شحات

( Cyrène )

Cyrène (en grec ancien : Κυρήνη / Kurḗnē; en arabe : شحات (shahat)) était une ville de Cyrénaïque, en Libye actuelle, la plus ancienne et la plus importante des cinq colonies grecques de la région, où étaient déjà établis les Libyens anciens. Cyrène est une ancienne ville grecque et romaine par la suite. Le nom de Cyrénaïque est donné à cette région de la côte méditerranéenne de l'Afrique au sein de laquelle Cyrène était la capitale. Cyrène a souvent dominé cette région entre le VIIe siècle av. J.-C. et le Ve siècle Lire la suite

Cyrène (en grec ancien : Κυρήνη / Kurḗnē; en arabe : شحات (shahat)) était une ville de Cyrénaïque, en Libye actuelle, la plus ancienne et la plus importante des cinq colonies grecques de la région, où étaient déjà établis les Libyens anciens. Cyrène est une ancienne ville grecque et romaine par la suite. Le nom de Cyrénaïque est donné à cette région de la côte méditerranéenne de l'Afrique au sein de laquelle Cyrène était la capitale. Cyrène a souvent dominé cette région entre le VIIe siècle av. J.-C. et le Ve siècle apr. J.-C. La région a conservé son nom de Cyrénaïque jusqu’à nos jours, restant le nom de l’une des trois régions de la Libye.

La naissance de la ville est attribuée à Battus le Lacédémonien, premier roi grec d’Afrique et fondateur de la dynastie battiade. Les historiens remettent néanmoins en question ce récit de fondation de la ville.

Cyrène est de nos jours un site archéologique qui comprend trois secteurs principaux : la ville et ses faubourgs avec le Sanctuaire d'Apollon, les nécropoles autour de la ville et la campagne (ou chôra), qui présente de nombreux vestiges d'exploitations agricoles, de villages, de sanctuaires et de monuments funéraires.

L'ancienne ville grecque est située à proximité immédiate de la moderne Shahhat de Libye. Ancien évêché, à partir du IVe siècle, Cyrène se trouve dans la vallée luxuriante des hautes terres de Djebel Akhdar (Montagne Verte) sur un plateau de 600 mètres d'altitude à moins de 10 kilomètres de la Méditerranée.

Progressivement désertée dès l’époque byzantine, la ville est abandonnée définitivement au début du Moyen Âge. La ville nouvelle de Shahhat a été bâtie ex nihilo à partir des années 1970 au sud immédiat du site archéologique.

De la dynastie battiade à Alexandre le Grand

Héraclide du Pont, philosophe grec du IVe siècle av. J.-C indique que la chute de la dynastie des battiades, vers 440 avant notre ère, a permis l’avènement de la démocratie. Il faut vraisemblablement plus parler de République que de démocratie selon de nombreux historiens.

On sait que durant la guerre du Péloponnèse, en 413 avant J.-C, Cyrène a apporté son soutien à la cité grecque de Sparte, en lui fournissant des navires de guerre pour lutter contre Athènes.

Au printemps 331, Alexandre le Grand se dirige vers l’oasis d’Ammon, situé à l’ouest de l’Egypte, à proximité de la frontière libyenne. C’est au sein de cette oasis, au temple d’Amon que l’oracle est venu confirmer la nature divine d’Alexandre, le déclarant comme fils du dieu Amon. Alors qu’Alexandre se dirige vers cette oasis, une ambassade de Cyrénéens vient à sa rencontre. L’événement est rapporté par Diodore de Sicile : « (Alexandre le Grand) était déjà à moitié chemin lorsqu’il rencontra des députés cyréens qui lui apportaient une couronne et de riches présents, parmi lesquels étaient trois cents chevaux de guerre et cinq quadriges très beaux. Le Roi accepta ces ambassadeurs et conclut avec les Cyrénéens un traité d’alliance »[1]. On connaît bien la date de cette entrevue, en revanche le lieu reste obscur. Le but de l’entrevue étant de conclure une alliance.

Cyrène ne fait pas partie de l’empire d’Alexandre le Grand, mais avec ces présents, souhaite montrer ses bonnes dispositions à l’égard de ce dernier. Cyrène étant libre et autonome depuis la seconde guerre médique, lui ayant permis de se libérer de l’empire perse. Il est important de noter l’importance de Cyrène qui a agi seule dans l’envoi de son ambassade, traduisant sa position parmi les autres cités grecques de Libye. Cette ambassade permet à la cité de Cyrène de bénéficier d’une reconnaissance internationale.

La guerre de Thibron

Cet épisode de la cité de Cyrène nous est connu grâce à trois sources littéraires : Diodore de Sicile, Arrien et Justin.

Thibron est un mercenaire spartiate recruté par Harpale, le trésorier d’Alexandre le Grand qui est en fuite vers 325 avant J.-C. Thibron assassine ce dernier lors de sa fuite et s’empare alors d’une partie du trésor qui avait été détourné par Harpale. La question du rappel des exilés dans les cités grecques pose problème. Thibron est alors appelé par les exilés de Cyrène pour les rétablir dans leurs cités. Thibron quitte donc la Crète pour Cyrène avec environ 6000 hommes. Il souhaite se créer un nouveau royaume dans la région de la Cyrénaïque. Il bat les Cyrénéens, mais est très rapidement trahi par son officier Mnasiclès et perd sa flotte et le port de Cyrène.

Par la suite, Thibron recrute de nouveaux mercenaires dans le Péloponnèse, il fait alors le siège de la ville. Les Cyrénéens se tournent vers le nouveau satrape d’Egypte, Ptolémée. Ils se ravisent finalement et trouvent un accord avec Thibrôn. Ce revirement intervient seulement trop tard puisque Ophellas intervient au nom de Ptolémée Ier pour réprimer cette révolte des exilés. Thibron est vaincu et capturé en 322 avant J.-C. Cette défaite voit l'annexion de Cyrène par l'Égypte de Ptolémée.

Période lagide

La cité de Cyrène ne figurait dans aucun des partages de l’Empire que ce soit en 323, 321 ou 311. Edouard Will montre que à partir de 322/1, l’intervention de Ptolémée dans le plateau libyen présente un aspect purement personnel. En effet, à peine nommé satrape d’Egypte, Ptolémée décide d’intervenir en Cyrénaïque, région qui est aux proies aux rivalités entre les différentes cités grecques de son territoire. La cité de Cyrène prend part aux conflits avec les autres cités, mais elle se retrouve dans un climat de guerre civile. Guerre civile qui permet aux démocrates de prendre le pouvoir au détriment des aristocrates, dont un certain nombre trouve refuge auprès de Ptolémée. Ce dernier, décide d’intervenir personnellement dès 321 à Cyrène et installe Ophellas, un gouverneur qui lui est fidèle. Ce dernier ne réussit cependant pas à éviter une nouvelle révolte au sein de la cité, qui est matée grâce à une seconde expédition militaire. Ophellas est assassiné par Agathoclès de Syracuse, son allié contre Carthage, en 308 avant J.-C. Il est remplacé au gouvernement de Cyrène par le beau-fils de Ptolémée, Magas vers 300 pour rétablir l’autorité des lagides.

Ptolémée décide de concéder une Constitution aux Cyrénéens du nom de « Diagramma de Cyrène ». Ptolémée avait profité des troubles au sein de la cité pour intervenir en faveur des aristocrates, des membres de l’oligarchie, mais en 321, encore que satrape et pas encore roi d’Egypte, il ne pouvait pas imposer une domination trop autoritaire sur la cité. Il se présente donc en tant que médiateur, en s’accordant grâce à cette nouvelle constitution d’importants droits pour intervenir, tout en laissant le pouvoir à l’aristocratie. Ptolémée se voit ainsi nommé stratège viager, il est alors le véritable chef de l’armée et de la diplomatie de la cité de Cyrène. En effet, ses collègues sont élus que pour un an et n’ont pas la possibilité d’être réélu, tandis que lui l’est à vie.

De plus, une garnison égyptienne est positionnée en permanence dans la cité. Et la constitution donne d’autres droits à Ptolémée comme le fait de nommer les premiers membres des Anciens.

Seulement, en 276 avant J.-C, Magas qui gouvernait au nom de Ptolémée se couronne roi et déclare alors l’indépendance de la cité. Il épouse la fille de l’empereur séleucide, Antiochos Ier et forme une alliance avec ce dernier pour envahir le royaume ptolémaïque, l’Égypte. Une invasion qui reste un échec et en 250 av. J.-C à la mort de Magas, c’est toute la région de la Cyrénaïque qui devient partie intégrante de l’empire lagide dont le centre est Alexandrie.

Période romaine

Ptolémée Apion, est un prince de la dynastie lagide. Il hérite du royaume de Cyrénaïque en -116 à la mort de son père, Ptolémée VIII Evergète II. Il règne sur ce royaume pendant une vingtaine d’années. À sa mort, il décide dans son testament de léguer le royaume aux Romains. Dans un premier temps, le Sénat romain refuse ce leg. Ce n’est qu’en 74 avant J.-C que Cyrène fut créée en tant que province romaine.

Avec les Ptolémées, la tolérance religieuse était importante puisque les juifs avaient des droits égaux aux grecs. Avec les Romains, les persécutions connaissent une importante hausse. Les tensions religieuses atteignent leur maximum avec l’insurrection des Juifs de Cyrène sous le règne de Vespasien. Une deuxième insurrection a lieu sous le règne de Trajan, bien plus tard. Une révolte qui est réprimée, mais qui compte de nombreux massacres. La révolte est réprimée par Quintus Marcius Turbo : Dion Cassius parle de plus de 200 000 morts[2]. La Libye est tellement dépeuplée qu'on installe de nouveaux colons selon Eusèbe de Césarée. Quant à la population d'origine juive, elle disparaît presque totalement. On ne relève en effet à Cyrène que quelques inscriptions juives très isolées jusqu'à la fin de l'Antiquité après cette révolte.

La principale exportation de Cyrène à travers son histoire, l'herbe médicinale silphium (ou silphion), que les Grecs considéraient comme panacée[3], est représentée sur les monnaies de Cyrène jusqu'à sa disparition complète et tardive. Bien que souffrant de la concurrence de Carthage puis d'Alexandrie, Cyrène demeure un centre urbain important avec son port d'Apollonia (Marsa Susa) jusqu'au tsunami du 21 juillet 365 au sud de la Crète qui l'a sans doute fortement endommagée. Ammien Marcellin la décrit au IVe siècle comme une ville déserte. L'évêque Synésios de Cyrène la décrit au siècle suivant comme une vaste ruine à la merci des nomades.

Cyrène est mentionnée dans le deuxième Livre des Maccabées, que son auteur dit avoir abrégé à partir d'un livre en cinq volumes, dû à un Juif hellénistique nommé Jason de Cyrène. Cyrène est aussi mentionnée dans les Évangiles. Simon de Cyrène porte la croix pendant la Passion[4]. Voir aussi les Actes des Apôtres[5].

Liste des rois et reines de Cyrène

La cité a connu deux dynasties royales : la première est celle du fondateur Battos et de ses héritiers, les Battiades, de la fin du VIIe siècle au milieu du Ve s. La seconde est celle des Lagides (ou Ptolémées), souverains d’Alexandrie, du règne de Ptolémée Ier Sôter au règne de Cléopâtre VII Philopator, de l’extrême fin du IVe s. à 30 av. J.-C. Du fait des divisions internes de cette dernière famille, Cyrène a souvent constitué une seconde capitale lagide, indépendante d’Alexandrie.

La dynastie des Battiades :

Nom Épithète Dates de règne Remarques Dynastie des Battiades Battos Ier ὁ Οἰκιστής (le Fondateur) 631-599 Fondation de Cyrène : 631.Arcésilas Ier 599-583 Battos II ὁ Εὐδαίμων (l'Heureux) 583-après 570 Bataille d'Irasa vers 570[6] : le pharaon Apriès .Arcésilas II ὁ Χαλεπός (le Dur) après 570-? Bataille de Leukôn[7] : Arcésilas II subit une défaite cuisante contre les Libyens, perdant 7000 hoplites.Battos III ὁ Χωλός (le Boiteux) ?-? Réforme de Démonax (en)[8] : les pouvoirs du roi cyrénéen sont désormais limités à la sphère religieuse.Arcésilas III avant 525-522 Exil à Samos vers 533/532[9]. Ralliement à Cambyse vers 525[10].Battos IV Καλός (le Beau) vers 515-avant 462 Expédition du satrape d'Égypte Aryandès (en) contre la cité de Barqa vers 515[11]. Deuxième expédition contre la cité de Barqa vers 483[12]. Cyrène se détache des Perses entre 479 et 474[13].Arcésilas IV avant 462-vers 440 Victoire pythique en 462. Victoire olympique en 460[14]. Passage des Athéniens à Cyrène en 454[15].
André Laronde, Cyrène et la Libye Hellénistique : Libykai historiai, Paris, Éditions du CNRS, 1987, 524 p. (ISBN 2-222-03746-8), p. 28 LXVIII, 32 Pline l'Ancien, L'Histoire naturelle, livre XIX, 15 ; J.L.Tatman, (octobre 2000) Silphium, Silver and Strife: A History of Kyrenaika and Its Coinage Celator 14 (10): 6-24 Marc 15:21. 6:9; 11:20; 13:1 Chamoux 1953, p. 123 sq. ; p. 135 sq. Chamoux 1953, p. 137. Chamoux 1953, p. 138 sq. Chamoux 1953, p. 144 sq. Chamoux 1953, p. 150 Chamoux 1953, p. 164. Chamoux 1953, p. 165. Chamoux 1953, p. 166 sq. Chamoux 1953, p. 169 sqq. Chamoux 1953, p. 202 sqq.
Photographies by:
Statistics: Position
1523
Statistics: Rank
80659

Ajouter un commentaire

CAPTCHA
Sécurité
521964837Cliquez/appuyez sur cette séquence : 6281
Cette question sert à vérifier si vous êtes un visiteur humain ou non afin d'éviter les soumissions de pourriel (spam) automatisées.

Google street view

Où pouvez-vous dormir près de Cyrène ?

Booking.com
572.031 visites au total, 9.238 Points d'interêts, 405 Destinations, 458 visites aujourd'hui.