قم

( Qom )

Qom (en persan : قم) est une ville d'Iran. Située à 150 km au sud-ouest de Téhéran, c'est la capitale de la province de Qom.

Qom est une des villes saintes du chiisme, puisque c'est le site où est enterrée Fatimah Masoumeh, sœur du huitième imam chiite Ali ar-Rida. La ville accueille la plus grande hawza d'Iran, qui égale en taille celle de Nadjaf en Irak. Elle est située le long de la rivière Qom.

Qom en tant que ville existait déjà à l'époque pré-islamique. Les découvertes architecturales indiquent que Qom était un lieu de résidence depuis le 5e millénaire avant notre ère. Les vestiges pré-islamiques et les textes historiques soulignent le fait que Qom était une grande ville régionale.

Pendant le califat de Omar ibn al-Khattâb, la région de Qom tomba aux mains des armées de l'Islam. En 645, Abou Moussa al-Achari déploya des forces sous son commandement dans la région. Des conflits s'ensuivirent entre les armées d'invasion arabes et les résidents de la zone.

À l'époque des Seldjoukides, la cité fleurit de nouveau. Durant l'invasion Mongole de la Perse, la ville connut une destruction importante, mais après que la dynastie mongole régnante, aussi connue sous le nom Ilkhanat, se fut convertie à l'Islam pendant le règne de Oldjaïtou (en persan : Muhammed Kharbenach) la ville reçut une attention spéciale, lui permettant de revivre une fois de plus.

À la fin du XIVe siècle, la ville fut mise à sac par Tamerlan et les habitants furent massacrés. Mais pendant la période de règne des Qara Qoyunlu, des Aq Qoyunlu et spécialement pendant l'époque Safavide, Qom regagna l'attention des monarques et se développa grâce à son mausolée religieux.

En 1503, Qom est devenue un important centre théologique du chiisme et un site de pèlerinage.

La ville connut des dommages pendant les invasions afghanes et encore pendant le règne de Nader Chah et les conflits entre les maisons Zand et Kadjar luttant pour le pouvoir en Iran.

 
Sanctuaire de Fatima Masoumeh.

Finalement, en 1793, Qom passa sous le contrôle de Agha Mohammad Chah. Après avoir été victorieux sur ses ennemis, le Shah Kadjar Fath Ali Chah Qadjar fit réparer le sépulcre et le mausolée de Hazrat Ma'sumeh, tel qu'il en avait fait le vœu.

La ville de Qom connut de nouveau la prospérité à l'époque Qajar. Après que les forces russes entrent dans Karadj en 1915, de nombreux habitants de Téhéran vinrent se réfugier à Qom à cause de la proximité des troupes russes, et le transfert de la capitale à Qom fut même envisagé. Mais les Britanniques et les Russes influèrent sur ce projet en mettant la pression sur Ahmad Chah Qadjar. À cette période, un "Comité de défense nationale" fut mis en place à Téhéran, et Qom se transforma en foyer de la contestation contre les puissances coloniales britannique et russe.

Pendant son règne, le shah Mohammad Reza Pahlavi a voulu faire de Qom une ville industrielle en exploitant les nappes de pétrole de cette région. Après la révolution de 1979, les recherches ont été abandonnées.

Dans les années 1960, Qom devient le centre à partir duquel l'Ayatollah Rouhollah Khomeini s'oppose à la dynastie Pahlavi. Qom est durant plusieurs années la résidence de Khomeini. Après la révolution iranienne, il s'installe à Téhéran.

En 1978, un article insultant envers l’ayatollah Khomeini paru dans la presse officielle provoque un mouvement de contestation. En mitraillant les manifestants, l’armée donne ses premiers martyrs à l’insurrection[1].

« 1978, l’Iran se soulevait contre la dictature du shah », sur L'Humanité, 6 avril 2018
Photographies by:
Zones
Statistics: Position (field_position)
1659
Statistics: Rank (field_order)
861

Ajouter un commentaire

Cette question sert à vérifier si vous êtes un visiteur humain ou non afin d'éviter les soumissions de pourriel (spam) automatisées.

Sécurité
867253941Cliquez/appuyez sur cette séquence : 6516

Google street view