Forte di Fenestrelle

( Forteresse de Fenestrelle )

La forteresse de Fenestrelle a été construite de 1728 à 1850 par les rois de Sardaigne dans la vallée piémontaise de Fenestrelle, acquise en 1713 par Victor-Amédée II.

C'est la plus vaste forteresse d’Europe avec 1 300 000 m2. Située entre 1 135 et 1 785 m d’altitude, elle bloque sur 3 km de large la vallée, où passe la route du col de Montgenèvre à Pignerol et Turin.

Carte 
Carte interactive de la forteresse
La construction des forts

Fenestrelle est cédée par la France à la Savoie par le traité d'Utrecht (1713).

La vallée n’est alors fortifiée que par le fort Mutin, datant du XVIIe siècle, jugé bon pour la démolition par Vauban en 1701[1].

Pour défendre cette acquisition, Victor-Amédée II charge Ignazio Giuseppe Bertola de construire un nouveau fort : le fort des Vallées (delle Valli), à 1 800 m.

Trois autres forts sont ajoutés dans les cent-vingt années qui suivent : le fort Charles-Albert au point le plus bas, le fort San Carlo, et le fort des Trois Dents (delle Tre Denti). Les travaux s’achèvent en 1850 par le démantèlement du fort Mutin.

Ces forts sont reliés sur une longueur de 3 km par des murailles et un long couloir abritant un escalier de 4 000 marches[2].

 Une forteresse prison

Essentiellement dissuasive, la forteresse de Fenestrelle n’a jamais eu à soutenir de siège. La forteresse servit de prison politique du 6 juillet 1809 au 30 janvier 1813 pour le cardinal Bartolomeo Pacca, vice-secrétaire d'État du pape Pie VII, sur l'ordre de Napoléon, pendant que le pape était exilé à Savone jusqu'en juin 1812[3].

À la suite de la proclamation du royaume d'Italie en 1861, les soldats des armées pontificales et siciliennes refusant de prêter serment au nouveau roi sont emprisonnés dans la forteresse[4],[5],[6].

Une controverse datant des années 1990 concerne la détention et l'exécution de nombreux soldats méridionaux, certains dénonçant alors Fenestrelle comme une sorte de camp du goulag ; cette thèse est aujourd'hui contestée par un historien italien, Alessandro Barbero[7].

 Fenestrelle Val ChisoneLa forteresse au XXe siècle

La forteresse est ensuite convertie en dépôt d’artillerie dans les années 1920. Le fort Charles-Albert est dynamité par les partisans en 1943.

Abandonnée, la forteresse a vu se dégrader le palais du gouverneur, le palais des officiers, l’église et la prison[8].

 Plan-relief de la forteresse de Fenestrelle.

Elle est actuellement en cours de restauration grâce à la volonté de l’ensemble des habitants de la commune, relayée et soutenue par des institutions publiques et privées. L’association Progetto San Carlo y organise depuis 1997 des animations culturelles[9]. En 1997, elle est ouverte au public et dotée d'un éclairage spectaculaire.

Une maquette de Fenestrelle construite en 1757 au 1/400e est actuellement conservée dans les réserves du musée des Plans-reliefs à Paris.

Jean Grézard, La Forteresse..., p. 160 Dossier de presse, Sentinelles des Alpes, [1], consulté le 22 juin 2008 Jean Grézard, La Forteresse..., p. 161 Neoborbonici all'assalto di Fenestrelle 'Dans ce Fort 20 000 soldats morts'. La Repubblica, 5 mai 2010. Gigi Di Fiore, Controstoria dell'unità d'Italia: fatti e misfatti del Risorgimento, Milan, 2007, page 178.] Fenestrelle non fu come Auschwitz G. Caillet, « Vivre ou mourir à Fenestrelle », Le Figaro Histoire, no 7, avril-mai 2013. Jean Grézard, La Forteresse..., p. 162 Muriel Faure, « La nouvelle vie des remparts », in L’Alpe no 37, Citadelles d’altitude, juin 2007, p. 56
Photographies by:
Statistics: Position
4898
Statistics: Rank
21441

Ajouter un commentaire

CAPTCHA
Sécurité
236859471Cliquez/appuyez sur cette séquence : 6254
Cette question sert à vérifier si vous êtes un visiteur humain ou non afin d'éviter les soumissions de pourriel (spam) automatisées.

Google street view

Vidéos

Où pouvez-vous dormir près de Forteresse de Fenestrelle ?

Booking.com
542.561 visites au total, 9.237 Points d'interêts, 405 Destinations, 318 visites aujourd'hui.