بيتثورس

( Betthorus )

Betthorus, (en arabe بيتثورس, Bittors), également nommé Betthoro ou Lejjun, est une fortresse romaine du Limes Arabicus. Elle se trouve en Jordanie à El-Lejjun, dans le gouvernorat de Karak sur le plateau aride de Moab. Bâtie à la fin du IIIe siècle, elle est la base d'une légion romaine jusqu'au Ve siècle. Elle est abandonnée au VIe siècle et tombe en ruine. Elle est fouillée de 1980 à 1989 dans le cadre du Central Limes Arabicus Project.

Betthorus, (en arabe بيتثورس, Bittors), également nommé Betthoro ou Lejjun, est une fortresse romaine du Limes Arabicus. Elle se trouve en Jordanie à El-Lejjun, dans le gouvernorat de Karak sur le plateau aride de Moab. Bâtie à la fin du IIIe siècle, elle est la base d'une légion romaine jusqu'au Ve siècle. Elle est abandonnée au VIe siècle et tombe en ruine. Elle est fouillée de 1980 à 1989 dans le cadre du Central Limes Arabicus Project.

 Carte du limes Arabicus en Jordanie, partie centrale du dispositif militaire autour de Betthorus/Lejjun.

La fin du IIIe siècle, la pression de tribus nomades venues de la péninsule arabique se fait sentir à l'est de la mer Morte, dans la région de l'Arnon (actuel wadi el-Mujib). Dioclétien, présent en Syrie en 290, fait restaurer les voies de communication et construire une série de forts pour assurer la surveillance des nomades saracènes et la protection des populations sédentaires[1].

Le fort de Bettorus est construit vers 300 sur un site vierge d'occupation antérieure, pour servir de base à de la Legio IIII Martia, avec entre 1 000 et 3 000 soldats approximativement. Cette base principale est complétée à 1,5 km de distance par la tour de guet de Rujm Beni Yasser, sur une colline à l'est, et par un fortin secondaire, Khirbet el-Fityan (de) [2], à 2,5 km de distance au nord-ouest[3]. Un vicus, village civil, se constitue à l'ouest du fort[4].

À la fin du IVe siècle, les archéologues constatent que l'occupation de Betthorus s'est réduite de moitié. Les monnaies trouvées dans un enclos du vicus voisin du fort s'étalent entre 297-298 et 337-340, ce qui montre une destruction et un abandon peu après 340[5]. Ce rétrécissement pourrait s"expliquer par le prélèvement d'une partie de l'effectif frontalier par Constantin[6], ou bien par la mobilisation de Julien pour sa campagne de 363. Une autre cause possible est le puissant séisme de 363 frappe la région et ravage Pétra. Parker lui attribue la destruction de casernes de la forteresse et leur reconstruction partielle, limitée à quatre baraquements[7].

La Notitia Dignitatum, document militaire de l'administration impériale rédigé entre 400 et 429, mentionne un praefectus legionis quartae martiae Betthoro (« préfet de la quatrième légion Martia »)[8],[9].

Une petite église est bâtie dans le périmètre du fort par dessus les vestiges d'un édifice antérieur, à la fin du Ve siècle d'après la datation de monnaies trouvées dans les fondations. Elle est rénovée au début du VIe siècle, sans que les archéologues ne trouvent de trace de décoration intérieure, telle que peinture ou mosaique. Elle indique la christianisation d'une partie de la garnison[10].

Les études archéologiques constatant l'abandon des sites suggèrent la démobilisation des troupes stationnées à Lejjun et dans les autres garnisons sous vers 530, sous Justinien qui confie la défense aux tribus arabes des Ghassanides[11].

Les bâtiments du fort tombent en ruine, probablement touchés par le séisme de 551. Une présence omeyyade intermittente est observée pour la fin du VIIe siècle et au VIIIe siècle, ainsi que des tombes bédouines parmi les décombres [12].

Parker 1986, p. 250. Parker 1995, p. 254, plan de Khirbat al-Fityan. Parker 1984, p. 35-36. Dentzer 1994, p. 80. Dentzer 1994, p. 66 et 68. Zosime, II, 34. Parker 1986, p. 250-251. Siméon Vailhé, « Les garnisons romaines de la province d'Arabie », Échos d'Orient, t. 2, no 3,‎ 1898, p. 92-93 (lire en ligne). Parker 1990, p. 477. Parker 1986, p. 245. Parker 1990, p. 479. Parker 1986, p. 242 et 245.
Photographies by:
Statistics: Position
1687
Statistics: Rank
73512

Ajouter un commentaire

CAPTCHA
Sécurité
356978124Cliquez/appuyez sur cette séquence : 4418
Cette question sert à vérifier si vous êtes un visiteur humain ou non afin d'éviter les soumissions de pourriel (spam) automatisées.

Google street view

Où pouvez-vous dormir près de Betthorus ?

Booking.com
523.755 visites au total, 9.230 Points d'interêts, 405 Destinations, 13 visites aujourd'hui.