Giralda

( La Giralda )

La Giralda est l'ancien minaret de la grande mosquée almohade de Séville, en Andalousie. Après la reconquête de la ville (la Reconquista), la mosquée a été convertie en cathédrale et la Giralda est devenue le clocher de la cathédrale. À la suite d'un tremblement de terre survenu au XIVe siècle, qui a entraîné la destruction de la mosquée d'origine, les devis de construction de la nouvelle cathédrale Notre-Dame de Séville prévoyaient la préservation de la Giralda, qui a cependant fait l'objet de modifications en fonction du style architectural espagnol. C'est l'un des monuments les plus importants de l'architecture hispano-musulmane et la figure symbolique de Séville, à tel point qu'une règle implicite d'urbanisme de la ville interdit à tout autre bâtiment du centre de la capitale andalouse d'atteindre sa hauteur.

La grande mosquée de Séville

L'emplacement actuel de la cathédrale de Séville fut jadis occupé par des temples successifs. Les Wisigoths y établirent une première église, qui est détruite lors des premiers temps de la présence musulmane dans la péninsule Ibérique. Un édifice de faibles proportions semble être venu en substitution de l'ancien temple wisigothique.

Au IXe siècle, sous le règne de l'émir Abd al-Rahman II, est édifiée la première grande mosquée de Séville, à l'emplacement actuel de l'église du Salvador, situé non loin de la cathédrale. Il faut en réalité attendre les Almohades pour que soit bâtie la grande mosquée dont la Giralda constitue l'héritage le plus précieux. Au XIIe siècle, les Almohades, fraîchement débarqués du Maghreb, décident de faire de la cité leur capitale, laquelle se peuple de plus en plus généreusement et renforce sa splendeur et son prestige. Voulant doter sa capitale d'une mosquée plus vaste et digne du rang de la ville, le calife Abu Yaqub Yusuf décide d'édifier un nouvel édifice à l'endroit même où se dresse aujourd'hui la cathédrale.

Les travaux sont menés par l'architecte Ahmad Ben Baso (es), qui commence la construction en 1172, pour en terminer le gros œuvre quatre ans plus tard. Le bâtiment inauguré en 1182, est conçu selon un plan rectangulaire, à dix-sept vaisseaux orientés nord-sud et supportés par des arcs outrepassés brisés. Comme dans tout édifice musulman, une cour intérieure borde la salle de prière : les restes intègrent l'actuelle cour des Orangers.

La Giralda
 
Inscription à l'intérieur de la Giralda

En 1184, le calife Abu Yaqub Yusuf charge le même architecte d'accoler un gigantesque minaret à la mosquée, sur le modèle d'édifices almohades similaires : la Koutoubia de Marrakech et la tour Hassan de Rabat. L'œuvre est achevée en 1198, par un architecte du nom d'Ali de Gómara, neveu du précédent. La tour mesure alors 97,5 mètres[1] de hauteur et est couronnée de quatre sphères de cuivre superposées de diamètre décroissant de bas en haut. La Giralda est alors un des monuments les plus fastueux et les plus admirés d'Al Andalus. En entrant dans la ville en novembre 1248, les troupes chrétiennes du roi Ferdinand III sont émerveillées, comme en témoigne la Estoria de España :

« Et pues de la torre de Sancta Maria todas las sus noblezas, et de quan grant la beltad et el alteza et la su grant nobleza es : [...] »

En 1356, un tremblement de terre secoue la ville : la Giralda perd son couronnement de cuivre et la mosquée subit d'irréparables dommages, qui amenent le chapitre à décider de sa destruction en 1401. Le sommet de la Giralda est provisoirement surmonté d'une modeste toiture. En 1558, l'architecte Hernán Ruiz II se voit confier par le chapitre la tâche de concevoir un clocher à bâtir au sommet de la tour. Le projet de l'artiste est achevé en dix ans. En 1568, les travaux se terminent par la pose de la statue de la Foi, coulée en bronze par Bartolomé Morel, sur un dessin original du peintre Luis de Vargas.

C'est avec la publication de l'œuvre de Rojas Villandrando, El viaje entretenido, que l'on attribue à la statue - tournant sur son socle au gré des vents telle une girouette - le surnom de Giralda. Au XVIIIe siècle, le nom s'applique à l'ensemble de la tour, la statue de la Foi prenant le nom de Giraldillo.

Depuis les travaux du XVIe siècle, seules quelques menues modifications apportées au cours du XIXe siècle ont modifié l'aspect de l'édifice : suppression de certaines décorations almohades notamment.

La tour, qui sert de défense à la cathédrale au Moyen Âge (elle est également utilisée, entre autres, plus tard comme logement des carillonneurs), n'a plus aujourd'hui d'autre fonction que celle de campanile et de belvédère touristique, mais constitue toujours un symbole fort de la ville et de son identité.

La Giralda est inscrite en 1928, au Patrimoine national espagnol, puis intègre en 1987, la liste du patrimoine mondial de l’humanité. L'architecture du Ferry Building (1898) à San Francisco s'inspire de la Giralda.

« La Giralda de Séville », sur Andalousie culture&histoire (consulté le 3 novembre 2018).
Photographies by:
Statistics: Position (field_position)
699
Statistics: Rank (field_order)
2059

Ajouter un commentaire

Cette question sert à vérifier si vous êtes un visiteur humain ou non afin d'éviter les soumissions de pourriel (spam) automatisées.

Sécurité
263491578Cliquez/appuyez sur cette séquence : 1766

Google street view