosnie tombée sous contrôle serbe. Cette arrivée a pour conséquence une modification de la population de la ville et de l’équilibre entre Croates et Bosniaques. De nombreuses personnes spéculent alors sur un accord secret entre le président de la République de Croatie, Franjo Tuđman, et le président de la République de Serbie, Slobodan Milošević, sur un partage de la Bosnie-Herzégovine au détriment des Bosniaques. Il est rapporté que Slobodan Milošević désirait obtenir toutes les terres de l'est et de l'ouest de la Bosnie alors que Franjo Tuđman souhaitait s'assurer le contrôle des régions à majorité croate. La politique de la Croatie et de Franjo Tuđman pour la Bosnie-Herzégovine n'a jamais été transparente ; certains pensent que Franjo Tuđman souhaitait agrandir les frontières de la Croatie en Bosnie-Herzégovine. La création de l’Armée de la République de Bosnie et d'Herzégovine entraîne alors d’importantes défections de combattants bosniaques dans les troupes du HVO et du HOS. Ceux-ci partent avec les armes dont ils ont été dotés lorsqu’ils combattaient sous commandement croate, et ils prennent le contrôle de la partie orientale de la ville où ils étaient majoritaires. En 1993, les ultra-nationalistes croates, qui étaient à ce moment convaincus de la défaite des Bosniaques et qui pensaient partager la Bosnie-Herzégovine avec leurs ennemis serbes, créent la République d'Herceg-Bosna. Mais la résistance des troupes gouvernementales est considérable. Alors que le ravitaillement est régulièrement coupé, que l'État-major bosniaque donne la priorité à la défense du nord et du centre du pays, les forces bosniaques tiennent et repoussent toutes les attaques[réf. nécessaire].

 
Panorama de Mostar.
 
La vieille ville.

Le conflit entre les Bosniaques et les Croates finit par tourner au désavantage des ultra-nationalistes croates d'Herceg-Bosna lorsque l'armée de Bosnie-Herzégovine prend le contrôle du nord de la Bosnie et de la Bosnie centrale, encerclant la population croate dans les villes de Novi Travnik, Vitez, Busovača, Kiseljak, Kreševo ou encore Žepče. Les troupes bosniaques, après la prise de la Bosnie centrale aux troupes croates du HVO, entament une percée vers le sud, prenant le contrôle d'une partie de l'Herzégovine, de Konjic, Jablanica et les parties septentrionales et orientales de la ville de Mostar lors de l'opération Neretva 93 et font leur jonction avec les unités situées à l’est de Mostar[réf. nécessaire].

La suite des événements est caractérisée par des affrontements comparables à une guerre de tranchées entre le Conseil de défense croate (HVO) et les forces bosniaques de l’Armée de la République de Bosnie et d'Herzégovine (ARBiH), le long de la ligne de démarcation située en centre-ville, le long du Bulevar narodne revolucije (boulevard de la révolution populaire). Durant cette période, les minorités des deux parties de la ville sont la cible de représailles et doivent quitter leurs habitations lors des périodes d’accalmie pour rejoindre les parties de la ville où ils étaient majoritaires. Ceci provoqua une homogénéisation de la partie croate et bosniaque de la ville[réf. nécessaire].

Le sommet des affrontements entre Croates et Bosniaques est atteint le 9 novembre 1993, lorsque les forces croates détruisent le vieux pont de Mostar en le dynamitant afin de prévenir toute tentative bosniaque de s'emparer de la partie occidentale de la ville contrôlée par les forces croates. Cette action est condamnée par la communauté internationale et provoque la consternation chez un certain nombre d’habitants croates de la ville attachés au symbole de leur ville. L'opération Neretva 93 est arrêtée par les autorités bosniaques après qu'elles ont reçu des informations sur les incidents contre des civils et des prisonniers de guerre croate. Plus tard, des équipes mixtes croates et bosniaques, avec l’aide d’une entreprise turque, ont reconstruit à l’identique le pont et son quartier. Le nouveau pont est inauguré le 22 juillet 2004 en présence de nombreuses personnalités[réf. nécessaire].

Les accords de Washington, conclus sous le patronage de la nouvelle administration américaine du président Bill Clinton, mettent fin aux affrontements entre Croates et Bosniaques. Une période d’accalmie s’installe mais les tensions et les rancœurs persistent encore pendant de longs mois. Elles renaissaient sporadiquement lors de la construction d’édifices religieux ; ainsi, la hauteur du clocher d’une église et l’installation d’une croix sur la montagne surplombant la ville côté croate ont provoqué des manifestations côté bosniaque. Des affrontements ont également été signalés lors de rencontres de football, comme celle opposant la Croatie à la Turquie, en quart de finale du championnat d'Europe de football 2008 en Autriche[réf. nécessaire].

Mostar depuis la guerre
 
La maison Čardak.

Mostar-Ouest (essentiellement quartiers modernes et depuis 1995 à majorité croate et catholique) et Mostar-Est (principalement quartiers plus anciens à majorité bosniaque et musulmane), séparés par le Bulevar narodne revolucije pendant la guerre ont été réunifiés en une seule municipalité, qui est ainsi devenue la capitale du Canton de Herzégovine-Neretva. La Neretva traverse le quartier oriental de la ville.

Le Stari Most, le « vieux pont », a été reconstruit à l'identique en 2004 avec de nombreuses pierres d'origine (notamment pour le revêtement du pont), et selon la technique ottomane d'époque. Il accueille comme par le passé le traditionnel championnat de plongeon dont le local est la maisonnette Čardak située à la sortie occidentale du Vieux Pont.

 
Les immeubles, lieux de la guérilla urbaine ; Mostar, une ville qui porte encore les stigmates de la guerre, août 2006.

Mostar-Ortijes : ce camp de la SFOR situé à côté de l'actuel aéroport abritait les éléments des armées (Allemagne, France, Italie, Espagne, Maroc) qui composaient un élément vital dans la sécurisation de la ville.

De nombreuses maisons restent à reconstruire dans la ville, mais le centre historique renaît de ses cendres rapidement grâce à de nombreux donateurs. L'attrait et le charme du centre de Mostar ont ainsi pu être préservés malgré tout.

Photographies by:
Statistics: Position (field_position)
634
Statistics: Rank (field_order)
2257

Ajouter un commentaire

Cette question sert à vérifier si vous êtes un visiteur humain ou non afin d'éviter les soumissions de pourriel (spam) automatisées.

Sécurité
592837146Cliquez/appuyez sur cette séquence : 1768

Google street view