Col du Saint-Gothard

Col du Saint-Gothard

Le col du Saint-Gothard ou col du Gothard (passo del San Gottardo en italien, Gotthardpass en allemand) est un col des Alpes suisses, situé à 2 107 m d'altitude, qui relie Andermatt dans le canton d'Uri à Airolo dans le canton du Tessin.

Ce franchissement, dont le nom renvoie à Gothard de Hildesheim, assurait l'essentiel des flux directs de personnes et marchandises entre le nord de la Suisse, le Tessin et l'Italie, et plus généralement entre le centre de la plaine du Pô et l'Europe du Nord.

 
La route nord du col du St Gothard au XIXe siècle.

La vaste cuvette glaciaire qui conduit au col lui-même est un lieu de passage utilisé depuis plusieurs siècles, qui a notamment contribué à la prospérité des villes de Milan et de Zurich, les reliant directement. Il aurait été ouvert aux alentours de 1220 grâce notamment à la construction du pont du Diable et possède dès lors l'avantage par rapport aux autres cols des Alpes centrales d'être relativement bas et d'avoir des vallées courtes et faciles d'accès. Il n'est pas étranger à la constitution d'une première confédération de cantons (Confédération des III cantons) à la fin du XIIIe siècle autour du lac des Quatre-Cantons et vers le Tessin. Le canton d'Uri jouit désormais d'une nouvelle importance et de potentiels revenus de droit de passage. Sa dépendance du comte de Zurich Rodolphe II de la maison de Habsbourg est ainsi rachetée au nom de Frédéric II en 1231 et le statut d'immédiateté impériale lui est même accordé[1].

 
Photo aérienne par Walter Mittelholzer (1931).

Un petit sanctuaire est construit au IXe – Xe siècle, remplacé par une chapelle consacrée en 1230 ; celle-ci est reconstruite à la fin du XVIIe siècle par les pères capucins[2]. La première mention d'un hospice remonte à 1237. Il est administré par les pères capucins jusqu'en 1799[2]. En 1602, Frédéric Borromée établit à l'hospice un prêtre puis y fit construire une maison à l'intention des voyageurs en 1623-1629[3]. De 1685 à 1841, l'établissement est géré par des frères capucins. Après la chute d'une avalanche en 1774, l'édifice est reconstruit en pierre, accompagné d'une écurie octogonale. La vieille « souste »[4] (actuellement musée national du Saint-Gothard), a été élevée entre 1834 et 1837 selon des plans de Domenico Fontana ; cet édifice rectangulaire, avec portique à arcades caractéristiques en façade principale, a été restauré en 1983-1986. Il servait initialement de poste douanier et de dépôt de marchandises mais aussi, dès 1866, d'hôtel pour des voyageurs fortunés[2]. Il est ensuite devenu dépendance de l'Albergo Monte Prosa, établissement élevé sur des plans d'A. Regli et inauguré en 1886[5].

Un barrage de retenue a été construit dans la cuvette du col. Durant la seconde moitié du XXe siècle, le lac situé près du col a fait l'objet d'immersion de munitions obsolètes par l'armée suisse.

Le Sasso da Pigna, fort d'artillerie de l'armée suisse, a été construit en 1941-1942 ; il est aujourd'hui transformé en musée[6].

Gérard-François Dumont, L'arc Alpin : Histoire et géopolitique d'un espace européen, Economica, 1999, p. 53. ↑ a b et c Guide culturel de la Suisse, Zürich, Ex Libris, 1982, 445 p., p. 33 Seigneur du Cornet, Histoire générale des guerres de Savoie V1, page 20. Fritz Glauser, « Soustes » dans le Dictionnaire historique de la Suisse en ligne, version du 7 juin 2013. (de) Kunstführer durch die Schweiz, vol. 2, Berne, Schweizerische Gesellschaft für Kunstgeschichte, 2005, 996 p. (ISBN 3-906131-96-3), p. 570. (de) « Zeitgeschichte hautnah erleben | Museum Sasso San Gottardo | Andermatt », sur intro (consulté le 19 septembre 2020)
Photographies by:
Lutz Fischer-Lamprecht - CC BY-SA 4.0
Prissantenbär - CC-BY-SA-3.0
Statistics: Position (field_position)
212
Statistics: Rank (field_order)
6258

Ajouter un commentaire

Cette question sert à vérifier si vous êtes un visiteur humain ou non afin d'éviter les soumissions de pourriel (spam) automatisées.

Sécurité
849537216Cliquez/appuyez sur cette séquence : 1982

Google street view