قلعة حلب

( Citadelle d'Alep )

La citadelle d'Alep est un palais médiéval fortifié situé sur un tel dominant le centre-ville d'Alep et caractérisée par son imposante entrée fortifiée. Elle est le témoin d’une force militaire arabe du XIIe au XIVe siècle.

Période assyrienne

Le temple d'Hadad (ancien dieu de la tempête) situe l'utilisation de la colline au milieu du 3e millénaire av. J.-C., comme le mentionnent les textes cunéiformes d'Ébla et de Mari[1]. La ville, devenue la capitale de Yamhad, était connue sous le nom de « Ville de Hadad »[2]. Le temple est resté utilisé du XXIVe siècle av. J.-C.[3] au IXe siècle av. J.-C.[4], comme en témoignent les reliefs découverts lors des fouilles de l'archéologue allemand Kay Kohlmeyer.

Le patriarche Abraham aurait trait ses brebis sur la colline de la citadelle[5]. Après le déclin de l'État néo-hittite centré à Alep, les Assyriens dominèrent la région (VIIIe – IVe siècle av. J.-C.), suivis par les Néo-Babyloniens et les Perses (539-333)[6].

Période séleucide

La première citadelle d'Alep est construite à l'époque hellénistique par Séleucos Nicator[7], un général d'Alexandre le Grand.

Périodes romaine et byzantine

Devenue romaine (64 av. J.-C.) puis byzantine (395 apr. J.-C.), la citadelle est assiégée et prise en 637 par le général arabe Khalid ibn al-Walid. On peut constater la permanence de l’ancien quadrillage de rue gréco-romain.

Période islamique

Fortement remaniée par l'émir d'Alep Malik al-Zahir (1193–1216), elle reprend les éléments caractéristiques des fortifications militaires ayyoubides à la suite de la victoire de Saladin sur les croisés : une grande porte avec un système de mâchicoulis et des douves et murs défensifs surplombant un glacis massif escarpé[8].

La citadelle est partiellement détruite par les Mongols de Ketboğa lors de la prise d'Alep en 1260. Reprise la même année par les Mamelouks, elle est reconstruite et fortifiée en 1292. L'aspect actuel du palais fortifié date de cette époque.

En 1400, la citadelle est endommagée lors du saccage d'Alep par les troupes de Tamerlan.

Restaurée par les Mamelouks puis par les Ottomans (qui se sont emparés d'Alep en 1516), la citadelle est fortement endommagée lors d'un séisme en 1822 avant d'être une nouvelle fois restaurée en 1850-1851 par le sultan Abdülmecid Ier.

Période contemporaine

En 1992, un projet de réhabilitation de la vieille ville est mis en place.

Guerre civile syrienne  Ruines de la citadelle d'Alep après la guerre civile de 2012.

Durant la guerre civile, l'armée syrienne utilise la citadelle comme base militaire dès le début de la bataille d'Alep.

En août 2012, la porte extérieure de la citadelle est endommagée après avoir été bombardée par des tirs d'obus rebelles[9] au cours d'un affrontement entre l'armée syrienne libre et les Forces armées syriennes. En juillet 2015, une section des remparts de ce site bâti au XIIIe siècle s'écroule après que la rébellion armée a fait exploser un tunnel situé dans la vieille-ville[10]. Bien qu'assiégée sur trois côtés, la citadelle reste sous le contrôle des loyalistes pendant toute la durée de la bataille et subit des dégâts relativement légers[11],[9]. Selon le grand reporter Georges Malbrunot, journaliste pour Le Figaro, seulement 25 soldats assuraient sa défense, la relève se faisant via un tunnel qui conduisait jusqu'au souk d'Alep[11].

Séisme de 2023

La citadelle est à nouveau fortement endommagée lors du séisme du 6 février 2023[12].

DayPress News, "Temple of Hadad in Aleppo Citadel Sheds Light on Important Periods" « https://web.archive.org/web/20200507223145/http://www.dp-news.com/pages/detail.aspx?l=2&articleId=27831 »(Archive.org • Wikiwix • Archive.is • Google • Que faire ?), 7 mai 2020, Jan 16, 2010. Lluís Feliu, The God Dagan in Bronze Age Syria, BRILL, janvier 2003 (ISBN 9004131582, lire en ligne), p. 192 Hugh N. Kennedy, Muslim Military Architecture in Greater Syria, BRILL, 2006 (ISBN 9004147136, lire en ligne), p. 166 Gülru Necipoğlu,Karen Leal, Muqarnas, BRILL, 11 novembre 2010 (ISBN 978-9004185111, lire en ligne), p. 114 Bianca and Gaube, 2007, pp. 73–103 Gonnela, 2008, pp. 12–13 (en) Ross Burns, The Monuments of Syria : A Guide, I.B.Tauris, 2009, p. 37 (extrait). (ISBN 0857714899) Saouaf, Soubhi, Alep : son histoire, sa citadelle, son musée et ses monuments, Alep, éditeur inconnu, 1954., 191 p. ↑ a et b Elena Scappaticci, « Que reste-t-il d'Alep, trois mois après sa réunification? », Le Figaro,‎ 8 mars 2017 (ISSN 0182-5852, lire en ligne, consulté le 8 mars 2017) Syrie: la citadelle d’Alep endommagée après l’explosion d’un tunnel, rfi.fr, 13 juillet 2015 ↑ a et b Georges Malbrunot, À Alep, dans les ruines de la vieille ville dévastée, Le Figaro, 27 décembre 2016. « Séisme en Syrie : la citadelle d'Alep et d'autres sites archéologiques endommagés », sur Franceinfo, 6 février 2023 (consulté le 6 février 2023)
Photographies by:
Memorino - CC BY-SA 3.0
Zones
Statistics: Position
733
Statistics: Rank
139449

Ajouter un commentaire

Cette question sert à vérifier si vous êtes un visiteur humain ou non afin d'éviter les soumissions de pourriel (spam) automatisées.

Sécurité
532981647Cliquez/appuyez sur cette séquence : 4881

Google street view

Où pouvez-vous dormir près de Citadelle d'Alep ?

Booking.com
488.650 visites au total, 9.193 Points d'interêts, 404 Destinations, 10 visites aujourd'hui.