Mine de sel de Turda

Salina Turda

( Mine de sel de Turda )

La « mine de sel de Turda » (en roumain : Salina Turda) est une ancienne mine de sel de Roumanie transformée en centre de loisirs et de santé qui se trouve dans le lieu-dit Durgău-Valea Sărată de Turda en Transylvanie. L'entrée dans la mine se fait soit dans le quartier de Turda Nouă par la rue Salinelor 54A (par la galerie d'accès « Franz Josef » longue de près d'un km — celle-ci est l'entrée secondaire), soit dans le centre touristique Salina-Durgău où se trouve l'entrée principale (3, Alea Durgău).

L'exploitation du sel à Durgău-Turda a commencé avant la conquête romaine de la Dacie, les archéologues ayant trouvé des preuves matérielles datant de 50 av. J.-C. à 106 apr. J.-C. Les Romains (106-274 apr. J.-C.) ont exploité le sel à Durgău dans des chambres pyramidales profondes de 17-34 mètres et larges de 10-12 mètres. Ils ont exploité aussi le deuxième massif de sel de Turda, situé dans la zone de Băile Romane (les Bains Romaines) où se trouve actuellement le zoo de Turda ainsi que l'une des piscines publiques de la ville.

Dans la période médiévale, la première mention des gisements de sel de Turda est faite dans un document émis par la cour du roi de la Hongrie en 1075, où l'on fait mention de la douane des mines de sel de Turda (Torda), situées dans un lieu près de la rivière Arieș qui dicitur hungarice Aranas (Aranyos), latine autem Aureus (dans le lieu qui s'appelle Aranyos en hongrois, et Aureus en latin) [1].

Une autre mention des mines de sel de Durgău-Turda est faite le 1er mai 1271, quand le roi de Hongrie fait don de ces mines à la diocèse d'Alba Iulia (en hongrois : Gyulafehérvári Római Katolikus Érsekség)[2].

À l'époque de l'Autriche-Hongrie
 
La partie en sel de la galerie Franz Josef

Du XVe au XVIIe siècle, il y avait quatre exploitations souterraines à Durgău : Mina Katalin, Mina Horizont [3], Mina Felsö-Akna [4] et Mina Joseph.

À la fin du XVIIe siècle, quand la Principauté de Transylvanie a rejoint la couronne des Habsbourgs, les mines de sel de Durgău-Turda sont entrées sous l'administration directe des Autrichiens. Par conséquent, toutes les exploitations souterraines de Salina Turda ont reçu des noms princiers autrichiens : Mina Tereza de Marie-Thérèse (1717-1780) ; Mina Iosif de Joseph II (1741-1790) ; Galeria Franz Josef de Franz-Joseph (1830-1916) ; Mina Rudolf de Prinz Rudolf (1858-1889) ; Mina Ghizela de Prinzessin Gisela (1856-1932).

Du XVIIe au XIXe siècle, il y a eu 5 exploitations souterraines à Durgău : Mina Maria Tereza, Mina Anton (nommée probablement d'après Saint Antoine), Mina Clujeana/Kolozser, Mina Rudolf (renommée Mina Nicolae en 1889, après le suicide du Prinz Rudolf ; l'exploitation a repris le nom de Rudolph au XXe siècle) et Mina Ghizela.

En 1690, ont commencé les travaux à l'exploitation Mina Tereza, creusée en forme de cloche[5]. Deux autres exploitations en forme de cloche s'ensuivirent (Anton et Clujeana/Kolozser), puis 2 exploitations à profil trapézoïdal (Rudolf et Ghizela).

Les premiers 780 mètres de la galerie d'accès Franz Josef ont été creusés de 1853 à 1870 (afin de faciliter le transport du sel à la surface par rails), puis, jusqu'à la fin du XIXe siècle, les travaux ont été poursuivis sur 317 mètres supplémentaires. La longueur finale de la galerie est de 917 mètres, dont 526 m creusés en roches stériles et 391 m en sel. Seulement 850 m de galerie sont ouverts au public (67 m étant inaccessibles).

À l'époque moderne

L'exploitation du sel a été arrêtée en 1932.

Au cours de la Deuxième Guerre mondiale, Salina Turda servit en tant qu'abri aux habitants de la ville. Pendant le régime communiste, la partie en roches stériles de la galerie d'accès Franz Josef a été brièvement utilisée en tant que cave d'affinage pour les fromages locaux. En 1992, Salina Turda a été ouverte au public dans un but touristique et curatif. Elle est ouverte tout au long de l'année, mais seulement les mines Iosif, Maria Tereza et Rudolf ainsi que la galerie Franz Josef sont accessibles au public. À l'intérieur l'on trouve encore quelques-uns des outillages originaux, datant du XVIe au XIXe siècle, ainsi que d'autres ouvrages, tels un autel en sel, des ouvrages de menuiserie etc.

L'ensemble a été rénové en 2009. Après une descente en ascenseur, les visiteurs peuvent ainsi accéder à des salles de traitement, un amphithéâtre, des salles de sport, une grande roue, un minigolf ou encore des pistes de bowling[6].

La principale attraction est le lac de la Mina Maria Tereza. Des bateaux peuvent être loués pour visiter ce lac souterrain[6].

Salina Turda figure sur la liste des monuments historiques du Ministère de la Culture.

Aranyos = Arieș Les mines de sel de Durgău-Turda se sont trouvées pour la plupart du temps en la possession de la couronne hongroise ou de la couronne d'Autriche-Hongrie ; elles n'ont fait partie des possessions de l'Église que pour une courte période au Moyen Âge. nommée aussi Nagydörgö = Durgăul Mare nommée aussi, par ordre chronologique : Obere Grube = Ocna de Sus et Karoline = Carolina On ne connaît pas le nom initial de l'exploitation, puisque Marie-Thérèse est née en 1717. Il y a une possibilité qu'au début (de 1690 vers 1750) l'exploitation ait reçu le nom Theresa d'après Sainte Thérèse d'Ávila (1515-1582). ↑ a et b « Transylvanie : Salina Turda, un flipper géant au goût de sel », sur Le Moniteur, 13 décembre 2013
Photographies by:
Statistics: Position (field_position)
1285
Statistics: Rank (field_order)
1092

Ajouter un commentaire

Cette question sert à vérifier si vous êtes un visiteur humain ou non afin d'éviter les soumissions de pourriel (spam) automatisées.

Sécurité
743168952Cliquez/appuyez sur cette séquence : 2523

Google street view